AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Tooru Daisuke Kiryu - "Show no mercy. They aren't people. They're targets."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tooru D. Kiryu
show no mercy. they aren't people. they're targets.
show no mercy. they aren't people. they're targets.
avatar

✤ LETTRES A LA POSTE : 50
✤ ARRIVÉE A HEARTKILLER : 31/10/2013
✤ OU TU TE TROUVES ? : Tapi dans l'ombre...
✤ EMPLOI/LOISIRS : Elite de la Garde Royale.
✤ HUMEUR : Changeante.

MessageSujet: Tooru Daisuke Kiryu - "Show no mercy. They aren't people. They're targets."   Jeu 31 Oct - 17:49


☇ Tooru Daisuke Kiryu
“ You’re north of heaven, maybe somewhere west of hell …”

☇ Vampire Garde
FEAT. Huang Zi Tao
PRENOM(S) & NOM : Tooru Daisuke Kiryu.
SURNOM : Celui qui se vante d’être son créateur l’appelle « L’ange de la Mort ». Mais il n’a jamais été assez proche de quelqu’un pour que cette personne lui donne un surnom…
DATE & LIEU DE NAISSANCE : 13 Décembre 1518 dans un domaine perdu entre les hautes montagnes de l'Himalaya.
AGE : 494 ans mais 23 d’apparence.
MÉTIER : Garde Royal.
STATUT : Célibataire.
ORIENTATION SEXUELLE : Bisexuel.
CARACTÈRE : Secret - Solitaire – Insensible – Discret – Peu bavard – Renfermé – Rancunier – Dur – Froid – Autoritaire – Sans pitié – Manipulateur – Menteur – Déterminé – Violent – Torturé – Tourmenté – Instable – Protecteur – Possessif – Instinctif – Imprévisible – Sensuel – Sérieux – Patient – Exigeant – Attentionné – Direct – Dangereux – Méfiant – Réaliste - Observateur - Prudent - Effacé - Respectueux - Intransigeant - Sauvage.

☇ LE QUESTIONNAIRE HEARTKILLIEN
▬ comment considérez-vous la famille Bridgestone ? avez-vous une relation spéciale avec eux ?

Cette famille a réussi à débarrasser le monde vampirique de la tyrannie d’un roi fou et il ne peut que leur en être reconnaissant. De nombreuses rumeurs courent sur eux mais il n’y prête guère attention. Il ne les connait pas personnellement mais il a eu la chance d’entrapercevoir quelques membres de cette fratrie lors de grandes réceptions auxquelles il était tenu d’assister, en tant que garde du corps de l’ambassadeur américain, sous le règne des Levinson. Lorsqu’il devint un soldat, il prit également part à l’entrainement que Seth Bridgestone dispensait aux troupes de l’armée. Il le respecte beaucoup pour les valeurs qu’il défend. Sinon, il est assez curieux de rencontrer les autres membres de la nouvelle famille royale…

▬ que pensez-vous de la condition des esclaves/humains sur l'ile ? pour ou contre leur traitement ?

Cela ne fait que deux ans qu’il est ici mais il a eu le temps d’en voir assez pour se construire un début d’opinion. A vrai dire, il a vu un peu de tout : des esclaves maltraités aux esclaves un peu plus libres et visiblement bien portants, en passant par ceux qui se rebellent et subissent les foudres de leur maître. Il ne cautionne pas la violence des vampires envers leurs esclaves humains, il trouve cela très lâche. Néanmoins, ayant lui-même eut à son service des humains, il ne trouve pas cette pratique révoltante, bien qu’elle semble sur cette île un peu pervertie et s’apparente plus à de l’esclavage pur et dur. Les deux branches de sa famille étaient plutôt du genre à accueillir et protéger les humains en échange de leurs services et leur sang. Ils étaient plus traités en domestiques qu’en esclaves à vrai dire…
Quant aux humains libres, il n’en a pas encore croisé mais il hésite entre les trouver courageux (car ils survivent par leurs propres moyens dans un milieu particulièrement hostile…) et suicidaires (car la condition d’esclave leur offrirait au moins un toit et des repas plus ou moins réguliers)

▬ comment trouvez-vous heartkiller ? la ville en elle-même, son organisation, son climat, ses habitants.... ?

L’île est magnifique et la ville lui plait beaucoup. Elle est très différente de ce qu’elle fut sous le règne du roi fou et cela la rend encore plus attractive à ses yeux. Cependant, il n’a pas vraiment eu le temps de tout visiter pour l’instant et il n’est pas du genre à se mêler à la population. Néanmoins, il apprécie beaucoup l’atmosphère calme et mystérieuse qui règne à l’abord des remparts…

▬ avant d'arriver sur HK, quelle était votre opinion sur les rumeurs englobant le triangle des bermudes ?

