AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Dream comes true. SUNSHINE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Dream comes true. SUNSHINE.   Ven 17 Mai - 12:55

Je ne peux pas croire que tu sois... vivant.
nous étions comme dans un rêve, incapable d'avancer en courant.



C'était le nouveau potin du Royaume. Echo-Alice avait entendu parlé de cette histoire alors qu'elle se trouvait avec quelques autres nobles du Royaume, qui discutait de tous et de rien, appréciant la compagnie de chacun, autour d'un verre de sang, parfois en milieu de soirée. Echo devait être proche de ces personnes d'influence, cela lui permettait de complaire son besoin constant d'être au courant de tout. Elles étaient tout à fait friande de potin et de rumeurs sur toutes les personnes susceptibles de vivre près d'elle. Aujourd'hui c'est un nouveau soldat - au nom inconnu - qui était au coeur de leur conversation.
Arrivé depuis peu sur l'île d'Heartkiller, il se serait déjà fait repérer pour sa compétence, son discernement, sa force et son courage. Soldat plutôt doué, il aurait ainsi été jalousé par son supérieur qui l'aurait poussé à bout. Alors, le soldat, fou de rage, aurait défié ce général dans un combat à mort. Et aurait vaincu ce dernier. Il était assez rare qu'un jeune vampire arrive à bout d'un être plus ancien que lui, car il était plus faible et moins rapide. Ce soldat avait vite eu le droit au rang de héros au coeur des conversations du chateau. C'était la première fois qu'Echo entendait parler d'une telle histoire, et autant dire que sa curiosité était piquée à vif.
ECHO-ALICE « Et nous ignorons tout de ce soldat ? Jusqu'à son nom ? » Demanda-t-elle en regardant la jeune noble qui était venue leur compter cette histoire sitôt qu'elle l'avait entendu.
Elle comprenait tout à fait la requête d'Echo mais force était d'avouer qu'elle ne pouvait pas y répondre. Elle ignorait tout de ce soldat, si ce n'est la preuve de son courage, et cet exploit. Frustré, la vampire s'excusa auprès de ses amies et quitta la pièce afin de rejoindre sa chambre. Elle portait des vêtements tout à fait inapproprié pour sortir en ville rejoindre la Caserne. Elle se retrouva face à ses esclaves, surprises de la voir revenir si tôt dans la soirée. Excitée, Echo exigea qu'on lui sorte des habits afin qu'elle sorte se promener. Ses esclaves l'aidèrent à ôter sa robe, pour qu'elle puisse mettre un jean noir, des bottines, et un blaser blanc, qui laissait découvrir le haut de sa poitrine. Coiffée par les soins de sa belle Silent, la vampire se laissa maquiller, et une demi-heure plus tard elle quittait à nouveau les lieux pour rejoindre la Caserne.
A défaut de peut être rencontré le jeune soldat, elle espérait au moins croiser Seth qui pourrait lui en dire plus. Mais ce n'est pas Seth qu'elle rencontra sur les lieux, mais Kathleen, une jeune garde qui avait été son esclave avant de rejoindre la garde royale. Elle devait forcément en savoir plus sur cette histoire. Alors, la belle vampire, croisant le chemin de son infante alors qu'elle était proche de la caserne, lui sourit avec joie. Kathleen connaissait assez Echo pour savoir que son approche aussi joviale n'était pas désinteressé.
KATHELEEN « Que veux-tu savoir Echo ? » Demanda-t-elle sans plus de cérémonie.
La vampire ne l'avait pas vexée, cela était impossible. Elles se connaissaient simplement beaucoup trop bien. Echo ne prit donc pas la peine de s'excuser pour son approche aussi peu ... subtile.
ECHO-ALICE « J'ai entendu parlé d'un jeune soldat plutôt doué... Et je me disais que peut être tu pouvais m'en dire plus ? Comment... son nom par exemple ? »
KATHELEEN « Je n'ai malheureusement par grand chose à te dire. La seule chose que je peux t'assurer c'est qu'il se prénomme... El.. Elikan, me semble-t-il. Un nom peu courant tu en conviendras. Mais je crois qu'à part Monsieur Seth Bridgestone, tout le monde ignore son nom. Il n'est pas très bavard. » Dit-elle.
Elikan... Un nom peu courant en effet, et Echo dirait même plus : Un nom d'une autre époque. Celui-ci résonna en elle comme une promesse. Elle resta choquée un instant, assez pour inquiéter la jeune garde. Elle regarda sa maitresse un instant l'appelant. Mais Echo n'entendait pas. Mécaniquement, elle remercia Katheleen, et partit en courant en direction de la Caserne. Certes, il était impossible que ce soit vrai, elle savait pertinemment qu'il était mort, l'ayant vu mourir de ses propres yeux. Mais l'espoir en elle naissait à la manière d'un feu immense, et il lui semblait presque sentir son coeur battre. Après tout, elle ne connaissait personne du nom d'Elikan. Alors elle espérait. Mais quand elle arriva dans les couloirs de la Caserne, elle décida qu'elle devait reprendre contenance, et sourire. Elle se trouvait ridicule, de croire aux fantômes. Les morts ne revenaient pas de l'au-delà. Et son frère était mort, de cela elle était sûre. Riant de sa propre bêtise, elle rejoint la salle principale où quelques soldats étaient en train de s'entrainer. Elle les observa un instant avant de descendre les voir. Ils étaient habitués à la voir, connaissant pour la majorité ses relations avec Seth. Ils ne la remarquaient même pas. Elle rejoignit le couloir où se trouvait le bureau de Seth, espérant le croiser.
Mais elle fut stopper par une silhouette immense de l'autre côté qui lui tournait de dos. Il lui ressemble se disait-elle. Elle secoua la tête et tenta de reprendre contenance. Mais l'espoir qui grandissait en elle ne l'aidait pas dans ce sens, et elle ne put pas se retenir plus longtemps... Dans un murmure elle l'appela, comme elle l'avait fait à l'époque, quand il était rentrée de mission la première fois. Elle avait cru mourir d'un bonheur sans borne en le voyant en vie.
ECHO-ALICE « Elikan... ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Dream comes true. SUNSHINE.   Lun 20 Mai - 16:02

Alice & Elikan
«
Dream comes true. »

