AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 (Délais jusqu'au 19/12) Lucien Wren Unknown

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: (Délais jusqu'au 19/12) Lucien Wren Unknown   Mer 4 Déc - 20:00


☇ Lucien Wren Unknown
“ Et finalement je ne suis pas mieux que le serpent qui a étouffé la sagesse d'Adam et mordu la vertu d'Eve...   ”

☇ Humain Libre
FEAT. Josh Dallas
PRENOM(S) & NOM : Lucien c'était son prénom d'esclave, il ne l'utilise plus aujourd'hui. Wren, le prénom que lui a donné ses parents et qu'il a décidé d'utiliser après son émancipation. Unknown, en fait il n'a pas de nom de famille.
SURNOM : Encore aucun
DATE & LIEU DE NAISSANCE : 28 février 1986 à Heartkiller
AGE : 27 ans.
MÉTIER : A le recherche d'un emploi.
STATUT : Seul.
ORIENTATION SEXUELLE : On a le droit de choisir ?!
CARACTÈRE : Gentil - Enthousiaste - Positif - Agréable - Souriant - Juste - Obéissant - Rigolo - Doté de Bon Sens - Orateur - Rusé - Épanoui - Naturel - Franc - Direct - Hyperactif - Débrouillard - Poli - Respectueux - Attentionné - Facile à vivre - Lucide - Simple - Doux - Patient - Détendu - Calme - Courageux - Adorable - Intrépide - Brillant - Sociale - Combatif - Déterminé - Assidue - Fidèle - Plaisantin - Ingénieux - Bon Vivant.
Insensible - Têtue - Bizarre - Trop Franc - Pyromane - Insolent - Cynique - Comédien - Vicieux - Caractériel - Égoïste - Opportuniste -Fourbe - Grincheux - Fanfaron de temps en temps - Manque de Sérieux - Revanchard - Rancunier - Frénétique - Ardu - Perfectionniste - Se las rapidement - Provocateur - Borné - Rêveur - Malicieux Émotif - Complexe - Énigmatique - Faux - Triste - Nostalgique - Mal dans sa peau - Torturé - Hypocrite.    

☇ LE QUESTIONNAIRE HEARTKILLIEN
▬ comment considérez-vous la famille Bridgestone ? avez-vous une relation spéciale avec eux ?

Hmmm d'où je viens c'est une marque de pneu !
Donc je ne connais pas personnellement les Bridgestone, je sais juste que ce sont des vampires et donc des gens immortels qui se nourrissent du sang des humains bla bla bla... Rien de trop extraordinaire quoi !  
Je sais aussi que ce sont eux qui dirigent cette île et ses habitants, je n'aurais sans doute jamais la chance de les croiser un jour, c'est triste mais on ne peut pas tout avoir dans la vie !

▬ que pensez-vous de la condition des esclaves/humains sur l'ile ? pour ou contre leur traitement ?

Faut dire ce qu'il en est, on n'est pas des privilégiés ici ! Dans un sens on est vivant quand même alors c'est déjà bien, y'en à beaucoup qui n'ont hélas plus cette chance... Après je ne sais pas très bien comment sont traités les esclaves et c'est vraiment le cadet de mes soucis maintenant, je ne suis pas Dieu, je ne suis pas immortel et je ne peux absolument rien pour eux. Qu'ils acceptent leur sort et ils se sentiront mieux, c'est cruel mais c'est la vie.

▬ comment trouvez-vous heartkiller ? la ville en elle-même, son organisation, son climat, ses habitants.... ?

J'ai toujours rêvé de la voir, maintenant que j'y suis, elle n'est pas si extraordinaire que ça avec son gros château et ses remparts, c'est un peu comme dans les livres d'histoire mais en vrai ! Je préfère largement les paysages qu'offre la jungle, bon d'accord elle est plus dangereuse et tout et tout mais au moins là-bas j'ai vraiment l’impression d'être libre.

▬ avant d'arriver sur HK, quelle était votre opinion sur les rumeurs englobant le triangle des bermudes ?

Honnêtement c'est vraiment, mais alors là vraiment bien trouver ! J'applaudis l'idée, chapeau ! Bon moi c'est de la triche, je savais déjà quelles manigances se tramaient ici, c'est ça l'avantage de vivre avec des vampires ! Mais bon, c'est tout de même très intelligent, ça m'épate !

▬ craignez-vous la furie des derniers levinson ? d'ailleurs, qu'évoque pour vous la chute du roi allan levinson ?

Eh oh j'ai pas Mille ans moi ! Explique moi et on en reparle d'accord ?

▬ et enfin, question piège, que pensez-vous des adminettes ? Qui est la plus folle ? La plus sexy ? La plus chieuse ? dites-nous tout...

J'VEUX DES BEYS BEYS DE TOUTES LEURS PETITES TÊTES !!!!! @



PRÉNOM/SURNOM : loulou.
AGE : 18 ans
SEXE :  Mâle !! What a Face
COMMENT AVEZ VOUS CONNU LE FORUM? : Passer sous le bureau voyons .
ET COMMENT TU LE TROUVES?  
EST-CE QUE VOUS SOUHAITEZ ETRE PARRAINE ? Nah merci !! .
PEUT-ON ON FAIRE UN PREDEFINI DE VOTRE PERSO. SI VOUS ETES SUPPRIME ? NON l'est à moi et rien qu'à moi !!!
CODE RÈGLEMENT : Ok par John !



Dernière édition par L. Wren Unknown le Lun 9 Déc - 23:10, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: (Délais jusqu'au 19/12) Lucien Wren Unknown   Mer 4 Déc - 20:01


☇ Vivre dans un jardin d'Eden...
“Tu ne peux pas dire le contraire, la vie n'était qu'un jeu à l'époque.  ”


Prologue : Parce qu'il y aura toujours un "avant"  

Heartkiller, 3 mars 1986
Résidence Harrington.

Il devait être minuit, ou était-ce beaucoup plus tard ? Ça n'a pas d'importance puisque de toute façon, tu ne te souviens plus de cet événement pourtant si important.En même temps, tu n'étais né que depuis trois jours...

" Finissez de préparer les affaires pour le voyage, mon mari va rentrer d'une minute à l'autre !  " Depuis le début de soirée il n'y avait plus que la voix de la maîtresse de maison qui résonnait dans la villa qui se vidait peu à peu de son mobilier ainsi que de son personnel. Les esclaves, puisqu'il fallait appeler  tous ces petits humains qui accouraient un peu partout ainsi, se hâtaient de débarrasser la demeure comme on leur avait demandé. " Pressons ! Pressons ! " Continuais d'ordonner la Dame à tout son petit personnel plus stresser que jamais. C'était le grand jour, les Harrington, petite famille de la noblesse vampire américaine, et leurs humains allaient enfin quitter cette île qu'ils détestaient tant après quelques complications de dernière minutes. Les immortels n'ont jamais apprécié la capitale et maintenant qu'ils avaient enfin l'opportunité de quitter Heartkiller, ils voulaient le faire le plus vite possible.  

La maîtresse a toujours été comme ça, hyperactive et constamment sur le qui vive. Elle était gentille et surtout aimante avec son mari, tout était toujours un bon prétexte pour lui faire plaisir. Oh, la Lady Larissa Harrington était une femme de valeur. Mais comme tu as pu rapidement le voir, ce n'est pas le cas de son époux, le maître Lord Marcus Harrington.