Etant né vampire, il a toujours su ce que cachait le Triangle des Bermudes. Il s’amusait, lorsqu’il voyageait, à demander aux humains ce qu’ils savaient le concernant. L’espèce de mythe et d’aura dangereuse qui l’entoure l’ont toujours amusé et l’ont conforté dans l’idée que les vampires avaient un certain goût pour la mise en scène…

▬ craignez-vous la furie des derniers levinson ? d'ailleurs, qu'évoque pour vous la chute du roi allan levinson ?

La chute du roi Allan Levinson ? Cela lui évoque une libération. Comme si la tyrannie avait si longtemps étouffé le peuple vampirique que maintenant qu’elle avait disparu, tous pouvaient à nouveau respirer. Mais la fin d’un tel règne ne s’est pas fait dans la douceur et Tooru se souvient encore de la violence des combats lors de cette Guerre Civile qui fit perdre la vie de nombreux vampires… Néanmoins, il se sent en quelques sortes vengé car il haïssait les pratiques de cette monarchie. Quant à la furie des derniers Levinson eh bien… Il n’en a que faire. Il ne les craint plus. Pour lui, leur règne est bel et bien mort et, franchement, que peuvent quelques rebelles face à une nation entière ?

▬ et enfin, question piège, que pensez-vous des adminettes ? Qui est la plus folle ? La plus sexy ? La plus chieuse ? dites-nous tout...

Elles sont tout simplement géniiiiiiiiiiiiiiiiiiiales :D Et les modos aussi :3 Acceuillantes, adorables, un peu fifolles sur les bords mais cela fait leur charme ;) 👀J’aime leurs idées et elles sont super efficaces ! I love you


Crédits Icones : _ADASTRA & MOROS.




PRÉNOM/SURNOM : Alex’ :p
AGE : 17 hivers ! :)
SEXE : F.
COMMENT AVEZ VOUS CONNU LE FORUM? : La magie de forumactif et du double compte ?
ET COMMENT TU LE TROUVES? Quelle question… SUPER TROP GENIAL DE LA MORT QUI TUE !  I love you
EST-CE QUE VOUS SOUHAITEZ ETRE PARRAINE ? Nope.
PEUT-ON ON FAIRE UN PREDEFINI DE VOTRE PERSO. SI VOUS ETES SUPPRIME ? Ouii ;)
CODE RÈGLEMENT : Ok par John.


✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤


Christmas is coming . . .
“I danced with a million devils, died from a life of sin, made love to a million angels, murdered a million men. There will be blood, there will be blood, there will be blood…”


Dernière édition par Tooru D. Kiryu le Mer 6 Nov - 21:50, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tooru D. Kiryu
show no mercy. they aren't people. they're targets.
show no mercy. they aren't people. they're targets.
avatar

✤ LETTRES A LA POSTE : 50
✤ ARRIVÉE A HEARTKILLER : 31/10/2013
✤ OU TU TE TROUVES ? : Tapi dans l'ombre...
✤ EMPLOI/LOISIRS : Elite de la Garde Royale.
✤ HUMEUR : Changeante.

MessageSujet: Re: Tooru Daisuke Kiryu - "Show no mercy. They aren't people. They're targets."   Jeu 31 Oct - 17:50


☇ VOTRE HISTOIRE
“Until you’ve lived a thousand times, until you’ve seen the other side…”

« Enemy of mine… »

Prologue : The End of the Beginning.

Il y a plus d’un millier d’années, une fratrie de deux sœurs et trois frères, tous transformés par le même créateur, s’unirent et formèrent la famille Kiryu. Originaires du Japon, leurs voyages à travers l’Asie leur permirent d’acquérir de l’expérience en matière de combat mais aussi la maitrise d’armes traditionnelles et d’arts martiaux ancestraux. Réputés pour leur sens de l’honneur et leur talent pour combattre, ils refusèrent néanmoins de s’allier à une quelconque royauté. Ils s’établirent dans les montagnes de l’Himalaya mais furent victimes d’attaques incessantes de la part d’une communauté indigène de vampires sans foi, ni lois. Inquiets du devenir de leurs terres durement acquises mais aussi de la survie des humains qui vivaient sous leur protection, ils demandèrent la protection de la royauté du pays dans lequel ils vivaient. On leur proposa d’accéder à leur demande à conditions qu’ils jurent loyauté et viennent renflouer les rangs de l’armée. Ils refusèrent, décidés à garder leur indépendance. Ils firent donc appel à une plus grande puissance, capable d’agir contre leurs assaillants et de les réduire à néant : les Levinson, dynastie régnant sur ce gigantesque territoire qui deviendrait par la suite les Etats-Unis d’Amérique. Cependant, leur protection n’allait pas sans contrepartie et ils durent signer un Pacte, promettant ainsi sur l’honneur qu’ils offriraient le premier enfant Kiryu à leurs protecteurs.