Assis, droit, fier, stoïque. C'était ainsi qu'on pouvait le décrire alors qu'il se trouvait dans une salle d’entraînement. Il fixait son sabre, une longue arme forgée par les meilleurs forgerons qui puissent exister. Léger, souple, maniable. Tout ce qu'il lui fallait pour briller au combat. Il s'en saisit, de ses doigts il redessina la lame, appréciant le contact froid du métal sur sa peau. Son image se reflétait dans l'acier, il brillait. Son ancien maître lui avait appris le maniement de l'arme, il savait se servir d'un fusil à l'époque et d'une épée de cour. Pendant la guerre d'indépendance c'était une chose obligatoire pour briller dans les rangs. Mais son créateur était un homme noble, qui avait des principes et de ce fait lui avait offert un sabre magnifique. Un cadeau qu'Elikan chérissait plus que tout. Comme si son arme était l'une des dernières choses qui lui restait, et dont il tenait réellement. Il regarda la poignée où était gravé ses initiales, un sourire étira ses lèvres alors qu'il rangeait son précieux cadeau dans son fourreau portant l'emblème de la famille royale d'HeartKiller. Il était quelqu'un sur cette île maintenant, le recruteur de la garde royale, chasseur des déserteurs. Il faisait parti de l'élite de la nation, des meilleurs. Si le royaume rentrait en guerre alors il partirait sur le champ de bataille comme il avait toujours voulu faire. Ainsi était sa vie. Il n'avait connu que les privations, l'ordre, le respect et la discipline. C'était ainsi que son père l'avait élevé, c'était aussi pour ça qu'il avait choisi de partir à l'armée. Il était un vampire certes et certain auraient pu penser qu'enfin il profitait de sa nouvelle vie. Mais c'était faux, pour tout dire il n’appréciait pas sa condition il ne s'y faisait tout simplement pas. Lui qui avait été élevé dans la religion, tuer des humains était le pire des pêchers. Pourtant la tendresse qu'il avait ressenti pour son créateur dés le premier regard lui avait empêché de se jeter sous les rayons du soleil. Il aurait pu désobéir oui, mais il n'était pas comme ça. Il préférait remplir sa tache de brave petit infant, obéir au mieux et faire honneur à son maître. Son maître... Lui qui n'avait dépendu de personne pendant des années, même pas à son père. Il avait était soumis aux ordres d'un autre homme pendant des années. Il ne s'expliquait pas pourquoi. Pourtant il c'était renseigné et il avait lu que le créateur et l'infant partageait un lien unique, indéfinissable jusqu'à la mort de l'un ou de l'autre. Mais voilà que l'autre était mort, qu'il n'en restait plus rien. Et Elikan n'était pas préparé à ça, à être lâché seul, il ne connaissait rien de sa vie vampirique sauf ce que son maître avait bien voulu lui dire. Il ne connaissait pas les légendes, les contes. Pas qu'il était idiot, mais il avait rempli ses fonctions d'infant et de garde pour son maître plutôt que de s'occuper de lui.

A la mort de son créateur, Galaad, Elikan avait recherché les coupables de ce geste. Il les avait trouvés, ou plutôt elle. La seule et unique responsable de la mort de son maître. Certes ce dernier n'était pas un ange et il baignait dans se sombre histoire, mais pour Elikan il ne méritait pas la mort. Il n'avait rien pu faire, des gardes étaient venus en pleine nuit enlever son créateur et l'emmener de force sur HeartKiller pour qu'il soit jugé. C'était aussi ça qui avait poussé le jeune homme à venir sur l'île. Un désir de vengeance bien trop fort. Il savait bien que lorsque il toucherait ne serait-ce qu'un grain de peau de la Dauphine il serait tué sur le champ. Mais il n'avait plus rien à perdre. Rien ne le raccrochait encore ici, plus rien. Ses parents étaient décédés depuis des années, il était allé se recueillir sur leurs tombe à l'époque. Sa sœur aussi, elle ne vivait plus sur cette terre. Il se souvenait d'une tombe blanche à cotés de la sienne, dans le cimetière de la ville qui les avait vue grandir. La pierre tombale portait le nom de sa petite sœur, de sa perle. Ainsi elle n'était plus elle aussi. Il était définitivement seul. Parfois il se demandait ce qu'il avait pu faire pour mériter une vie damnée comme celle là. D'autres jours il se montrait heureux de sa condition. Mais cela ne durait pas, car n'était qu'un spectateur et il ne pouvait se rattacher à rien. Tout n'était qu'éphémère, sauf ceux de sa condition. Mais malheureusement il ne s'entendait pas avec eux. Ils ne partageaient pas ses idées, ses valeurs, son éducation. Alors il se contentait de rester seul, il avait des connaissances mais rien de bien sérieux. Et l'amour ? Il avait oublié ce sentiment depuis bien longtemps.

Elikan se leva, étira son corps d'un mètre quatre vingt-dix non sans savourer la sensation de ses muscles se déliant un à un. Il était un géant, pratiquement aussi grand que Seth, le chevalier noir et patron de tous les gardes. Les deux hommes s'entendait bien. Il fallait avouer que c'était grace à lui qu'Elikan était ici. Seth l'avait repéré pendant un entraînement. Mais le jeune homme venait tout juste d'arriver. Pourtant, ses facultés l'aidant il c'était rapidement fait un nom. Son entraîneur n'aimant pas cela en profitait à chaque fois pour rabaisser le nouveau venu. Elikan était patient, il savait se montrer digne et pouvait supporter beaucoup de chose. Mais comme tout le monde il avait ses limites et son entraîneur les avait franchis. Un combat à mort avait débuté dans la salle d’entraînement. Le duel avait était bref, Elikan faisait 3 têtes de plus que son adversaire, il était rapide et plus jeune physiquement. Ça ne faisait pas beaucoup de différence mais tout de même. L’entraîneur tomba en poussière, mort. La tête tranché par le nouveau venu. Il remarqua le sourire de Seth avant que celui ci ne parte. Il venait de tuer un nom dans l'armée d'HeartKiller, il pouvait mourir pour ça. Pourtant il n'en fut rien et à son grand étonnement, il reçu une promotion.

C'est ainsi que le nouveau recruteur de la garde royale avait pris place. Elikan s'habilla de son uniforme rapidement, il était en retard pour commencer les entraînements, ce n'était pas sérieux. Enfin prêt il sorti pour retrouver sa garde composée de plusieurs hommes, les meilleurs de l'île. Entraînés pour protéger la famille royale jusqu'à la mort. Il commença à leur expliquer le déroulement de la nuit, le soleil venait de se coucher et son travail allait commencer. Ses hommes se mirent en action et il les regarda s’entraîner. Une pointe de fierté dans le regard. Pourtant au loin il entendit des pas, bien-sûr qu'il était habitué mais une voix l’appela. Comme venue d'un autre monde, d'une autre dimension. « Elikan... ? » Il sursauta, n'osant se retourner de peur de ne rien trouver. Si il n'y avait rien, et si son cerveau se jouait encore de lui ? Que penserait ses hommes ? Qu'il devenait fou sans doute, bien-sûr. Pourtant l'envie fut trop forte, il n'avait pas entendu cette voix douce depuis des années, elle lui avait tant manquée. Il regarda derrière lui et tomba face à un fantôme. Une illusion de son cerveau ? Non elle était bien trop réelle. Un de ses hommes adresse un sourire vers la jeune femme blonde en la saluant. Alors il n'était pas la seul à la voir, elle était bien vivante. Réelle. Humaine ? Non sans doute pas. Elle ne pouvait pas être humaine aprés 200 ans. Il n'entendait pas son cœur battre, il ne sentait pas son sang affluer dans ses veines. Sa sœur, sa petite perle, la seule et unique femme de sa vie était comme lui. Une immortelle. Et bien vivante même. La surprise, le bonheur se peignait sur ses trais et un instant il n'osa faire le premier pas. Il resta si surpris que même ses hommes arrêtèrent leur entraînement pour lui demander ce qu'il se passait. Mais il n'entendait rien, il ne voyait plus rien à part elle et son visage, son sourire, ses yeux, sa douceur. Elikan tenait son sabre dans sa main droite, il le laissa tomber dans un bruit fracassant avant de courir vers sa protégée et de la saisir dans ses bras avant de la faire tourner comme ils en avaient l’habitude. Comme la première fois qu'il était rentré de mission et qu'elle avait cru voir en lui un fantôme.