Le bruit des portes de bois qui s'ouvrent violemment n’étonne même plus les douzaines de personnes qui continuent d'effectuer leurs besognes, chacun de leur côté. Seule Larissa se précipite vers l'entrée accompagnée de son esclave favorite, Mia ou plus communément surnomme l'Australienne par les autres mortels. Elle pousse un soupire de soulagement en voyant entrer son mari avant de se jeter dans ses bras comme elle avait l'habitude de faire depuis des siècles sans doute. " Marcus enfin te voilà ! " Face à tant d'affection, le vampire ne juge bon que de sourire, déposant un baiser sur le front de sa femme avant d'attarder son regard sur Mia qui semble tenir quelque chose dans les mains. Il semble satisfait, c'est rare de le voir ainsi. " Il semblerait que toutes les reproductrices aient fini de mettre au monde leur progéniture ! " C'est ainsi qu'il appelait les jeunes humaines destinées à perpétuer la lignée des esclaves de la famille Harrington. Il s’approche d'elle, une de ses mains vient lui caresser les cheveux avec délicatesse, il se montrait toujours tendre avec ses esclaves bien que parfois cette tendresse était plus poussée qu'une simple caresse... Mais avec Mia, ce n'est encore jamais arrivé. " et comment s'appelle-t-il ? " L'humaine, qui gardait la tête baissée, releva timidement les yeux vers son maître. Sa question est idiote elle le sait alors elle répond, de sa toute petite voix tremblante. " C'est à vous de choisir son prénom, il vous appartient my lord... " Un petit rictus de satisfaction et voilà que Marcus dépose sa main sur le crâne de la mortelle comme l'on ferait avec un petit chien. " Brave petite ! Nous l'appellerons Lucien alors ! Il continue de rire, Larissa approuve ce choix sans vraiment être conquise, ce n'est pas comme si elle avait son mot à dire après tout....

Fait toujours attention à ses sourires, le maître est cruel. Il m'avait déjà volé mon corps, mes mains, jusqu'à ma langue. Il m'a offert à un homme pour que je mette au monde et voilà qu'il vient me prendre mon enfant. Laisse donc cette vipère t'appeler Lucien, Caïn ou je ne sais quelle autre hérésie encore ! Pour moi, tu resteras toujours Wren, mon ange, ma vie, mon fils....

" Bien ! Laissez le reste, le bateau nous attend et je suis trop impatient de quitter cet endroit pourrie pour des lieux plus cléments à accueillir un dieu. " un claquement de doigt et voilà que les esclaves s'empressent dans le sillage du couple d'immortels. Vampire et humains qui servent les Harrington sont impatient eux aussi, voilà une éternité qu'ils n'avaient pas vue d'autre horizon. Et derrière cette porte qui se referme disparaissent une jeune mère et son bébé. Elle est heureuse, sa maîtresse lui a promis qu'il aura une enfance normale, loin de ce monde, loin de la barbarie de cette île. Mia quitte Heartkiller pour toujours et dans sa tête, son petit Wren ne connaîtra jamais la douleur et la souffrance qu'elle a subies ici dans cet enfer camouflé en paradis.

☇J'aime la douceur du temps, le regard vers le large
J'aime la douceur du vent, qui me caresse le visage.
Je m'imagine déjà hors du temps tous ces nouveau paysages
Les maîtres sont cléments de t'offrir une vie sans orage.  


L'innocence d'un enfant est aussi sa plus grande arme  

18 mai 1998 à  Philadelphie, Pennsylvanie
Sortie des classes

Trois petits enfants venant tout juste de rentrer de l'école, accompagné d'une femme qui était venue les chercher. Sur le chemin, ils se chamaillent, se tirent dans les pattes, se boudent, se réconcilient, rigolent, pleurent sans se soucier du monde qui les entoure. Ils se ressemblent, mais sont bien différents, il y a une fille, petite blondinette, ses couettes parfaitement tressées de chaque côté de son visage mettent en valeur l'émeraude de ses iris; c'est elle la plus active et la plus impulsive ! Doux et inoffensif, c'est une tigresse prête à bondir à tout moment sur les deux bambins qui l'accompagnent " T'es trop méchant Adam ! Aller donne moi un biscuit ! " hurle-t-elle en furie, être dans la rue ne la dérange visiblement pas, à quoi bon s'attarder aux regards que nous portes les autres ? " non Ève ! C'est les miens ! Tu'en auras pas ! " Réplique Adam, la bouche pleine certes mais la même hargne est audible dans sa voix. Celui qu'on surnomme la "petite boule" avait peut-être un cœur en or, ses biscuits il ne les a jamais partagés.

Le troisième c'est celui qui soupire d'agacement, il marche, les mains dans les poches, à l'écart des deux autres qu'il toise de ses petits yeux bleus. Contrairement aux deux petits monstres, Lucien paraît bien calme  alors la nourrice décide de se concentrer sur Adam et Ève qu'elle parvient tant bien que mal à calmer, une grave erreur... Dans un élan précédé d'un vicieux sourire, Lucien s'empare de l'objet de convoitise des mains de son propriétaire et il dévore les biscuits comme si sa vie en dépendant. David hurle, pleure, se tord dans les sens, réclame vengeance alors que le petit démon ricane de malice, il est fier de lui, de sa fourberie, alors il brandit le sachet vide et s'exclame fièrement devant l'exaspération de la pauvre nourrice " Voilà plus de bagarre c'est moi qui ai  gagné ! "

La nourrice ne trouve rien à dire, elle a l'habitude de vivre ça mais à chaque fois les trois garnements arrivent à inventer d'autres surprises pour la prendre au dépourvu. Pourtant, elle ne leur en veut pas, bien au contraire ! Adam Ève et Lucien respirent la joie de vivre, leur insouciance réchauffe le cœur de la jeune fille. Marcus et Larissa Harrington offraient toujours à la "nouvelle génération" d'esclaves une éducation, jusqu'au lycée en général, et ce n'est que dans ces rares moments de "liberté conditionnelle" que les enfants se montrent véritablement épanouis. Lorsqu'ils rentreront, ils devront se présenter à leurs maîtres, voir leurs parents se plier à la moindre de leur volonté même si pour le moment eux n'ont pas encore à subir les tâches ingrates de l'esclavage, c'est un privilège qui disparaîtra avec le temps, et bientôt ce sont eux qui remplaceront leurs mères et leurs pères devenue trop vieux pour se rendre utile. Lucien n'a que douze ans mais il a déjà pleinement conscience de sa condition...