« Time to escape… »

Chapter One : Birth.

D’une main maternelle, Antanasia Vladescu caressa le front de cette humaine qui semblait tant souffrir, dégageant son visage de ses longs cheveux. Elle respirait fort et son cœur battait vite, trop vite peut-être. Son ventre arrondi ne laissait aucun doute quant à sa situation actuelle.
Autour d’elle, toutes les autres humaines s’activaient, laissant finalement place à la sage-femme.
La noble observait le visage très typé du la jeune femme. Elle semblait être Chinoise et cela ne la surprenait qu’à moitié, étant donné que la plupart des humains qui vivaient sur les terres de la famille Kiryu venaient très souvent de ce grand pays.
« S’il-vous-plait, Ma Dame, pourriez-vous vous écarter afin que je puisse me mettre à votre place et l’aider à mettre au monde son enfant ?
-Bien sûr. »
Elle s’écarta mais choisit de rester présente, d’assister cette femme qui allait donner la vie, chose qu’elle ne pourrait jamais faire…

Elle berça doucement l’enfant vampire. Sa mère venait tout juste de fermer les yeux à tout jamais, après un accouchement bien trop difficile et éprouvant. Elle avait laissé derrière elle ce tout petit bébé, qui pleurait dans le creux de ses bras…
Antanasia rêvait depuis si longtemps d’avoir un enfant.


1508. Les cris d’un nourrisson résonnent dans la demeure principale des Kiryu. Cet enfant est le fruit d’une union interdite entre une humaine habitant le domaine de cette grande famille et l’un des derniers indigènes ayant survécu au massacre de sa communauté. Cet enfant n’a pas d’avenir, à peine né, et déjà orphelin. Mais Yami Kiryu, récemment fiancé à Antanasia Vladescu, noble Roumaine, voit cette naissance comme une bénédiction : l’enfant portera des traits asiatiques qui rappelleront ceux de la famille Kiryu et pourra donc devenir son premier hériter, mais aussi celui qu’ils offriront aux Levinson. Ils rempliront leur part du marché et seraient donc délivrés de ce serment, sans pour autant sacrifier leur propre sang.
Quelques jours plus tard, Antanasia et Yami, présentent leur premier fils sous le nom de Tooru Daisuke Kiryu, faisant de lui le premier descendant de cette famille ancestrale.



« He is a stranger to some and a vision to none… »

Chapter Two : The Clutches of a name.

Résidence principale de la famille Vladescu, dans les Carpates de Transylvanie, Roumanie, 1538.

L’arme s’abattit sur lui avec violence.
Il recula vivement, mais trop tard. La douleur se diffusa dans son bras alors qu’il gémissait, serrant les dents pour ne pas hurler. Le sang imprégnait la manche de son vêtement sans qu’il puisse stopper l’hémorragie.
« En garde ! » exigea son maître sans même jeter un coup d’œil à la blessure qu’il venait de lui infliger.
Il raffermit sa prise sur son katana et contra le coup qui suivit. La brutalité de l’échange fit trembler son bras. Il repoussa son adversaire en grognant. Déjà, il sentait sa peau se régénérer mais la souffrance était toujours là, cuisante. Et l’homme profita de sa faiblesse en l’attaquant de ce côté. Il para la lame avec difficulté, enchaina quelques bottes avant que son sabre ne finisse à terre et lui de même, le poignet tordu.
« Lève-toi ! Si tu étais un peu plus attentif et vif, tu aurais esquivé ma lame ! asséna durement son précepteur. En combat singulier, ton adversaire ne se serait pas contenté de t’égratigner le bras, il l’aurait tranché, et il aurait fait de même avec ta tête ! »
Il se releva difficilement, le corps courbaturé, à bout de force. Il récupéra son arme, appréciant le contact rassurant du tsuba dans sa main. Et le combat repris, encore plus violent.