Bien trop vite il la reposa à terre, la regarda. Ses deux mains vinrent entourer le visage de sa poupée, il touchait sa peau, caressait ses joues, cherchaient une quelconque forme d'illusion. Mais non elle était parfaite, comme dans ses souvenirs. Si... Elle. Si authentique. Tellement que la tête lui tourna un instant, juste quelques secondes avant qu'il ne se mette à parler. « Alice ? C'est toi ? C'est bien toi ? Ali ? Ce n'est pas possible comment... Tu... Quand ? »  Il avait tant de question que son cerveau s'embrouilla. Les larmes lui montèrent aux yeux et sans qu'il ne puisse la retenir, une seul et unique larme de sang roula sur sa joue. Une larme de bonheur.

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Dream comes true. SUNSHINE.   Lun 20 Mai - 17:23

Je ne peux pas croire que tu sois... vivant.
nous étions comme dans un rêve, incapable d'avancer en courant.



Elle se souvenait de la dernière fois qu'elle l'avait vu. Ou plutôt elle pensait se souvenir d'un évènement qu'elle avait créé de toute pièce dans son esprit tant le choc de l'annonce de sa mort avait été violente pour elle. Elle avait vu son frère s'avançant vers elle, revenant d'une nouvelle bataille, vivant, et le pied ripé sur une bombe qui explosa sous lui. Etait-ce réellement une bombe, ou autre chose ? Un tir ennemi ? Une flamme sur de l'alcool répandu sur le sol ? Alcool qui coulait à flot lors des batailles, autant pour aider les soldats à soutenir l'horreur des combats, que pour guérir leurs blessures. Elle ne buvait pas d'alcool à l'époque, mais elle avait beaucoup changé depuis ce temps-là. Elle se souvenait de ce fait de son frère revenant vers elle et explosait soudainement dans un bruit violent. Son corps a disparu sous la violence de l'explosion lui avait-on dit. Et elle l'avait cru. Quand elle était retournée des années plus tard, à Philadelphie, son frère avait eu le droit à une pierre tombale, mais il était évident pour Alice que son corps ne reposait pas dans la terre. Qu'il avait été tué par la guerre, disparu comme bons nombres de soldats. L'idée ne l'avait jamais traversé qu'il aurait pu simplement disparaitre comme elle elle avait disparu. Morte pour le bien de l'histoire, pour que ses proches fassent leur deuil et ne la recherche pas. Morte, mais pas totalement. Une nouvelle vie, une nouvelle histoire, une seconde histoire qui s'écrivait cette fois-ci dans le sang.
Alice avait beaucoup changé depuis la dernière fois qu'elle avait vu son frère. A cette époque elle était une humaine encore innocente, et vierge, surtout. Qui n'avait jamais laissé un homme la touchait comme bon nombre d'entre eux avaient voulu la toucher. Après tout, sa beauté naturelle était déjà palpable de son vivant, avec la mort elle s'était figé dans l'immortalité. Elle était une femme à l'écoute des autres, qui cherchait à sortir du jong de son père par tous les moyens, et la guerre avait fait parti de ces moyens. Certes, elle était aussi considérée comme une croyante, une femme religieuse, qui avait fait une école catholique, et était devenue infirmière par compassion et par générosité pour ses semblables. Elle l'était surtout devenue pour ne pas devenir folle, et pour pouvoir jouir un peu de sa vie. Elle ne regrettait pas son choix, cela lui avait permis d'être auprès de son frère jusqu'à la fin. Elle aurait détesté ne pas être la dernière personne vivante sur terre qu'il aurait vu avant de disparaitre dans le souffre et les flammes. Jamais elle n'aurait imaginé le revoir. Elle avait fait le deuil de son frère depuis longtemps, et sans oser réellement l'avouer, en faisant la rencontre de Seth elle avait définitivement pu dire adieu à Elikan.
Et voila qu'en moins de cinq minutes elle avait senti un espoir ardent lui enflammer le coeur, à l'entente du prénom de son frère, sans avoir confirmation du nom. Pourquoi cet élan soudain ? Elle avait fait son deuil, et même si elle pleurait parfois la mort d'Elikan, même si elle s'en retournait sur sa tombe une fois par an, dans son esprit il était mort en héros. Il avait réussi à devenir quelqu'un, à faire le bien. Il était un héros, elle ne pourrait pas le voir autrement. Elle se souvenait de sa mort avec une pointe au coeur mais sans regret. Il était mort pour une cause qu'il pensait juste. Pour son pays, et elle ne devait pas lui en vouloir pour cela. Elle l'avait pardonnée il y a longtemps déjà. Elle n'avait pas pensé le revoir un jour. Jusqu'à maintenant, et pourtant elle espérait que ce n'était pas vain. Que ce soldat au nom si particulier était lié à son frère, qu'ils n'étaient qu'une seule et même personne. Parce que malgré tout elle restait une petite fille privée de la seule famille qui l'aimait bien trop tôt. Elle avait trouvé cependant réconfort dans les bras de Seth Bridgestone. Et heureusement qu'il avait été là pour prendre soin d'elle comme l'aurait fait Elikan.
Elle se trouvait dans ce couloir, la silhouette immense devant elle, lui tournant tout d'abord le dos. Il était accompagné de plusieurs soldats qu'elle connaissait pour la plupart. Elle était presque une sorte de mascotte pour l'armée de Heartkiller. Pendant des années elle s'était cachée soit dans la bibliothèque soit dans la caserne. Elle regardait les soldats s'entrainaient sous l'oeil vigilant de Seth. Petit à petit ils étaient venus faire connaissance avec elle, et la majorité l'appréciait. Passons... Elle murmura son prénom, reconnaissant la silhouette de son frère sans oser pour autant crier de joie. Il se tourna alors vers elle, et il lui semblait qu'il le fit au ralenti, comme s'il avait été appelé par une voix venue d'ailleurs. Elle se perdit dans son regard, et fut happer par un flot de souvenirs d'un autre temps. D'un temps où elle était humaine, où elle était enfant. C'était bien lui... elle ne pouvait pas y croire. Elle se perdait dans son regard, dans son passé, et elle ne bougeait plus. C'est lui qui vint vers elle pour la serrer dans une étreinte familière. Elle n'arrivait pas à bouger, elle était en état de choc.
ELIKAN « Alice ? C'est toi ? C'est bien toi ? Ali ? Ce n'est pas possible comment... Tu... Quand ? »
Il la déposa par terre, et la regardais, toujours proche d'elle, caressant son visage comme pour s'assurer qu'elle était bien là. Elle ne voyait que lui. Elle ne voyait que son grand frère. Elikan Sunshine. Elle n'arrivait pas à croire qu'il était bien là. Qu'elle était contre lui. Qu'il était comme elle. Il n'était pas mort. Il n'était pas mort. Tout cela n'avait aucun sens pour elle. Elle se rendit compte alors qu'il pleurait, et comme elle l'avait fait à l'époque, alors qu'elle l'avait vu pleuré, elle vint caresser sa joue et récupérer sa larme sur sa joue pour essayer sa tristesse.
ECHO-ALICE « Elikan... c'est toi. Tu es là. Tu es vivant... C'est impossible. » Murmurait-elle, en souriant.
Elle se sentait soudainement sereine, heureuse, et complète. C'était un cadeau que lui faisait la vie. Après deux siècles de souffrance, et de perdition, de dépravation et de cruauté, la vie lui rendait une famille, un amour, un enfant, et son grand frère. On lui pardonnait ses pêchers, elle était sauvée. Elle était enfin sauvée. Elle se laissa aller contre son grand frère et le serra fortement contre elle. Elle inspirait profondément son odeur, le nez perdu contre son torse. Il était bien plus grand qu'elle, la dépassant de deux têtes au moins. Elle retrouvait la chaleur de son étreinte son impression que rien ni personne ne pouvait l'atteindre. Son grand frère était là. Elle ferma les yeux, et se laissa aller à la sérénité d'une telle retrouvailles. Douceur, son étreinte était pleine de douceur. Elle ne sait pas combien de temps elle resta ainsi, mais elle se sentait bien. Elle avait peur qu'il ne disparaisse si elle le lâchait. Mais elle comprit qu'il était là alors que les soldats les dépassaient pour rejoindre la salle, les regardant tous les deux. Elle n'était pas folle.
ECHO-ALICE « Quelques mois après... ta disparition. Je ne suis pas restée sur le champs de bataille. Je me suis enfuie, je ne voulais pas d'une vie sans toi. Mais j'ai été rattrapé par un vampire. Et je suis morte à mon tour... » Dit-elle doucement.
Elle ne voulait pas rentrer dans les détails, elle répondait à sa question, sans comprendre réellement ce qu'il se passait. Elle leva le regard vers lui et se perdit dans ce regard si familier.
ECHO-ALICE « Et toi, Grand Frère , comment... Qu'est-ce qu'il t'est arrivé ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Dream comes true. SUNSHINE.   Dim 2 Juin - 20:59