L'être humain est faible et pourtant on a besoin de lui  

30 juin 1968  à  Philadelphie, Pennsylvanie
Chambre de Mia et Wren

21h39

" Wren ! Wren ! Dépêches-toi ou tu vas nous mettre en retard ! " Mia est paniquée à l'idée de ne pas être à l'heure. Si la ponctualité était l'une de ses principales qualités, ce n'était pas le cas de son fils qui d'ailleurs sortait tout juste de la salle de bain, la serviette encore autour de la taille avec cet air nonchalant qui agace tant sa mère. " M'appelle pas comme ça Mia ! " Lui soupire-t-il agacé alors sa mère lui répond avec un sourire agressif. " et moi c'est maman jeune homme. Aller dépêche-toi de t'habiller ! " dans la foulée, elle ferme la porte de la salle de bain. Lucien en profite pour rapidement s'habiller, un pantalon et une chemise blanche rien de plus, rien de moins en tant qu'esclave, il devait se contenter du minimum. Le temps de l'école, des rires et des moments de liberté est révolue, désormais, Lucien est un jeune homme et comme tel, il doit servir ses maîtres, les Harrington.

Le couple de vampire a ouvert une discothèque : L'Olympie  dans un des quartiers chics de la ville de Philadelphie où beaucoup de personnes de la haute société - humain comme vampire - viennent se détendre. C'est là-bas que Lucien, sa mère et la plupart des esclaves "travaillent" en tant que danseur, serveur... Bien qu'il arrive que la maison Harrington offre parfois d'autres plaisirs, le jeune homme et sa mère y sont pour le moment écarté. Mia reste pour le moment la favorite de Larissa elle a des privilèges que les autres n'ont pas et sa progéniture a le bonheur d'avoir la même protection.

Lucien attendait maintenant depuis plus de cinq minutes, allongé sur son lit, que sa mère sorte de la salle de bain. Il soupire et finit par aller frapper à la porte " Mia bouge ou c'est toi qui vas nous mettre en retard ! " aucune réponse. Lucien arque un sourcil et réitère sa démarche. " Mia ? Eh Oh tu m'entends ?! " toujours rien. Il commence à s'inquiéter et frappe encore plus fort, se faisant de plus en plus insistant mais rien n'y fait, sa mère ne répond pas. Un bref instant, il panique et songe même à défoncer la porte mais sa lucidité reprend très vite le dessus et il se ravise. Détruire la porte l'amènerait à de sévères représailles et une intimité déjà très partagée  avec sa mère définitivement inexistence. Il en vient même à avoir un éclair, comme une illumination, il soupire et pose la main contre la porte avec un sourire agacer. " ma petite maman d'amour on va être en retard ! " Une petite voix suave cachant une colère bien contenue suivit d'un blanc de quelques secondes avant que le cliquetis de la porte ne brise le silence. Mia lui apparaît, affichant son petit minois d'innocente femme de presque quarante ans. " Eh bah voilà, je suis prête ! " De qui croyez-vous qu'il tient sa malice et son vice ?  

22h17

30 juin 1968  à  Philadelphie, Pennsylvanie
l'Olympie, Rez de chaussée

Mia et Lucien arrivent enfin à l'Olympie avec deux minutes de retard, il n'est pas loin de la nouvelle résidence que c'est offert les deux vampires et donc de leur "maison" à eux. L'endroit était encore vide mais les employés doivent arriver tous les jours en avance pour les préparatifs. Mia était une danseuse autrefois aujourd'hui, elle se contente d’entraîner les nouvelles plus jeunes et bien plus élégantes. Quant à Lucien, pour le moment, il est simplement serveur, il ne travaille que depuis le début du mois et l'expérience lui manque. Au moins, son ami Adam fait la même chose que lui, les deux amis ne s'ennuient pas en tout cas. Ève en revanche n'a pas eu la chance d'avoir été sélectionné pour servir dans l'Olympie. " Aller fiston fil aider les autres ! " Un dernier ordre de Mia avant qu'elle ne disparaisse dans les coulisses, M. et Mme Harrington ne sont pas encore arrivé et c'est une chance pour la petite famille, arriver en retard n'est pas vraiment autorisé.

Lucien rejoint son ami Adam derrière le bar pour l'aider aux derniers préparatifs, la boîte ouvre à 00h et tout doit être parfait pour accueillir les clients. " encore en retard ?! " Adam a toujours aimé taquiner son ami sur sa ponctualité. Les deux jeunes hommes se connaissent depuis l'enfance, ils ont le même âge, sont né presque en même temps et surtout, pour Lucien, c'est le seul humain avec qui à qui il peut faire entièrement confiance avec Ève. " Deux minutes ! Ce n'est rien ! " Lucien ne prenait jamais rien au sérieux, c'est un esclave mais sa condition ne lui déplaît pas, personne ne lui a jamais caché et avec le temps, on apprend à vivre avec. Fuir . Il n'y a jamais songé, sa mère, et ses maîtres l'avaient déjà mis en garde, les tentatives de fuite ou de rébellions étaient sévèrement punis. Alors, il se contente de faire ce qu'on lui demande en journée et le soir, il va travailler. Sa vie est à peu près normal exceptée le fait qu'il ne peut quitter les lieux qui appartiennent à Marcus et Larissa sans autorisation. Malgré sa nonchalance et son air parfois rebelle, Lucien s'efforce de respecter toutes les règles, il faut dire que sa mère l'a très bien éduqué.

1h15

30 juin 1968  à  Philadelphie, Pennsylvanie
l'Olympie, 1er étage

L'Olympie c'est bien remplie, les deux vampires qui servent de videurs semblent bien gentil aujourd'hui, les serveurs sont accaparés de toute pars et n'ont pas une seule seconde de répit. Sur les podiums, les danseuses s’enchaînent les unes après les autres ne prenant que de courtes pauses avant de retourner sur la scène sous les ordres de Mia. Larissa et Marcus ne sont toujours pas là et pourtant, tous travaillent tout de même d'arrache-pied pour que tous soient parfaits. L'Olympie est un lieu réputé et en aucun cas, les esclaves ne veulent nuire au nom de leurs maîtres.

Lucien aussi donne tous son cœur à l'ouvrage enchaînant les aller - retours du bar aux différents clients, c'est rare de le voir aussi concentrer dans quelque chose enfin jusqu'à ce que l'un des succubes de Marcus vienne le réquisitionner sous ordre de leur maître. Il était arrivé en avance et attendait à l'étage, un endroit que Lucien ne connaît pas...encore. " Je te suis Sophie ! "  Il est tout enthousiaste à l'idée de découvrir se cache le couple au-dessus de leur tête. " ah oui j'oubliais ! Va chercher une bouteille d'Ab - et un de champagne aussi ! " Lucien obéit sans rien ajouter de plus, et s'empare de ce qu'elle lui a demandé avant de là en bas des escaliers. Le vampire qui garde le passage s'écarte pour les laissés monter, Lucien sent l'excitation qui monte en lui au fur et à mesure qu'il grimpe les marches de marbre qui mènent à l'étage. Même sa mère n'a jamais voulu lui dire quels secrets les Harrington cachent ici. " T'as une idée de ce que me veux le maître ? Il n'a pas pu s’empêcher de poser la question à la demoiselle, il se sent comme un petit enfant, impatient. Mais le vampire haussa les épaules en guise de réponse, elle ne sait pas non plus ce que lui veut le maître, elle se contente elle aussi d'obéir aux ordres. Il foule la dernière marche, enfin, un petit couloir le sépare d'une petite porte gardée par un autre imposant vampire, le garde ouvre la porte la porte et laisse entrer les deux protagonistes, Lucien arbore à ce moment un large sourire d'impatiente.

