AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Quand aviez-vous pensé fuir? [Errol, Sullivan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
César I. Bridgestone
JE SUIS LA JUSTICE ♦ EMPEREUR
JE SUIS LA JUSTICE ♦ EMPEREUR
César I. Bridgestone

✤ LETTRES A LA POSTE : 379
✤ ARRIVÉE A HEARTKILLER : 04/03/2013
✤ AGE : 32
✤ OU TU TE TROUVES ? : Je rôde sur Heartkiller. Serez-vous ma prochaine victime ?
✤ EMPLOI/LOISIRS : L'Empereur / Jouer avec mes esclaves
✤ HUMEUR : Avenante

MessageSujet: Quand aviez-vous pensé fuir? [Errol, Sullivan]   Mer 25 Sep - 21:49

- Errol Shaw vous dites ? L’archiviste … Je m’attendais à tout sauf lui.

Terminait-il dans un murmure. Il semblait sur le point d’exploser. On l’observait garder un regard stable vers le bas. Peut-être dans le seul but de tâcher le calme, d’éviter de laisser sortir sa colère. Ses poings en tremblèrent telle l’agitation était grande dans l’entièreté de son corps. Il n’y avait pas que l’Empereur toutefois. Plusieurs soldats, cinq au total, des meilleurs et expérimentés tremblaient aussi … De peur. Huit jours que nos cinq valeureux Vampires recherchèrent cet esclave appartenant à César Irving Bridgestone. Ils n’avaient lésiné aucun endroit. Des quartiers moins huppés d’Heartkiller jusqu’à la jungle en passant par les grottes que l’on retrouvait sur l’île. Enfin, leur détermination et loyauté fut respectée une fois de plus. Grâce à de jeunes Vampires vivant non loin de la cachette d’Errol Shaw, ils la trouvèrent ce dernier y compris.

Néanmoins, le courage manquait encore à nos guerriers. Leur courage s’étiolait, car ils virent Sullivan Mitchell s’abreuver de sang … Ils sentaient déjà l’Empereur sur le bord de commettre un meurtre. Qu’est-ce que ce serait alors ? César en avait eu plus qu’assez de se faire voler ses esclaves. Au bout de trois jours sans avoir vu la mine rebelle de son esclave, il mit donc quelques-uns des meilleurs soldats en quête de le retrouver. Il souhaitait, par ses recherches, faire deux pierres d’un coup. Il espérait retrouver Anastasia au même titre que Sullivan. Huit jours plus tard, il cherchait encore la raison pour laquelle on s’empara de ses esclaves. Et tout proviendrait d’Errol Shaw. Il ne souhaitait point en discuter avec Jezabelle … Il lui fallait retrouver le fautif avant !

Ce fut dans ces méandres de pensées et de meurtres que César entendit une petite voix craintive. Sans prendre en compte ceci, l’Empereur remonta le regard sommant le soldat de répondre … Sans que sa voix s’élève une seule fois.

- On … On a vu Sullivan Mitchell s’abreuver de sang.

Ce fut clairement des mots de trop. L’Empereur grogna et fit valser telle une plume le pauvre soldat contre un mur du couloir en l’intérieur du manoir royal. Heureusement, ce dernier s’en remettrait vite. Débarrassé de toute forme de barrière gênante, César Bridgestone se mit à avancer d’un pied ferme ordonnant aux cinq soldats de le suivre pour lui montrer le lieu du crime. Oui ! Le malchanceux aussi !

Minuit sonnait et la fraîcheur était au rendez-vous. Rapidement, notre Vampire se vêtit élégamment d’un long manteau et chapeau noirs par-dessus ses beaux atours pour sortir dans l’air frais, agréable de la nuit. Toutefois, cette fraîcheur n’arrivait clairement pas à faire descendre la chaleur du corps du Vampire. Il se laissait guider, fou de rage qu’on ose s’en prendre à lui, vers le mauvais quartier sans prendre le temps d’observer les alentours, les Vampires et quelques humains se faisant tous petits l’Empereur passant devant eux. Oh non ! Aucun n’aurait songé à lui adresser la parole : pas avec ces émotions qui furent impossibles à cacher de notre parfait Vampire. Ses pensées étaient multiples envers Errol Shaw, mais une seule le satisfaisait : un tas de cendre au zénith !