Alice & Elikan
«
Dream comes true. »

Alors qu'ils couraient ensemble dans un champ il se souvenait du soleil sur leur peau, un soleil d'hiver, les rayons les réchauffaient malgré l'air froid qui les enveloppaient dans une caresse glaciale. De la buée sortait de leurs lèvres entres-ouvertes alors qu'ils riaient à gorge déployée. Ils couraient comme si leur vie en dépendait, comme si le grand méchant loup les poursuivait, comme si ils avaient la mort aux trousses. Mais il n'en était rien. Parfois le plus âgé des deux empêchait sa petite sœur de trébucher sur une racine, d'autre fois c'était elle qui lui évitait des obstacles en tout genre. Et tel deux enfants ils couraient. Vers où ? Partout. Loin, le plus loin possible de leur maison. Se tenant fort la main comme si ils risquaient de se perdre ils partaient vers une destination inconnu. Ho certes ils revenaient toujours, mais ils avaient ce besoin pendant quelques heures de se sentir libre, maître d'eux même. Fuir une éducation trop stricte, fuir les responsabilités et cette maison où ils n'étaient pas totalement heureux. Être eux même, vivant. Et pas ce matin de décembre ils n'avaient pas oubliés cette petite tradition, ce matin encore ils étaient partis loin. Juste s'asseoir dans un champ et discuter, grignoter ce qu'ils trouvaient, s'allonger sous un arbre et parler, se câliner. Bien-sûr ils se doutaient tous les deux que le lendemain ils souffriraient d'un mal de gorge affreux, mais pourtant l'air froid leur brûlant les poumons les rendait vivant. Ils se sentaient heureux, libre, tel eux aigles se laissant porter par un courant d'air. Assis sous un arbre, la tête de sa sœur reposant sur son ventre le jeune homme lui caressait les cheveux.

Voila plusieurs jours qu'ils ne c'étaient pas vus. Elikan était en permission, il venait de partir 3 mois loin de chez lui pour apprendre la dure vie de soldat. Si loin, il avait appris le maniement des armes blanches, des fusils et l'équitation. Il avait fière allure sur son cheval blanc alors qu'il venait d'intégrer la cavalerie. Ceci n'avait pas duré et sous la guerre il était devenu un simple fantassin. Le combat... Il excellait là dedans et ça ses recruteurs l'avaient compris. Il avait la bataille dans le sang, il n'avait aucune honte à tuer un ennemi. Tuer avant d'être tué, c'était sa philosophie alors qu'il montait au front. Plus rien n'existait quand il était sous les balles, il ne pensait à rien à part se défendre et revenir vivant. Pour revoir sa sœur, sa mère et même son seul et unique amour de sa vie. Mais ce rêve ne se réalisera jamais, il l'a comprit en sentant un clic sous son pied...

Il se souvenait de son réveil, du brouhaha de la guerre et de cet homme l'emportant loin. Il n'avait jamais revu sa sœur, on l'avait désigné morte et plusieurs années après, en retournant dans sa ville de naissance il n'avait trouvé qu'une pierre tombale. Juste à côtés de la sienne, comme lié même dans la mort. Alors il se mit à pleurer, pas de chagrin, de rage de n'avoir pu la protéger. C'était elle qui méritait cette vie, cette seconde chance. Il n'avait rien fait pour mériter l'immortalité, il n'était rien. Un simple pantin, une illusion dans ce monde. Un corps sans âme et sans but. Sans elle il se sentait vide, la lumière de sa vie. Elle était l'oxygène de ses poumons, sans elle il suffoquait. Pendant des années sa petite sœur avait été son échappatoire, et sans lui avouer en face, il avait toujours fait en sorte qu'il ne lui arrive rien. Il ne se le pardonnerais pas. Pourtant devant cette pierre tombale le sentiment d'échec le prit à la gorge. Alors comme un enfant il se roula en boule sur la tombe de sa sœur et se laissa ici. Combien de temps ? Plusieurs heures, si bien que le soleil allait se lever quand son créateur vint le mettre à l’abri. Il n'allait pas risquer de perdre son petit soldat. Depuis Elikan n'avait jamais totalement fait le deuil de sa sœur, elle vivait en lui comme à l'époque, douce et fragile, pure et innocente. Il l'a voyait encore tourner en rond sous les arbres alors que le vent venait soulever ses cheveux blonds, les bras écartés comme si elle pouvait s'envoler. Comme si à tout moment ses ailes allaient se déployer pour l'emmener loin. Loin ou ? De la guerre, de l'horreur et de lui...

Il l'a vit bien vivante et réelle devant lui. Un instant il resta interdis comme si elle n'existait pas et un instant il pensa à fuir. Son esprit lui jouait souvent des tours à l'époque. Il se souvenait des rêves qui peuplaient ses nuits, il la voyait bien vivante. En compagnie d'un autre homme brun il l'a voyait sourire, rire, aimer. Elle était une femme, il l'avait connu jeune femme, il l'a voyait en rêve femme. Alors son réveil les souvenirs le prenaient à la gorge et il laissait une larme rouge sang rouler sur sa joue. Ses rêves étaient trop précis, trop douloureux... Il les avait toujours fait mais il ne comprenait pas comment il pouvait la voir aussi nette. Il souffrait à chaque fois. Et depuis qu'il était sur l'île il multipliait ce genre d'illusion. Il couru vers elle et au comble du bonheur elle resta là, il l'a prit dans ses bras et la serra fort. Si fort qu'il lui aurait brisé tous les os si elle avait été humaine. Il respira son parfum sucré, écoutant son rire et sa voix et une foule de souvenirs vint envahir son esprit. Il les prit comme des gifles, violemment et pourtant si bon. Avec précision il se rappelait de toute, Dieu qu'il avait pu en oublier ! Comme il s'y attendait elle vint essuyer l'unique larme qui lui avait échappé. Il ne c'était même pas rendu compte qu'il pleurait. Il sentit les doigts froids de sa sœur sur sa joue et il osa fermer les yeux pour profiter au mieux de ce contact. Depuis combien de temps il l'avait pas eu droit à ce genre de caresse ? Tendre et douce ? Depuis des années, des centaines d'années même/ Certes il avait été amant avec son créateur mais... Il n'y avait pas de place pour la tendresse dans leur relation.