Une euphorie qui disparaît bien vite lorsqu'il découvre les lieux de ses petits yeux bleus. L'endroit est éclairé par de faibles lumières roses, il n'y a aucune ouverture vers l'extérieur. Tout comme le rez-de-chaussée, la pièce à une forme circulaire et le mur est jonché d'une vingtaine de portes toutes identiques sauf une, plus imposante : C'est là-bas que Sophie emmène Lucien. Elle frappa à la porte avant d'entrée dans la pièce suivit de près par le jeune homme qui semble avoir perdu toute assurance. Marcus est au centre, assis derrière un bureau en chêne massif. Il se lève lorsqu'il voit entrer les deux jeunes gens arborant toujours l'un de ses célèbres sourires. " Merci Sophie tu peux retourner travailler ! " Le succube baisse la tête en guise de respect et disparaît en prenant soin de bien fermer la porte derrière elle. " Pose la bouteille de champagne sur la table et ramène celle d'AB - dans la chambre numéro 7 Lucien ensuite tu pourras retourner travailler toi aussi et surtout pas un mot de tout ça aux autres c'est clair ! " Lucien sent son cœur qui bas plus fort dans sa poitrine le regard rubis de son maître le fait transpirer d'inquiétude, il semble si sérieux pour une fois lui aussi. " Bi... Bien sûr My Lord ! " dit-il avec une petite voix tremblante avant de sortir du bureau de Marcus, il referme la porte, la tête baissée. Un soupiré s'échappe de ses lèvres et lorsqu'il relève les yeux, il sursaute, les yeux écarquillés " E... Ève ?! Son ami est là, à moitié nu tout tremblant. Elle sursaute elle aussi de surprise et lorsqu'elle le reconnaît, elle s'enfuit rapidement et disparaît derrière l'une des portes sans donner une autre explication à Lucien qui reste figée pendant quelques secondes avant d’exécuter les ordres que Marcus lui avait donnés et retournés en bas un tantinet confus.

Durant les jours qui suivirent, Lucien était appelé de plus en plus souvent à l'étage de l'Olympie. Il avait déjà entendu parler des petits plaisirs qu'offraient parfois leurs maîtres à des vampires assez riches pour se payer ce genre de service, des pratiques fréquentes durant l'Antiquité mais au 21e siècle, c'est disons assez arriéré. Mais ce qui préoccupe le plus Lucien, c'est la fonction d’Ève dans toute cette histoire, elle n'a jamais voulu lui en faire part ni même lui parler depuis leur rencontre hasardeuse mais le jeune homme a de toute façon très bien compris....


You kiss my soul with your heart  

21 janvier 2006  à  Philadelphie, Pennsylvanie
Résidence Harrington

Aujourd'hui est un jour comme les autres pour la plupart des esclaves de la résidence et pourtant, une certaine euphorie semble en avoir gagné certains. Le soleil venait tout juste de décliner mais l'Olympie est fermé, c'est un grand jour malgré les apparences. Lucien est encore dans sa chambre, il s'accorde une petite pause après une dure journée le boulot d'esclave n'est pas toujours de tout repos ! Sa mère n'est pas là, sans doute encore occupée à quelques paperasses ingrates, contrairement à son fils, Mia a tendance à se laisser marcher dessus par les autres esclaves et ces derniers n'hésitent pas à lui refiler certaines de leurs taches pour se libérer plus vite. L'Homme est un être mauvais de nature et sous ce toit, cette théorie ne se tient que trop bien. Il arrive que Lucien prenne sa défense mais bon, pour le moment il dort et quand il dort, il ne faut surtout pas le déranger !

" DEBOUT GROS FAIGNANT   ! " La délicate voix d'Adam mêlé au bruit de la porte qui s'écrase brusquement contre  l'arracher aux bras de Morphée et comme si ce n'était pas suffisant, son ami lui saute dessus sans même lui laisser le tant de réagir. " Adam tu me fais mal ! " grogne le jeune homme, oui au réveil il est toujours un peu grincheux. " Aller monsieur ! Arrête de ronchonner et lèves-toi, aujourd'hui c'est un grand jour ! " Lucien entrouvre les paupières réalisant tout juste que son acolyte est tranquillement installé à califourchon au-dessus de lui,  il secoue la tête et le pousse précipitamment hors du lit dans un sursaut " commence déjà par te lever toi ! " Adam se fracasse sur le sol et pourtant il éclate de rire ce qui rend son ami encore plus perplexe, Lucien baille avant de s'étirer avant nonchalance, il enfile rapidement ses vêtements et l'aide à se relever. Faut qu'on speed, y a le nouvel arrivage d'esclave aujourd'hui ! " Lucien écarquille les yeux, il avait complètement oublié ce "léger" détail. " Merde t'a raison ! Vite avant que M. Harrington ne reviennent ! " une fois tous les ans, Marcus part pour Heartkiller, la ville natale de Lucien, Adam et Ève qu'ils ne connaissent que de nom, et il ramène quelques nouvelles recrues pour remplacer les anciens, Les Esclaves devenue trop vieux pour se rendre utile et qui ne sont plus en mesure de servir convenablement.

Les deux amis se sont rapidement rendu au rez-de-chaussée de la maison de leur maître, cette dernière comporte trois étages, le premier est destiné au couple, le second à leurs esquisses créatures et le troisième enfin abritent les esclaves. La résidence des Harrington est assez grande et suffisamment équipée pour abriter une trentaine de personnes. De toute manière, les humains qu'aura acheté Marcus n'auront pas tous la chance de finir esclave... Il ne faut pas oublier que les vampires se nourrissent de sangs humains après tout.

En bas, Larissa attend impatiente le retour de son mari bien entouré de son petit personnel et lorsque enfin la porte s'ouvre, elle se jette dans ses bras comme d'habitude, c'est fou l'amour qu'elle lui porte même après plusieurs siècles de vie commune. Son entrée est très vite suivi par celle des incubes qui l'ont accompagné et de ses nouveaux biens tout justes acquis, une vingtaine d'hommes et de femmes parmi lesquels, une jeune fille que Lucien ne quitte plus des yeux.

☇ Tu sais, c'est dingue comment un regard peut troubler les gens. La première fois que j'ai croisé le tien, je l'ai fixé encore et encore sans vraiment savoir pourquoi. Tes petits yeux ambre n'avaient rien d'extraordinaire et pourtant je restais là sans un mot à te regarder sans jamais me lasser, sans avoir envie de détourner les yeux. Dieu que tu étais belle...