- C’est … C’est ici monseigneur …

Bégaya l’un des soldats tout en laissant place à son Empereur. Ce dernier observa de long en large l’habitation et ne put pas s’empêcher de songer qu’Errol Shaw avait des goûts particulièrement étranges. On lui donnait une suite au manoir et il s’obstinait à prendre une maison délabrée ! Quel paradoxe ! Sur ce, il lança son poing avec violence contre la porte. Le vieux bois sec se fracassa automatiquement incapable de tenir à la colère du Vampire. Ce dernier finit de faire tomber le tout avec sa jambe droite pour pester un moment s’étant écorché bêtement une jointure … Quelques secondes plus tard, il n’y paraissait plus. Alors, César ordonna à deux des soldats de rester à l’extérieur. Entrant avec les autres, même à l’aide de sa vision nocturne ses sens ne lui firent apparaître aucune âme vivante. Vivante, dans le sens qu’on l’entend sur Heartkiller évidemment. Sans émettre un seul bruit, tel un chat, il ordonna d’un geste à deux autres soldats d’aller voir à l’étage. Le dernier devait rester à ses côtés.

César savait se trouver dans la cuisinette peut-être même où l’on mangeait étant humain. Machinalement, mais toujours aussi brusquement il passa deux doigts sur une table. L’endroit était extrêmement poussiéreux. Il soupira tâchant de faire taire ses sentiments de meurtre. Ils reprendraient, à l’évidence, dès qu’Errol Shaw lui apparaîtrait.


✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

Je suis la Justice. Je fais les lois, je les mets en pratique. Je suis l’Empereur. Je voue protection à Heartkiller. Je tue les cœurs impurs de vivre, j’en apporte d’autres pour faire prospérer notre peuple. Je suis un rouage parmi tant d’autres, parmi mes frères et mes sœurs. Qu’ais-je fais ? Pourquoi ce désir ? Je t’en bien le découvrir. Je ne me laisserais pas tuer. Ce n’est pas la fin de l’histoire, car ce n’est que le début. J’ai encore beaucoup à découvrir et à comprendre. L’histoire se terminera uniquement lorsqu’on le désirera tous. Pas avant. Là, on pourra décider de qui mourra et de qui vivra. La vie et la mort j'en fais mon affaire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Errol O. Shaw
Just bring me a flower and I'll take you beyond the veil
Just bring me a flower and I'll take you beyond the veil
Errol O. Shaw

✤ LETTRES A LA POSTE : 221
✤ ARRIVÉE A HEARTKILLER : 25/11/2012
✤ OU TU TE TROUVES ? : Dans les archives d'Heartkiller
✤ EMPLOI/LOISIRS : Archiviste Royal Britannique - Éminence Grise de sa Majesté Harrington
✤ HUMEUR : Égale

MessageSujet: Re: Quand aviez-vous pensé fuir? [Errol, Sullivan]   Sam 28 Sep - 1:46


Quand aviez-vous pense fuir ?
Ft. Sullivan D. Mitchell & Cesar I. Bridgestone

Sullivan et Errol avaient adopté l'étage supérieur abandonné de cet immeuble pour éduquer Sullivan à sa nouvelle vie de vampire. La tâche était ardue, parce que Errol s'attendait à des questions qu'on s'attends à se faire poser lorsqu'on change de vie, mais il semblait que le jeune infant n'avait absolument aucune curiosité intellectuelle à ce sujet. C'est pas plus mal, en fait, c'est juste que l'archiviste a un peu de mal à orienter son enseignement si Sullivan ne s'intéresse même pas à ce qu'il est devenu. En fait Errol a remarqué que Sullivan ne semble avoir absolument aucun intérêt pour quoi que ce soit, si ce n'est qu'il est affamé. Il est renfrogné et il souffre, voilà tout ce qu'il semble être enclin à faire. En fait, les seules fois où Sullivan semble avoir un peu d'intérêt c'est lorsque Cyane est présente et son intérêt est surtout de résister pour ne pas lui sauter dessus et la vider de son sang. Autrement, lorsque ce n'était pas Cyane qui était présente, mais un ou une autre esclave, Errol a nettement plus de mal à contenir Sullivan. Il semble à Errol que Sullivan résiste de plus en plus aisément, mais Errol ne laissera pas Sullivan seul en ville de si tôt. Plusieurs jours durant, Sullivan est resté confiné à cet immeuble abandonné et par nécessité, Errol y est resté aussi.