Sa sœur brisa le silence, sa voix fut comme une douce mélodie aux oreilles du jeune homme. « Elikan... c'est toi. Tu es là. Tu es vivant... C'est impossible. » Il lui adresse un sourire heureux sans arrêter de la toucher, comme pour s'assurer qu'elle était bien là. « Rien n'est impossible petite sœur... Tu le sais bien. » Alors sans qu'il ne s'y attende elle se blottit contre lui, le visage contre son torse. Il l'entoura de ses bras et la serra tendrement contre lui en respirant son odeur. Combien de temps il restèrent ainsi ? Plusieurs minutes sans doute si bien qu'ils étaient seul quand sa perle blonde lui parla. Il respectait son silence. « Quelques mois après... ta disparition. Je ne suis pas restée sur le champs de bataille. Je me suis enfuie, je ne voulais pas d'une vie sans toi. Mais j'ai été rattrapé par un vampire. Et je suis morte à mon tour... » Une vie sans lui... Alors elle non plus n'avait pas supporté l'idée de le savoir loin. Il laissa échapper un soupir de bonheur alors qu'il l'écoutait. Morte... Son ange n'était plus vivante. Il s'en doutait mais l'apprendre de sa bouche le faisait frissonner. Comme si cela allait servir à la protéger il la serra plus fort contre elle. Dans une étreinte protectrice comme il avait toujours eu l'habitude de le faire. « Et toi, Grand Frère , comment... Qu'est-ce qu'il t'est arrivé ? »

Il prit un instant pour réfléchir et remettre ses idées en place. Il ne touchait plus terre depuis qu'il avait sa sœur entre ses bras. « Et bien vois-tu sur ce champ de bataille j'ai marché sur une mine et... Enfin un homme m'a trouvé agonisant et à moitié mort, un vampire comme tu te doute... Il m'a transformé et je suis devenu son soldat personnel. » Il arrêta là la discutions et enfin se détacha de l'étreinte de sa sœur, il prit ses doigts dans sa main et l'incita à marcher un peu. Une nouvelle équipe allait arriver pour s’entraîner et il comptait bien l'emmener dans ses appartements. « Raconte moi tout, je veux tout savoir, ne me cache rien... Nous avons tant à nous dire... » De sa main libre il vint replacer une de ses mèches de cheveux derrière l'oreille fine de sa petite perle. « Tu m'as tant manqué... J'ai l'impression d'être dans un rêve petite sœur... Dis moi que je ne vais pas me réveiller et que tu es réelle... »

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Dream comes true. SUNSHINE.   Dim 16 Juin - 14:49

Je ne peux pas croire que tu sois... vivant.
nous étions comme dans un rêve, incapable d'avancer en courant.


ELIKAN « Rien n'est impossible petite sœur... Tu le sais bien. »  
Elle regardait son frère dans les yeux, et elle sentit son corps se gonflait de joie. Elle n'arrivait pas à croire qu'il se trouvait là, mais elle devait l'admettre, elle devait accepter cette idée. Son frère était présent, son frère était près d'elle, et elle pouvait le prendre dans ses bras, lui parler. Lui dire tout ce qu'elle n'avait jamais pu dire à son grand frère. Quand elle était tombée amoureuse, qu'elle avait trouvé l'homme de sa vie, quand il l'avait quitté, quand elle avait trouvé un emploi, toutes les choses qu'elle avait apprise. Toutes les choses qu'elle avait faite ses deux derniers siècles. Elle pouvait enfin partager tout cela avait son grand frère, et c'était trop, c'était beaucoup trop. Elle n'arrivait pas à accepter tous les sentiments qui l’asseyaient. Elle n'était pas assez forte pour cela, elle n'était pas assez grande. Elle était encore une enfant, qui avait perdu son amour, sa famille et ses espoirs bien trop tôt. Une enfant qui n'avait jamais eu le temps de rêver. Une enfant qui désirait encore courir dans les champs en robe d'été, et monter à cheval au levée du jour. Elle était une enfant amoureuse qui avait la chance de pouvoir grandir enfin. Elle avait retrouvé son frère, elle avait retrouvé sa famille. Et elle était incroyablement heureuse.  
Cependant, elle avait aussi l'impression d'avoir changé, d'avoir beaucoup trop changé. Elle n'était plus l'enfant qu'il avait connu. Elle n'était plus si sage, et douce. Elle était une femme qui avait utilisé son corps pour obtenir ce qu'elle voulait, elle avait collectionné les hommes pour gagner des paris, elle avait violé et tué sans culpabilité. Elle s'en était pris à des enfants, et à des jeunes vierges, parfois à peine sortie de l'enfance. Elle avait massacré des villages entiers par pure désirs. Elle avait voulu mourir, elle avait tenté de se tuer. Elle qui était si aimante, et si heureuse de vivre. Elle qui avait toujours tout fait pour rendre les gens heureux, et pour être heureuse à son tour. Elle avait gouté à l'égocentrisme et à l'envie du suicide. Elle avait surmonté ces obstacle, elle avait changé, elle était devenue plus forte ou tout du moins elle l'espérait.
ECHO-ALICE «  Je pense que nous pouvons dire cela... après tout, nous sommes des vampires. Alors rien ne doit être impossible apèrs tout.  » Concéda-t-elle en le regardant dans les yeux.
Elle voulait croire à ce monde fait de possibilités étonnantes. Que tout puisse être possible, que rien ne lui soit interdit. Elle se demandait cependant comme cela pouvait être possible. Après tout, il n'était pas devenu vampire comme cela du jour au lendemain, et elle se souvenait de cette image de son frère explosant sur une bombe. Cette image qui l'avait obsédé durant des mois. Elle avait failli devenir folle. Elle rêvait chaque nuit de son frère, venant vers elle en souriant, sans se doutait de ce qu'il allait se passer. Et soudainement ce fut le feu et le sang. Et il disparut, elle se retrouvait seule dans la souffrance, et la noirceur. Et l'ami de son frère venait l'enlever. Il venait la sauver et lui rendre sa liberté, avant d'être tué à son tour. Elle avait toujours pensé que la mort l'entourait, qu'on ne pouvait pas l'aimer sans risquer de mourir. Et pourtant, son frère était devait elle. Peut être qu'elle n'était pas si mauvaise finalement. Peut être qu'il y avait du bon en elle. Peut être qu'elle était quelqu'un de bien. Après tout, elle pouvait y croire, tout était possible avait-il dit.
ELIKAN « Et bien vois-tu sur ce champ de bataille j'ai marché sur une mine et... Enfin un homme m'a trouvé agonisant et à moitié mort, un vampire comme tu te doute... Il m'a transformé et je suis devenu son soldat personnel.  » Avoua-t-il.
Elle digéra l'information. Son frère n'était pas mort une fois qu'il avait marché sur la mine. Il était resté sur le sol, agonisant. Et elle n'avait pas cherché à le retrouver. Elle n'avait pas cherché à le sauver, ou à le rechercher.. Elle était sure qu'il était mort sur le coup, alors que non. Et un vampire l'avait trouvé. Un vampire avait fait de lui un monstre - comme elle à présent - et il était devenu son soldat personnel.
ECHO-ALICE « Son soldat personnel ? » Demanda-t-elle sans être sure de vouloir la réponse.  
Elle le regardait dans les yeux, sans imaginer ce qu'il avait vécu. Elle a su ce qu'il était arrivé à John, et cela avait été assez douloureux pour elle. Elle ne voulait pas apprendre que pour son frère aussi être devenu vampire avait été synonyme de cruauté et de massacre. Elle ne voulait pas apprendre que son frère avait souffert. Elle n'avait pas souffert. Elle avait été prise par l'homme dont elle était amoureuse, et qui avait fait d'elle une oeuvre d'art. Elle était son oeuvre, une marionnette au service des désirs de John, qui avait appris petit à petit à être libre. Aujourd'hui elle était une vampire dans le sens le plus mélodieux du mot. Elle était fière d'être ce qu'elle était. Elle était fière d'elle et de ce qu'elle avait vécu.
ELIKAN « Raconte moi tout, je veux tout savoir, ne me cache rien... Nous avons tant à nous dire...  »
Elle ria, et le prit dans ses bras une fois encore. Elle ne savait pas par où commencer, elle ne voulait pas commencer. Tous les mots se bousculaient dans sa tête sans qu'elle sache par où commencer. Elle était comme une enfant avec plein de cadeaux autour d'elle et elle ne savait pas lequel ouvrir en premier car elle savait qu'ils lui feront tous plaisir au final. Elle se mordait la lèvre, et se détachait de son frère pour regardait autour d'elle et jouait avec ses mains, comme si elle était nerveuse. Elle ne savait pas quoi dire, elle ne savait pas par où commencer. Elle le prit par la main et le mena à ce qui devait être une sorte de bureau. Elle ne fit pas attention au nom sur l'entrée, et ferma la porte derrière eux.
ECHO-ALICE « Tu te souviens de ton ami ? Comment s'appelait-il ? Dereck ? Ou .... Danny ? Il avait juré de faire de moi sa femme une fois que nous serions sortis de cette guerre. Tu te souviens. Il était complètement fou. » Dit-elle en le faisant s'assoir sur une chaise, en prenant une autre pour venir face à lui et lui raconter ce qu'il lui était arrivé. Comment elle était devenue une vampire.
ECHO-ALICE «  Nous nous sommes échappés. Après ton... Accident. Il a quitté le front parce que je le lui ai demandé. Je ne voulais plus être là-bas. Pas sans toi. Nous avons été arrêté près de la mer. Par un vampire : John Constantine. Il l'a tué, et il m'a transformée. Pour faire de moi sa compagne, dirons-nous. » Elle ne savait pas comment le dire autrement.
Elle ne voulait pas aller plus loin Pas pour le moment. Elle ne voulait pas le mettre en colère ou gacher ce moment. ET surtout elle ne voulait pas qu'il déteste John.. Elle voulait que les deux hommes de sa vie s'apprécie. Elle se rendit compte de cela : elle avait retrouvé le premier homme de sa vie. Son grand frère et un sourire immense se placarda sur ses lèvres.
ELIKAN « Tu m'as tant manqué... J'ai l'impression d'être dans un rêve petite sœur... Dis moi que je ne vais pas me réveiller et que tu es réelle...   »  
ECHO-ALICE «  Il fait nuit dehors grand frère, ce n'est pas l'heure de dormir. Et tout cela est bien réel, je te le promets.  »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Dream comes true. SUNSHINE.   Mer 10 Juil - 16:07