"Ma déesse, je t'offre tes nouveaux fidèles ! Choisis les biens ! " Marcus est fier de son nouveau lot d'esclaves et son épouse l'est tout autant à voir son beau sourire. Elle s'approche d'eux et commence sa sélection comme une enfant capricieuse le jour de son anniversaire. " Non... Non... Celui... Celui-là aussi... Celui-là ? Non... " Et elle continue ainsi jusqu'arriver devant la jeune fille que Lucien fixe encore bien malgré lui. Larissa se fige face à elle, analysant jusqu'à le moindre cil de la mortelle. Le jeune esclave sens son cœur qui s'emballe face à autant de suspens sans trop savoir pourquoi, c'est une sensation inconnue et pour lui très étrange aussi. Mais ça ne s’arrête pas là, le souffle du jeune homme se coupe lorsque Larissa rend son verdict " non, elle je ne la veux pas. Emmenez-la au sous-sol avec ceux-là ! " Jeté, comme une vulgaire chaussette sale c'est sans doute ce que toute personne normale devrait penser à cet instant mais pour Lucien et les autres esclaves, c'est bien pire ! Dans sa tête ça cogite, sous-sol = abattoir, ce n'est un secret pour personne dans la résidence. Il veut intervenir, encore une réaction dictée par autre chose que son bon sens, heureusement pour lui que son ange-gardien l’empêche de commettre une erreur, la main de Mia s'empare tendrement de son bras pour le retenir, son regard envahi par la peur se tourne vers sa mère qui lui fait un signe de la tête, intervenir est inutile, ce n'est qu'un insignifiant petit esclave et son avis importe peu pour le couple de vampire qui se considère plus comme des Dieux qu'autre chose mais sa réaction ne reste pas indifférente pour tout le monde.

"Ma douce, je crois qu'elle va être utile gardons là ! Elle est belle, Mia en fera une danseuse " Marcus est intervenu, un sourire aux lèvres. Lucien lâche un discret soupire de soulagement il ne sait pas pourquoi il s'est mis dans cet état, pour une personne qu'il ne connaissait même pas, qu'il n'avait même jamais vue avant aujourd'hui. C'est troublant mais en fait il n'y fait plus attention, le plus important c'est que tout est terminé... Pour le moment. " Comme tu veux Marcus, après tout un de plus ou de moins ça m'est tout à fait égal du moment qu'elle fasse ses preuves. " Larissa jette un dernier regard à ses nouveaux jouets, aux totaux deux hommes, trois femmes et l'épargne de dernière minute. Six petits humains sur la vingtaine qui sont arrivées ici, ceux qui n'ont pas retenu l'attention de Larissa sont guidé au sous-sol par les incubes, les autres les reverront sans doute... Dans une bouteille ou un verre de sang, c'est une manière plus civilisée de se nourrir et personne ne s'en est jamais plein. Cette journée sera très vite oubliée, jusqu'à l'année prochaine. Un seul ne l'oubliera jamais, après cette éprouvante épreuve, Lucien a regagné sa chambre sous l'oeil attentif de Marcus qui décide déjà de la future fonction des six nouveaux venus ce qui n'échappe pas à Mia qui dévisage discrètement son maître pendant un bref instant avant de rejoindre son fils.

Elle entre en trombe dans la chambre laissant la porte se claquer derrière elle, la voir en colère est quelque chose de très rare. " Non mais qu'est-ce qui t'a pris ?! Lance-t-il à son fils qui reste assis sur son lit sans même daignez-la regarder ni même lui répondre d'ailleurs. " regarde moi ! " Elle croise les bras le regard furieux rivé sur son fils qui continue de l'ignorer le plus naturellement possible. " Wren ! " enfin Lucien se retourne il fronce lui aussi les sourcils de colère." M'appelle pas comme ça je te l'ai déjà dit ! Et j'ai absolument rien fait alors lâche moi ! " Agressif, d'ordinaire il n'est jamais avec sa mère et sa réaction l'étonne tout autant qu'elle, il détourne les yeux tandis que Mia arque un sourcil affichant un petit sourire en coin. " mais elle t'a vraiment tapé dans l'œil la nouvelle danseuse de Marcus ! " Elle plaisante, c'est sa manière à elle de le provoquer et sa marche ! Lucien réagit au quart de tour et foudroie sa mère du regard. " arrête de dire des conneries. " le ton de sa voix est sec et direct, il ne veut surement pas entendre parler de sa réaction de tout à l'heure bien qu'avec sa mère il sait pertinemment qu'il n'allait pas y échapper et ce n'est pas avec ce mensonge qu'il aille en finir avec elle, d'ailleurs, face à sa réponse Mia pousse un soupir d'exaspération; son fils elle le connaît par cœur et elle a horreur de ce genre de réaction. " Tout le monde l'a remarqué ! Tu crois que Marcus l'a sauvé de l’abattoir parce qu'il la trouve sexy et qu'elle ferait une bonne danseuse .! Il a bien vu comme tu l'as regardé... " Elle marque une pause, observant les réactions de Lucien qui fuit son regard au fur et à mesure qu'elle lui crache son venin au visage. " Il va surement de demander quelque chose en retour ! Une mère qui sermonne son fils de six ans parait tout à fait normal mais le jeune homme a bientôt vingt ans et dans son regard fuyant Mia voit bien qu'il commence à s'énerver.  

" C'est le maître et je suis l'esclave, il n'a pas besoin de chantage pour que je lui rende un service. Il ordonne j'exécute, ce n'est comme ça que sa marche et pas autrement. " Lucien maintient toujours la même froideur dans sa voix, il peine à contenir sa frustration mais il respecte bien trop sa mère pour lui éclater sa colère au visage. Mais elle, elle soupire encore de lassitude, ses bras se décroisent et elle dépose les mains sur hanches. Son regard est encore plus direct et elle hausse le ton. " oh arrête de faire ton innocent, tu sais très bien de quoi je parle ! Rappelles-toi de ce qu'il a fait de ton père et de moi ! " Lucien se lève brusquement de son lit pour s'approcher de sa mère, elle avait réussi à le mettre en hors de lui et c'est comme une furie qu'il tape le mur du poing à quelque centimètre du visage de sa mère qui sursaute de surprise. " ce n'est pas parce que le maître a fait de toi une salope de reproductrice et la même chose de papa que je vais finir comme vous ! " Lucien ne réalise ce qu'il vient de faire, ni ce qu'il vient de dire que trop tard. Il s'écarte de sa mère tremblant comme une feuille, une nouvelle fois il fuit son regard devenu larmoyant. Il a honte de lui, honte de se mettre dans des états pareils sans même savoir pourquoi. " Je... Excuse moi. " Lucien s'en va, fuir est la seule solution qu'il trouve face à une telle situation pour se cacher dans la chambre de son meilleur ami Adam, comment voulez qu'il puisse de nouveau regarder en face après ce qu'il vient de lui dire... Tout ça à cause de cette jeune fille, Lucien ne la connaît pas et pourtant, il la déteste déjà.

 

Le pardon ne vient pas tout seul, il lui faut un petit coup de pouce  

28 février 2006  à  Philadelphie, Pennsylvanie
Résidence Harrington

" Joyeux anniversaire Lulu ! " Pour une fois depuis un mois qu'il a trouvé refuge dans la chambre de son ami, Lucien a eu le droit à un réveil tout en douceur, mais on ne va pas dire qu'il apprécie ! Adam a toujours cette fâcheuse tendance à s'immiscer dans son intimité sans y être vraiment invité; et lorsqu'il ouvre les paupières, Lucien le retrouve une énième fois à moitié nu assis à califourchon sur lui, il soupire avant de gentiment lui sourire. " C'est gentil mais est-ce que tu pourrais te lever s'il te plaît ? " Il a essayé la manière forte, ça n'a pas marché, il a essayé les menaces, ça n'a pas marché. Il ne restait plus que la douceur et la gentillesse...et ça marche ! Adam l'abandonne pour rejoindre la salle de bain en le pointant du doigt " dépêche toi Lulu aujourd'hui c'est ton jour ! " un dernier clin d’œil et il disparaît derrière. " et arrête de m'appeler Lulu ça m'énerve ! " Lucien c'est brusquement redresser sur son petit lit improviser le regard à demi réveiller river sur la porte de la salle de bain qui s’entrouvre doucement pour laisser passer le petit sourire d'Adam " T'arrête de ronchonner oui Mosieur j'ai vingt ans ! " une remarque et il claque de nouveau la porte de la salle d'eau. Dans son coin, Lucien soupire encore ses pensées sont ailleurs maintenant, il se rallonge avec nonchalance sur son petit lit, les yeux fermés " Super de me rappeler que je vieillissent... " Lucien est comme ça, il n'aime pas vieillir....