Depuis quelques jours, discrètement, enfin, tout aussi discrètement que peut l'être un nouveau-né assoiffé peut l'être, Errol avait accompagné de dit nouveau né en ville, à la recherche d'humains pour s'y abreuver. Jamais Errol ne laisse Sullivan les saigner à blanc. Jamais il ne le laisse non plus boire jusqu'à être rassasié. Selon Errol, Sullivan doit apprendre à rester lucide et ce, même assoiffé. Errol s'astreint à cette routine depuis des siècles et il s'en porte plutôt bien. Évidemment, pour lutter contre la soif de Sullivan, il a nettement augmenter sa consommation de sang, ce qu'il a le teint nettement plus rosé et les cernes sous ses yeux sont moins prononcés. Il a habituellement l'air d'un insomniaque, ce qu'il est si on y réfléchit bien, mais ces derniers jours, il a l'air d'un vampire en pleine forme. Ce qu'il est effectivement. Éduquer un jeune vampire, malgré le peut d'intérêt intellectuel que lui porte Sullivan est tout de même divertissant et très formateur pour l'archiviste dont la soif de savoir est plus puissante que celle du sang.

Aujourd'hui, encore, Errol a déniché un humain, libre ou esclave, ça lui importe peu, il ne va pas le faire tuer. Juste abreuver Sullivan. L'homme ne semble pas très rassuré, malgré les paroles rassurantes d'Errol. En fait, si ce n'était que d'Errol, l'homme serait probablement rassuré, mais la présence de Sullivan le rend nerveux. Errol joue au cartes avec l'humain et Sullivan, mais Sullivan n'est pas concentré. L'homme a une marque au poignet et l'odeur de sang frais flotte dans la pièce, couvrant presque celle de la poussière. Errol n'a pas laissé Sullivan boire à sa soif. Il lui a à peine laissé le temps de prendre une gorgée. Enfin, deux, parce que Errol a quand même eu un peu de mal à faire faire lâcher prise Sullivan. C'est évidemment ça qui a terrifié l'homme. Mais contrairement à Sullivan, l'homme, un dénommé Brent, porte toute sa concentration sur le jeu, pour surtout pas la porter sur Sullivan. Il abat un jeu des plus payant, si évidemment l'enjeu avait été monétaire. Mais Errol est brusquement déconcentré par un craquement sinistre venant de l'étage inférieur. Jamais Errol est Sullivan ne vont à cet étage, préférant passer par l'issue de secours dans la ruelle. Bien que singulièrement silencieux, les deux gardes furent entendu d'Errol qui quitta son siège pour aller tout bonnement ouvrir la porte avant même que les gardes aient achevé de monter à l'étage.

- Plait-il ? dit-il en faisant face aux deux gardes, son accent britannique imposant une stricte à la familiarité que les gardes auraient pu tenter de poser envers lui.

En bras de chemise, lui qui est toujours soigneusement engoncé dans ses éternels costumes sombres, il semble presque négligé. Sans doute parce que quelques gouttes de sang maculent la blancheur jadis parfaite de sa chemise. Mais autrement, il s'agit d'Errol O. Shaw, dans toute sa splendeur... et son flegme tout britannique.

© Leeyarom


✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

Errol O. Shaw
Take me down to the river bend Take me down to the fighting end Wash the poison from off my skin Show me how to be whole again Fly me up on a silver wing Past the black where the sirens sing Warm me up in a nova's glow and drop me down to the dream below. -
Castle of Glass - LINKIN PARK