Alice & Elikan

« Dream comes true. »
Il ne comptait plus toutes les fois ou il avait imaginé cet instant. La retrouver au détour d'une rue, dans une réception ou la trouver grâce à d'autres vampires. Mais il n'avait jamais réussi car tout simplement il ne l'avait pas cherché. Pour lui sa sœur était morte, son créateur lui avait dit ça et bêtement il l'avait cru. Quel idiot il avait été, il aurait du la chercher. Il s'en voulait tellement. L'espoir était encore là mais... En revenant chez lui il n'avait trouvé qu'une petite tombe portant le nom de sa sœur. Il c'était rendu à l'évidence. Ou du moins il avait essayé. Il n'acceptait pas même si son créateur lui avait souvent répété de faire le deuil. On ne peut pas, c'est comme lorsqu'on vous arrache un membre et qu'on continu de la sentir. Il sentait sa sœur vivante au plus profond de son cœur mort, pourtant elle n'était plus. Il devait s'y faire, il en était incapable. La douleur de cette perte lui donnait l'impression de ne pas être totalement un monstre. Le souvenir de sa sœur lui permettait de rester lucide sur ces actes. Et pour Elikan ce n'était pas totalement rien. Même dans la mort sa sœur le rendait meilleur, pour cela il ne l'aimait que plus encore. Alors jour après jour il essayait de suivre, de ne pas se faire dépasser par une époque qui n'était plus totalement la sienne. Faisant en sorte d'apprendre à vivre sans cette partie de lui qui lui était pourtant si importante. Il vivait, point. Ne jouissait pas de sa condition, il faisait ce qu'on lui demandait. Aucun plaisir, aucune distraction. C'était ainsi. Un simple robot, un spectateur dans l'époque et dans le temps qui passait.

Les autres étaient comme des fantômes sous ses prunelles rouges. Il ne les voyait pas, aucune attache à part son créateur pour qui il avait de l'affection. Et encore... Il ne savait expliquer ce lien qui l'unissait avec cet homme. Il ne l'aimait pas, ce n'était pas de l'amour. Ni de la tendresse. Juste une attache et un besoin de briller dans ses yeux. Il ne savait pas l'expliquer. Lui qui était si fier et si libre... Il avait été pendant des années derrière un homme. Il lui semblait reprendre vie maintenant qu'il l'avait retrouvé. Qu'elle était dans ses bras. Il sentait son cœur mort battre à nouveau même si il savait que c'était impossible. La voix douce de sa sœur résonnait comme une tendre mélodie dans son oreille, elle parla pour son plus grand bonheur. Et comme avant il prit un plaisir non dissimuler à l'écouter. Il se souvenait de toutes les fois ou il dormait avec elle dans son lit après des cauchemars. Il lui arrivait de demander à sa sœur de lui raconter sa journée, des choses futiles peut-être mais entendre sa petite sœur parler le détendait. Elle avait une telle façon de s'exprimer qu'il aurait pu obéir à chacun de ses ordres. Il lui raconta son accident, pas en détail car cela aurait été trop long. Elle buta sur une parole. « Son soldat personnel ? » Il hocha la tête de haut en bas comme un enfant prit en faute. Oui il avait été un jouet pendant plusieurs années et il n'en était pas fier.

Il arrivait parfois que son créateur lui montre du doigt une personne et Elikan allait lui ôter la vie. C'était pour cela qu'il avait été transformé et il pensait à l'époque ne rien avoir à perdre. Il c'était trompé oui. Il ne comptait plus le nombre de personnes qu'il avait tué sans scrupule, sans même un motif. Juste car tel ou telle personne ne plaisait pas à son maître. Il recevait l'ordre et il faisait. Point. Quand on regarde cela se rapprochait de la guerre et des combats. Il tuait des hommes qu'il ne connaissait pas, juste à cause d'un ordre. Il avait été élevé pour ça il le pensait de plus en plus. Comme si sa raison n'avait été que pour ce seul et unique but, façonné dans cette voie. Une machine à tuer. Peut-être sa destiné était-elle de devenir vampire, ou peut-être aurait-il du terminer son existence sur ce champ de bataille. Mourir en héros, devenir un modèle pour les générations futures. Il aimait cette idée même si il n'avait aucun mérite aujourd'hui. Il n'était pas mort sur le champ de bataille comme ses frères, il était un lâche. Lui avait survécu, il c'était relevé mort et en même temps vivant.  Pourquoi lui ? Pourquoi pas son ami à ses cotés ? Pourquoi pas les autres, plus beau, plus musclé ou meilleur que lui ? Jamais son créateur ne lui avait donné de raison valable, juste lui dire pourquoi c'était lui et pas un autre. Encore aujourd'hui il ne l'expliquait pas. Le doux rire de sa sœur effaça ses doutes, ses peurs et les cries de guerre dans sa tête. Il enleva également l'odeur de mort qui flottait dans ses narines quand il repensait à cette époque douloureuse. La mort à une odeur si particulière, la putréfaction également. On dit qu'une fois qu'on l'a senti, on ne peut plus jamais l'oublier et c'est affreusement vrai.