Après s'être à son tour douché et habillé, ils descendent à l'étage des esquisses créatures en tant qu'esclaves ils se doivent de ranger leur chambre, c'est bête de le faire durant la journée tandis qu'elles sont confinées dans leur chambre à cause de leurs conditions, les succubes et les incubes sont parfois imprévisibles. C'est pourquoi, pour prévenir le moindre débordement de leur part, Marcus et Larissa punissent sévèrement et cruellement les liaisons entre vampires et humains sous leur toit sans autorisation au préalable et les bavures sont très rares. " On doit faire quoi aujourd'hui déjà ? " Si Lucien aime son "travail" à l'Olympie en revanche, il n'en va pas de même pour l'ingratitude des tâches qu'il effectue à la résidence. " Alors...on doit nettoyer les chambres de certains incubes... Euh... Caïn, Rosier, Baron, Fabrice et Lucifer. Ensuite on doit aller aider Mia et les danseuses au studio ! " Adam quant à lui prend toujours ses tâches très à cœur, il n'a connu que ça tout au long de sa vie. " Bon bah allons-y... Soupire Lucien avant d'entrer dans la première chambre, celle de Caïn qui bizarrement n'est pas là. Les deux amis ne s’interrogent pas sur cette absence au contraire, tant mieux pour eux, ils ne seront pas gênés et la besogne est vite expédiée. Dans les autres chambres n'ont plus, il n'y a personne, ça commence à devenir bizarre mais bon, les deux humains ne se posent pas trop de questions, il existe un fossé entre eux et ces immortels.

☇Ils sont beaux, ils sont mystérieux, ils sont majestueux... Leur mines aguicheuses, allumeuses inspirent mes soupirs. Attention à ces silhouettes envoûtantes, on croit voir passer des anges, mais c'est l'enfer qui vos tentes... Un jour je serais comme vous, jeune et insaisissable pour l'éternité.

Lucien et Adam arrivent enfin devant la dernière chambre, contrairement aux autres la porte d'entrée est immense et ornée de forme animale sculpter dans le chêne, rien à voir avec les piaules des autres incubes de l'étage. " C'est la dernière ? " Lucien n'est pas impressionné par la beauté de la porte, ni même de la pièce dans laquelle les deux amis entrent. Elle est plus grande, plus luxueuse que les autres. " C'est la piaule de Lucifer ce n'est pas mal hein ! " S'exclame Adam comme-ci il connaissait déjà les lieux ce qui n'échappe pas à l’œil avisé de son compagnon qui arque un sourcil l'air surpris. " T'es déjà venu ? " Adam se retourne vers son ami affichant toujours son chaleureux sourire mais qui cette fois-ci cache un léger embarras. " Le maître m'envoie souvent faire le ménage ici. " Il ne peut s’empêcher de se gratter la tête ce qui fait sourire son ami. Lucien le connaît depuis maintenant vingt ans, inutile de dire qu'il le connaît par cœur, il croise les bras et lui porte un regard insistant. " C'est le maître qui te le demande ou toi qui te proposes ? " cette petite réflexion fait frémir Adam, il l'a percé à jour bien que Lucien n'a pas besoin de ça pour connaitre son attirance pour les hommes... Lucien lui sourit comme pour le rassurer " Aller au travail puisque c'est le maître qui ordonne ! " un petit clin d’œil et les voilà qui commencent à débarrasser la chambre de cochonnerie en tous genres, le prénommer Lucifer ne semble pas être présent.

Les deux humains travaillent dans le plus grand silence, et malgré la grandeur de la pièce, la besogne est encore une fois très vite expédiée. Ils sont habitués à faire ça, nettoyer la saleté des autres, c'est leur boulot et ils ne s'en plaignent pas c'est même le cadet des soucis de Lucien. D'autres sujets plus importants le tracasse, comme sa mère à qui il n'a pas parlé depuis plus d'un mois, la nouvelle qu'il aperçoit de temps en temps et qui l'intrigue toujours et maintenant son meilleur ami qui s'est épris d'un incube en sachant pertinemment que ces genres de relation sont interdites sans l'accord du couple Harrington; et comme c'est Adam qu'il a sous la main présentement, c'est ce tracas-là qu'il veut régler en premier. En sortant de la chambre toute propre de Lucifer, Lucien prend son courage à deux mains et lance le sujet. " Tu sais, tu devrais faire attention à ce Lucifer... " Il regarde son ami avec un sérieux qui ne lui ressemble pas ce qui a pour effet de capter toute l'intention d'Adam. ... Enfin je veux dire, ne te fais pas trop de faux espoirs tu sais bien que ce genre de relation sont interdites ! " Avait-il peur pour son mari ? Évidemment, Adam est présentement la dernière personne avec qui il a une véritable relation. Ève s'est éloigné de lui depuis qu'il l'a croisé à l'étage de l'Olympie et il n'a pas revu sa mère depuis leur "petit" accrochage. Tout semble à croire que la petite vie tranquille de Lucien se transforme peu à peu en un cauchemar qu'il a peur de ne pouvoir jamais quitter. Mais Adam ne semble pas partager les inquiétudes de son meilleur ami, il sort de sa poche un petit paquet de gâteaux à la pomme. " T'en fais pas Lulu Je suis un grand garçon je sais ce que j'ai le droit de faire et ce qui est interdit, j'ai eu vingt ans avant toi jeune homme ! " Lucien ricane à sa petite plaisanterie, il sait qu'elle cache de la frustration et il le comprend : avoir tous les jours face à sois l'incarnation de tous ses fantasmes sans pouvoir le toucher, ni même le regarder sans baisser les yeux, la vie est faites de mille et une déceptions, il faut apprendre à les accepter tout simplement.

Il est enfin temps pour eux de se rendre à l'Olympie pour rejoindre Mia et les danseuses, Lucien a redouté ce moment tout le long de la journée, il a trop honte pour de nouveau recroiser son regard. Il se sent ridicule, méchant, cruel, con... Et passons en des vertes et des pas mûres. Arriver devant la sortie, le jeune homme s’arrête net dans un soupiré. Adam se retourne et comprend d'un simple coup d’œil, il pose une main sur son épaule et lui sourit comme d'habitude. " Aller file dans la chambre on va dire que tu avais quelque chose de dernières minutes à faire ! " les yeux de Lucien pétillent, il se jette sur son acolyte pour le prendre dans ses bras. " J'te revaudrais ça Damdam', t'es vraiment le meilleurs ! Adam sursaute légèrement surpris par ce contact si soudain mais il se laisse très vite aller et se blottit ce bref instant contre lui. " On va dire que c'est ton cadeau d'anniversaire. Mais bon tu pourras pas la fuir éternellementLui murmure-t-il avant que Lucien ne le relâche, il déposa dans sa main le dernier gâteau qui lui reste et s'en va pour l'Olympie qui se trouve à deux pas d'ici. Lucien, quant à lui, regagne sa chambre, celle où il a vécu avec sa mère avant de partir, il s'allonge sur son ancien lit ferme les yeux pour laisser sereinement le sommeil le gagner et pendant cet instant éphémère, il oublie sa condition d'esclave, il oublie Marcus et Larissa, il oublie sa dispute avec Mia, il oublie tout, sauf le visage de la nouvelle qui inonde ses pensées, son regard est la plus belle des berceuses et ainsi, il s'endort tranquillement. Là, il ne la déteste pas.


Si la femme est un mystère alors ses yeux en sont l'énigme.  

7 Mars 2006  à  Philadelphie, Pennsylvanie
Chambre d'Adam

☇ Sais-tu ce que l'avenir nous réserve avant que le futur ne vienne à nous ? En fait ne répond pas, ça gâcherait le moment présent car à quoi bon toujours vouloir tout prédire quand on peut embrasser l'instant de la façon qu'il se présente. Je le sais aujourd'hui dans ce lointain passé je t'aimais, je vous aimais et pour de vrai.

Impacte

Dans la chambre d'Adam, le propriétaire n'est pas là, en fait où il est, on s'en fout ce qui compte c'est ce qui s'y passe. Elle est entrée en trombe il y à peine trois minutes et un pesant silence s'est installé depuis entre cette folle enragée debout au milieu de la pièce, encore en habit de danseuse et Lucien assis sur le lit vêtu de son nouvel uniforme de barman. Il la regarde, dans les yeux comme toujours. " Tu me rends dingue ! " Voilà, c'est dit, il n'en pouvait plus, à quoi bon nier l'évidence. La jeune fille lui bondit dessus sans prévenir au point de le faire tomber de l'autre côté du lit et elle dépose ses lèvres sur celles du beau brin pour lui offrir un baiser sauvage et passionné qu'il ne refuse pas le moins du monde...

☇ J'ai le sang qui boue, le cœur qui boum depuis que mes lèvres ont embrassé ta belle bouche. Il y avait des signes et ça ne trompe pas, rare de nos jours de trouver une femme sans coup bas. Tu'étais si belle que j'en ai perdu la vue, tes yeux sont une drogue à consommer avec abus. Comment on en est arrivé là, avoue que tu t'en souviens-toi aussi, chaque détail, chaque seconde que nous avons passé ensemble à allumer les braises de cet incendie qui a fini par exploser.  

4 jours avant l'impact

3 Mars 2006  à  Philadelphie, Pennsylvanie
Rez de Chaussée de l'Olympie

Comme d'habitude, l'Olympie est bondé, bien loin de son travail de serveur, Lucien se retrouve derrière le bar, c'est son premier jour en tant que barman aujourd'hui et il n'a qu'une envie : faire bonne impression pour préserver ce poste. Il est concentré, se donne corps et âme dans ce qu'il fait, il est passionné par son job à l'Olympie et c'est un peu la seule chose qu'il essaye de faire à la perfection. Il enchaîne les commandes à une vitesse phénoménale, depuis qu'il a été choisit pour offrir ses services à l'Olympie, il rêve d'avoir une place derrière le bar et maintenant qu'il a enfin réussi, il désire garder sa place encore longtemps ! À cet instant, il navigue sur un petit rayon de soleil en venant même à tout oublier et ces moments-là se font de plus en plus rares et à chaque fois, un nuage noir viens assombrir ses doux moments de répit.

"C'est toi Lucien ? " La sensualité de cette voix le fait brusquement lever le regard vers celle qui osait le déranger pendant son travail et là, il se fige, sa main manque de peu de lâcher le verre tout juste rempli et il le pause rapidement sur le bar avant de faire une connerie. Il regarde dans les yeux la jeune fille qu'il a devant lui, c'est elle cette inconnue à qui il incombait au moins la moitié de ses problèmes actuels, il ne la connaît même pas son prénom, ne l'a jamais revue depuis sa venue ici et pourtant, il la déteste ou du moins c'est ce qu'il se tue à penser. " Pourquoi tu me fixes ?! " D'un claquement de doigt elle le fait émerger, Lucien sursaute légèrement et reprend ses esprits, il cligne plusieurs fois des yeux et bégaye quelques mots " Hein ? Heu ? Tu veux quoi ? " Elle soupire un tantinet d'agacer, Lucien fronce les sourcils, non mais elle se permet vraiment de se montrer impatiente, elle l'énerve encore plus. " Bref ! Tiens c'est de la part de Mia ! " Elle lui tend un petit bout de papier dont il s'empare rapidement pour le lire pendant de longues secondes. Il reste muet et lorsqu'il relève la tête pour parler à cette inconnue, elle a déjà disparu, comme elle était venue.


3 jours avant l'impact

4 Mars 2006  à  Philadelphie, Pennsylvanie
Résidence Harrington

Lucien reste là, figé devant la porte de sa chambre et de celle de sa mère. Il sait qu'elle n'est plus derrière cette porte, dans la lettre de la vieille Marcus l'a vendu à un autre comme on vend un objet parce que c'est ce qu'elle, c'est ce qu'ils ont tous : les objets de ce couple de vampire. Pourtant, il n'arrive pas à en vouloir à son maître, l'immortelle qui a acheté Mia a dit vouloir en faire une épouse c'est en tout cas ce qu'il a laissé supposer à Marcus et c'est que lui a ensuite dit à Lucien lorsqu'il a eu l'audace de lui demander pourquoi. Alors maintenant, il se retrouve devant cette porte sans oser y entrer, elle est partie loin de lui et le pire dans tout ça c'est qu'il n'a même pas eu le temps de lui dire adieu.

Il soupire et pose enfin la main sur la poignée lorsqu'une faible voix de femme retentit. " Lu... Lucien ? " Il sursaute et se retourne surpris de voir qui se tient devant lui. Le jeune homme s'efforce de sourire, montrer une quelconque faiblesse n'est pas dans son habitude surtout face à cette jeune femme qu'il n'a vu que deux fois dans sa vie et en plus, il ne connaît même pas son nom. " C'est une manie chez toi d’apparaître et de disparaître comme ça ? " Elle sourit faussement avant de laisser un blanc s'installer entre eux, elle a dans les mains une petite valise, un détail qui n'échappe pas au jeune homme. " Tu cherches quelque chose ? " demande-t-il innocemment. La demoiselle baisse les yeux, elle semble désolée " Euh... Le maître m'a dit de venir dans cette chambre... Lucien pousse un soupiré d'exaspération. " De mieux en mieux ! " face à sa réaction la jeune femme fronce les sourcils et pose sa valise sur le sol. " Ça te pose un problème peut-être ?! " Lucien entre dans la chambre et l'invite à faire de même alors la jeune fille obéit, elle pose sa valise sur l'ancien lit de Mia avant que Lucien ne finisse par lui demander :

"- Et c'est quoi ton nom colocataire ?