Sa petite perle l'emmena vers le bureau d'un des gradés, il la suivit sans broncher comme un automate. Il ne voyait qu'elle et il l'aurait suivi jusqu'au bout du monde si elle avait voulue. Elle ferma la porte et il prit place sur une chaise alors qu'elle parlait. Elle se tortillait les mains telle une enfant, comme à l'époque quand elle avait quelque chose à lui demander et qu'elle ne savait comment. Alors dans ces moments là il faisait exprès de ne pas comprendre juste pour la voir se tortiller et baragouiner des paroles sans aucun sens. Pas qu'il se moquait non, il la trouvait seulement adorable dans ces moments là. Et il constatait que rien n'avait changé et du moins pas grand chose. « Tu te souviens de ton ami ? Comment s'appelait-il ? Dereck ? Ou .... Danny ? Il avait juré de faire de moi sa femme une fois que nous serions sortis de cette guerre. Tu te souviens. Il était complètement fou. » Tout en disant cela elle prit une chaise pour venir face à lui, il prit la main de sa sœur dans la sienne pour la serrer doucement. Il ne voulait pas briser le contact. Il écouta parler de cet homme dont il avait oublié le nom. Il se souvenait d'un jeune soldat brun, grand, avec du charme et qui bavait littéralement sur sa sœur. A l'époque il n'avait rien dit face à ça, l'horreur de la guerre était telle qu'un peu de joie pour son ami faisait plaisir à Elikan. Dereck... Ou Danny s'amusait à rêver d'une vie avec sa sœur, d'enfants et d'une grande maison. Elikan souriait et hochait la tête d'un air qu'on aurait pu qualifier d'idiot. Il n'avait pas donné sa bénédiction mais il fallait avouer que tous les hommes de la section regardaient sa sœur. Elle était si belle, un rayon de soleil dans l'enfer de la guerre. Que pouvait-il faire à ça ? Elle leur apportait des sourires, ils se sentaient important quand elle posait son regard sur un d'eux. Il fallait voir le bon cotés des choses, elle était protégée par son frère mais également par toute une section de soldats. Un peu fou certes, mais pas méchant.

«  Nous nous sommes échappés. Après ton... Accident. Il a quitté le front parce que je le lui ai demandé. Je ne voulais plus être là-bas. Pas sans toi. Nous avons été arrêté près de la mer. Par un vampire : John Constantine. Il l'a tué, et il m'a transformée. Pour faire de moi sa compagne, dirons-nous. » Il avait maintenant ses réponses, sa sœur avait été transformée par un autre homme. Qui pouvait-il être ? A quoi il ressemblait ? L'avait-elle bafouée comme il se l'imaginait ? Oui sans doute, elle l'avait conquis de sa beauté légendaire, il avait bafoué l'ange qu'elle était. Pourtant il n'était pas en colère et d'avance il ne détestait pas cet home, il était en tord également. Il ne l'avait pas cherché, il avait cru aveuglément les paroles de son créateur qui lui avait dit qu'elle était morte. Il s'en voulait tellement, il se détestait de n'avoir pu la protéger comme il le devait. Pourtant une question lui brulait les lèvres. « Et à quoi ressemble ce John ? »  L'envie de connaître cet homme qui avait volé l'humanité et le cœur de sa petite sœur monta en lui. Elle l'aimait cela se voyait, ça crevait les yeux. Elle ajouta pour répondre à sa question. « Il fait nuit dehors grand frère, ce n'est pas l'heure de dormir. Et tout cela est bien réel, je te le promets. » Un grand sourire vint orner les lèvres du recruteur alors qu'il la prenait dans ses bras pour la serrer fort. Il respirait son parfum et vint lui déposer un baiser sur sa joue fraîche. « Raconte moi encore des choses, parle moi de toi. De ce que tu as fais, de ce que tu as vu ! As-tu visité des pays, as-tu vu du monde ? Avec qui ? » Il brûlait d'envie de tout savoir sur sa sœur, de tout connaître sur sa vie vampirique. Depuis qu'il l'avait quitté tout simplement . « Qu'elle fonction tu occupe au palais, pourquoi tu es sur l'île ? » Il ne savait que peu de choses sur elle et n'avait que rarement entendu parler d'une Sunshine. Il n'avait pas prêté attention à son nom de famille, croyant que sa sœur vivante était impossible. Il travaillait souvent au palais oui mais il ne l'avait encore jamais croisé, il ne savait comment l'expliquer.

Une dernière question lui encerclait la gorge pour la nouer dans un terrible et douloureux étau. « Et tu as revu nos parents une dernière fois ? » Son plus grand désespoir avait été de ne pas revoir son père et sa mère. Surtout cette dernière, modèle de douceur et de tendresse. Une mère comme il est rare d'en voir, avec une dévotion et un amour infini. Dieu qu'il pouvait se sentir bien avec elle, ils partageaient beaucoup de complicité à l'époque quand père n'était pas là. Il aimait être avec elle, mais malheureusement comme les femmes de l'époque elle c'était rangée du cotés de son mari. Et petit à petit sa mère c'était éloignée. Il n'était jamais allé les revoir, de peur de les attaquer d'abord car il ne contrôlait pas toujours sa soif. Mais surtout il était cadavérique, froid comme le marbre et son père l'aurait poussé à la prière encore une fois. Il aurait compris quelque chose, il comprenait toujours. Et il n'avait pas la force d'entendre parler de sa sœur et de sa mort. Alors il n'était jamais revenu.

Ainsi à présent devant elle il attendait ses réponses, impatient tel un enfant devant ses surprises de noël.  

© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Dream comes true. SUNSHINE.   Sam 26 Oct - 23:40

Je ne peux pas croire que tu sois... vivant.
nous étions comme dans un rêve, incapable d'avancer en courant.