- On m'a renommé Perséphone... "

- Bah bienvenue chez toi Perséphone !

Il lui balance la clé et sort de la pièce avant de lui dire une dernière chose. " Parce que tu vas habiter toute seule ! Lucien claque la porte et s'en retourne dans la chambre d'Adam, il n'a aucune envie de partager sa chambre avec cette inconnue qui le hante sans arrêt ces derniers temps.


1 jours avant l'impact

6 Mars 2006  à  Philadelphie, Pennsylvanie
Résidence Harrington

Encore une bonne nuit qui se termine, Lucien est fatigué le travail à l'Olympie est de plus en plus prenant surtout qu'aujourd'hui il a dû rester un plus tard à la demande de Marcus. À cette période de l'année le nombre de clients est assez bizarre, en mars il n'y a rien, pas de fêtes, pas d’événement important et pourtant ce n'est pas le travail qui manque. Mais le jeune homme ne se plaint pas, au final ce n'est pas comme s'il avait le choix c'est un esclave après tout bien que depuis le départ de Mia Lucien a de plus en plus de mal d'accepter cette condition plus qu'humiliante. Il faut dire que depuis tout petit ça rien ne lui causait du tort, Marcus et Larissa ne sont pas du genre à maltraiter leur bien au contraire, Lucien et les siens sont logés nourris et blanchis pas de quoi se plaindre ! Bon, si on oublis l'ingratitude de certaines tâches et le fait qu'ils ne gagnent rien en échange de leur travail à l'Olympie, les esclaves Harrington ont une vie plus ou moins normale à l'exception près qu'ils fréquentent des vampires... Et qu'ils ne sont considérés que comme des objets, ils peuvent être vendu, jeter, tuer, troquer et tout ça sans broncher et sans dire un mot ! C'est ça que Lucien a de plus en plus de mal à accepter.

"Putain j'suis claquée ! " Il vient d'entrer dans la chambre d'Adam, laissant la porte claquer derrière lui. Lucien arque un sourcil lorsqu'il découvre que son ami n'est pas seul " Lucifer ? euh Ève et toi je te connais pas encore ! C'est quoi tout ce monde, vos faites une fête sans moi ?! " demande-t-il sur un ton de plaisanterie. Mais il reprend très vite son sérieux lorsqu'il remarque Perséphone. " T'est là toi aussi... " un long silence suit avant qu'Adam ne finisse par prendre la parole. " en fait il y a un petit problème Lucien... Il parle avec un sérieux qui ne lui ressemble pas ce qui inquiète son ami qui croise les bras. " un problème ?! C'est grave ?! " Adam baisse la tête et un nouveau blancs'installe. Il hésite à parler et au moment où Lucien veut lui forcer la main, c'est Lucifer qui prend fièrement la parole " Adam va venir avec moi, le maitre me l'a offert pour mes bons et loyaux services et c'est Ève et sa copine qui vont prendre la chambre du coup tu dois retourner dans ta vraie chambre tu vois ! " L'incube saisit son cadeau par la taille, l’expression du visage du pauvre Adam montre qu'il hésite entre peur et joie d'un côté il a toujours rêvé de ce moment et de l'autre, Lucifer est bien connu pour ne pas être un tendre....

Lucien explose de rire. " Et C'est tout .! Bah ya rien de grave ! " Il décroise les bras et prend un air détendu, personne ne semble être étonné de sa réaction, de toute façon ce n'est pas comme-ci il avait le choix. Il soupire avant de casser le troisième blanc qui vient de s'installer dans la pièce. " Bon j'suis claqué je m'en vais me coucher bonne nuit ! Il lance un regard noir à Perséphone qui le prévient qu'il le rejoindra plus tard. Lucien sort dans la chambre pour se diriger dans la sienne et une fois à l'intérieur, la porte fermer il tape un grand coup de poing contre le mur. " Bordel mais ce n'est pas possible ! " lui-même peut pas expliquer son comportement sur le coup et comme-si les choses n'étaient pas assez graves pour lui, l'agréable voix de Perséphone le fait brusquement se retourner " T'as un problème ? " Lucien fronce les sourcils et s'allonge sur son lit un peu honteux " J'suis juste fatigué et je t'ai pas entendu rentrer ! Bonne nuit " Elle a cette fâcheuse manie d’apparaître comme ça et il déteste ça, en tout cas c'est clair pour elle, il ne veut pas lui parler....

7 Mars 2006  à  Philadelphie, Pennsylvanie
Chambre d'Adam

Impacte

Dans la chambre d'Adam, le propriétaire n'est pas là, en fait où il est, on s'en fout ce qui compte c'est ce qui s'y passe. Elle est entrée en trombe il y à peine trois minutes et un pesant silence s'est installé depuis entre cette folle enragée debout au milieu de la pièce, encore en habit de danseuse et Lucien assis sur le lit vêtu de son nouvel uniforme de barman. Il la regarde, dans les yeux comme toujours. " Tu me rends dingue ! " Voilà, c'est dit, il n'en pouvait plus, à quoi bon nier l'évidence. La jeune fille lui bondit dessus sans prévenir au point de le faire tomber de l'autre côté du lit et elle dépose ses lèvres sur celles du beau brin pour lui offrir un baiser sauvage et passionné qu'il ne refuse pas le moins du monde...

C'est un peu excessif comme comportement ou tout simplement l'aboutissement d'une attirance que ni l'un ni l'autre ne voulaient s'avouer. Quoi qui'l en soit, pour la première fois depuis le départ de Mia, Lucien semble heureux. Cette Perséphone a réussi en moins d'une semaine à le changer ce qui est assez bizarre mais le coup de foudre existe et en voilà la preuve bien que le sentiment d'abandon que ressent Lucien depuis le départ de sa mère y soit un peu pour quelque chose. Elle finit par se retirer laissant le jeune homme lui sourire tandis que Perséphone se relève pour s’asseoir sur le lit, il fait de même avant de ricaner ce qui étonne un tantinet sa colocataire qui s'empresse de lui demander. " Un souci ? " Lucien s'efforce de se reprendre " C'est juste que finalement vivre avec toi ne serais pas si mal ! " Elle sourit avant de lui ressauter dessus pour un autre baisé, finalement c'est toujours lorsqu'on se trouve dans l'ombre que nous viens la lumière.

☇ Il était une fois une jeune femme qui vivait dans un enfer déguisé en paradis, qu'importe pour qui elle travaillait - ou pourquoi à la rigueur - qu'importe qu'elle fût un l'esclave des temps modernes elle ne s'est jamais plainte parce qu'elle était heureuse, heureuse de vivre dans ce jardin d'Éden qu'on lui avait offert parce que quand on a tout ce qu'il faut dans la personne de ses amis, le reste n'est que détail dérisoire... Eh pourtant, elle a oublié que les Hommes sont minéraux et que leur cœur est fait de pierre, il a fait l'erreur avec Adam, Ève, Caïn et Lucien de s'allier avec un Ange pour exiler le bien. Le chut fut inévitable pour ces démons qui se sont eux-mêmes bannis de ce jardin d'Éden avant de le mettre en flamme. Mon ange pardon de t'avoir dupé mais l'amour tu le sais n'est qu'un sentiment éphémère.