Elle avait retrouvé son frère, l'homme qui avait le plus compté pour elle durant des années. Cet homme qui venait la rejoindre dans son lit quand ils étaient enfants parce qu'ils avaient peur du noir, ou parce qu'il l'avait entendue gémir à cause d'un cauchemar. Cet homme qui aurait tout fait pour la protéger de l'exigence d'un père bien trop borné. Un homme qui avait voulu contrôlé la vie d'Alice jusqu'aux plus infimes détails. Elle n'aurait jamais pu épouser un homme par amour quand elle était humaine. Aujourd'hui elle allait le faire. Aujourd'hui elle allait épouser l'amour de sa vie, l'homme à qui elle voulait offrir son immortalité, son éternité. Un homme avec lequel jamais elle ne s'ennuierait. John était l'homme parfait pour elle. Il était capable de la suivre dans ses délires, mais aussi de calmer ses crise d'enfantillage qui parfois pouvaient vraiment aller très loin. Dans le sang de jeunes enfants, ou dans des théâtres de marionnettes faits des cadavres de ses victimes. Elle avait ainsi constituée une maison de poupée quand ils se trouvaient à Prague, il y a bientôt cent treize dans de cela. Ils avaient acheté un hôtel privé, et elle avait amassé des cadavres dans le dos de John. Un soir il s'était levé et partout dans l'hôtel se trouvait des corps rigides d'humains vidés de leur sang, et Alice qui dansait autour d'eux en riant comme une démente.
Ils avaient fui. Mais ce genre de crise n'était pas inhabituel chez la vampire. Elle était née pour tuer, mais elle menaçait parfois leur identité, et John était là pour s'assurer qu'elle n'allait pas trop loin dans ses délires de pouvoir. Tout comme Elikan était le seul homme qui avait capable de calmer ses angoisses et ses peines quand elle était enfant. Elle avait peur de leur père, mais cela était sans doute normal. Il attendait beaucoup de choses d'elle, et Alice n'avait pas le caractère des gentilles petites filles. Elle avait fait une quantité incroyable de bêtises qu'Elikan avait eu à coeur de cacher des yeux de leur père. Il lui avait offert une enfance, l'enfance que leur paternel n'aurait pas voulu qu'elle ait. Il voulait qu'elle s'adonne à l'étude des langues anciennes et de la Bible. Elle ne l'avait lu que des années plus tard, forcée par des bonnes soeurs autoritaires et stupides aux yeux de la jolie blonde. Elle était trop jolie sans doute pour faire partie du corps religieux. Un jour une de ses professeurs avait dit d'Alice qu'elle avait le corps d'un ange et le regard du diable. Elle n'avait pas eu la confiance de ses maitres, et seul son frère avait été capable de la rendre heureuse.
Aujourd'hui elle retrouvait le premier homme de sa vie et elle était surexcitée. Elle les avait amené dans une pièce où ils pourraient parler calmement. Elle ne savait pas quand il devra partir pour faire son travail, mais elle ne douta pas qu'il n'irait pas ne serait-ce que pour profiter de la présence de sa petite soeur. Ils allaient sans doute rester là toute la nuit, ou durant plusieurs jours pour se retrouver, et à cette perspective elle était en joie.
ELIKAN - « Et à quoi ressemble ce John ? »  Demanda-t-il, suspicieux.
Elle se mit à rire, sautillant sur sa chaise. Il jouait les grands frères protecteurs, et cela lui ressemblait tellement qu'elle trouvait cela amusant. Elle se demanda comment elle pouvait définir John. Est-ce qu'elle devait tout raconter de leur histoire à son frère ? Est-ce que Elikan ne risquait pas de trouver sa décision d'épouser cet homme qui l'avait tant faite souffrir, stupide. Elle en doutait, son frère ne l'avait jamais jugée, ce n'était sans doute pas maintenant qu'il allait commencer.
ECHO — « Il est le plus bel homme que j'ai jamais vu… après toi mon grand frère, évidemment !  » Dit-elle d'un air mutin.
Elle était comme une petite fille, et quelque part jamais un homme n'était plus beau pour une petite fille que son père ou son grand frère. Elikan était en plus un canon de beauté, c'était une évidence. Les Sunshine étaient beaux, on ne pouvait rien faire contre cela. Il fallait se rendre à l'évidence, ils rendraient fou le plus chaste des prêtres ou la plus innocente des belles-soeurs. Ils étaient des êtres de luxure, cela se voyait sur leur visage. Ils avaient quelque chose de doux, de beaux, et de fascinant. A voir Elikan on était prêt à lui donner une confiance aveugle, mais cette beauté était presque inquiétante. Il devait être un soldat hors-paire.
ELIKAN — « Raconte moi encore des choses, parle moi de toi. De ce que tu as fais, de ce que tu as vu ! As-tu visité des pays, as-tu vu du monde ? Avec qui ? » Demanda-t-il.
ALICE — « OH MON DIEU ! Nous allons en avoir pour une partie de la nuit. J'ai tout d'abord parcouru le monde aux côtés de John ! J'ai été voir la vieille Europe, l'Asie, la Russie, même l'Australie. Nous avons vécu un moment en Ecosse, et j'avoue que je suis folle de ce pays ! Puis… J'ai été amenée ici par Seth Bridgestone, que tu dois sans doute connaitre si tu es un soldat. Et avec lui aussi j'ai pas mal voyagé. Il m'a fait découvrir le Nouveau Monde. Mais j'ai aussi beaucoup passé de temps ici, à Heartkiller. J'ai étudié.  » Racontait-elle avec enthousiasme.
Elle ne savait pas trop quoi dire de plus sans rentrer dans quelques détails sordides sur sa vie. Pour l'heure elle en restait à quelque chose de très générale. A mesure de ses voyages et de ses lectures elle était devenue une femme cultivée et curieuses qui ne se rassasier jamais d'apprendre des choses. Elle partait encore souvent en voyage diplomatiques et elle en revenait avec des images fantastiques pleins la tête.
ALICE — « Et toi qu'as-tu fait durant tout ce temps ? Où es-tu allé ? » Demanda-t-elle en retour.
Le monde avait beaucoup changé en deux siècles, et il était encore en marche, inexorablement vers quelque chose que les humains ne maitrisaient pas. Elle ne pouvait pas l'expliquer mais cela la fascinait. Elle s'intéressait aux nouvelles technologiques, aux nouvelles modes, à l'art, à la littérature contemporaine, et ramener souvent des cadeaux étonnants de ce nouveau monde après ses voyages diplomatiques. Elle passait encore parfois des journées entières enfermées dans la bibliothèque de Heartkiller. Elle relisait des livres qu'elle connaissait déjà par coeur, mais elle n'en était pas blasée. Jamais elle ne le sera sans doute.
ELIKAN — « Qu'elle fonction tu occupe au palais, pourquoi tu es sur l'île ? »
ALICE — « Je suis chargée des relations diplomatiques et juridiques entre les différentes royautés vampiriques à travers le monde. En gros, je voyage à travers le monde pour m'assurer que les règles générales de notre monde sont respectés, et pour rendre compte des différences juridiques entre tous les Royaumes auprès de César. Je travaille pour lui depuis une petite dizaine d'années, mais je pense que … j'aime ce boulot ! Et toi depuis quand es-tu soldat ?  »
Elle adorait travailler sur Heartkiller. Elle avait trouvé sa voie, en quelques sortes, et elle était douée pour ce qu'elle faisait. Au delà du fait de parler plusieurs langues, elle connaissait beaucoup de choses sur la juridiction, et sur l'histoire du monde. Elle était toujours à la recherche de nouvelles connaissances. Elle adorait écouter les autres lui raconter leur histoire et elle les écoutait sans broncher. Elle se nourrissait de ce qu'on pouvait lui offrir. Elle était d'une nature incroyablement curieuse et si certain y voyait un défaut, chez elle s'était plutôt une qualité.
ELIKAN — « Et tu as revu nos parents une dernière fois ? »
Elle baissa le regard. Elle ne pensait jamais à ses parents, et peut être était-ce mal. Mais elle ne pouvait pas se résoudre à les pleurer. Ils avaient vécu, ils avaient eu une belle vie, malgré tout. Ils avaient tout de même fini par perdre leurs deux enfants, et par mourir sans doute dans le chagrin. Est-ce que Alice avait le droit de les pleurer alors que sa disparition avait sans doute aggravé leurs vies ?
ALICE — « J'ai été sur leur tombe une fois. Mais c'était il y a bien longtemps. Je n'y suis pas retournée depuis. Et j'avoue que… Voir ma propre tombe… a été un choc assez violent. » Avoua-t-elle à demi-mots.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dream comes true. SUNSHINE.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dream comes true. SUNSHINE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ✤ UNE AUTRE VIE ✤ :: Archives du forum-