Il ôta son vêtement tâché de sang en sortant de la salle d’entrainement. Il ne croiserait personne dans cette aile de la résidence principale de la famille royale de Roumanie. Ses parents y veillaient scrupuleusement…
Il parcourut les couloirs froids du château avec rapidité. Il sentait la douleur affluer dans son corps rendu raide par des heures et des heures d’entrainement au combat. Et il vivait cela depuis son plus jeune âge. Il aurait pu se vanter de maîtriser de nombreux arts martiaux, en plus du maniement de plusieurs armes traditionnelles. Mais son père lui avait tant répété que c’était son devoir en tant qu’ainé de pratiquer ces disciplines à la perfection afin de pouvoir à son tour les transmettre. Il était l’héritage de ces pratiques ancestrales. Il se devait de faire honneur à la réputation de la famille de son père, car tel était son devoir. Et son devoir passait avant tout le reste.
Il avait été élevé dans cette idée. Respect. Honneur. Il était prêt à tout accepter. Il ne comptait même plus les nuits entières qu’il avait passé à s’entrainer sans pause, regagnant seulement sa chambre au petit matin, si épuisé qu’il arrivait que son corps le lâche avant même qu’il ne parvienne jusqu’à son lit. Il espérait ainsi attirer l’attention de ses parents, les rendre fiers… Peut-être lui montreraient-ils alors un peu plus d’intérêt ?
Une odeur étrange lui parvint soudainement. Il ouvrit la porte de sa chambre et tomba sur son jeune frère. Il soupira, essayant de réprimer la vague de joie qui le traversait à la vue de cet être qui partageait le même sang que lui mais qu’en fin de compte il n’avait que peu côtoyé, enfermé dans des quartiers du domaine réservés à son entrainement.
« Tooru ! s’exclama le plus jeune avec un sourire ravi.
-Shin, comment es-tu parvenu à semer tes domestiques cette fois-ci ?
-Ça n’a pas d’importance ! le contra-t-il d’un air insouciant. Cela fait si longtemps que je ne t’ai pas vu ! J’ai essayé de convaincre Père et Mère de me laisser m’entrainer avec toi mais ils n’ont pas voulu… Ils disent que tu dois te concentrer sur ta formation, ajouta-t-il avec une moue boudeuse.
-C’est mon devoir et tu le sais très bien. Maintenant, va rejoindre l’aile Est, tu n’es pas censé être ici et tu vas t’attirer des ennuis. » assena l’autre vampire avec dureté.
Son frère semblait sur le point de protester mais il lui désigna le couloir avec autorité. Il finit par capituler et le conjura de prendre soin de lui en franchissant la porte.
Un sourire douloureux courba les lèvres de Tooru.
Si seulement Shin avait refusé de le quitter…


« Ma Dame, ces messieurs aimeraient s’entretenir avec vous. »
Antanasia releva la tête lentement, n’osant y croire.
Le jour qu’elle redoutait le plus était venu.
Elle sentit le regard interdit de son fils sur sa personne mais elle l’ignora.
« Nous venons réclamer notre part du Pacte, lui annonça le vampire qui, quelques siècle plus tôt, le leur avait proposé.
-Très bien. Il se trouve dans l’aile Ouest, lui annonça-t-elle en essayant de garder contenance.
-Vous ne manquez pas à votre parole… observa l’autre avec un sourire satisfait.
-Il n’est guère dans les habitudes des Kiryu de faire une telle chose. Maintenant, accomplissez ce pourquoi vous êtes venus et ne remettez plus jamais les pieds sur nos terres. » exigea-t-elle d’une voix froide.
Elle vit vaguement son interlocuteur acquiescer, l’air étrangement joyeux. Une expression qu’elle n’aurait jamais voulu voir sur ce visage.
Il disparut de son champ de vision, une dizaine de vampires ressemblant à des ombres à sa suite.
Elle sentit son cœur mort se serrer. Elle venait de condamner ce garçon qu’elle s’était juré de protéger afin de sauver son véritable fils. Son petit Shin, si innocent, si ignorant de tous les mystères qui entouraient la naissance de celui qu’il proclamait comme étant son frère.

Quel Pacte avait-il donc signé avec le Diable, des décennies auparavant ?

L’ordre de déserter l’aile Ouest du domaine fut donné le soir même par le maître de maison. Shin fut éloigné de l’immense bâtisse, partant à la chasse avec une escorte. Les humains furent enfermés dans l’aile Sud, tous les vampires résidant dans l’édifice étant chargés de les protéger.

Et lorsque la Lune fut haute dans le ciel d’encre noire, des cris percèrent le silence de la nuit. Les créatures des ténèbres ne tressaillirent même pas. Antanasia s’enferma dans ses appartements, condamnées à entendre les conséquences de ces choix tandis que son époux combattait sa propre envie d’aller secourir ce fils qui n’était pas le sien, mais qu’il avait appris à aimer malgré toute la distance qu’il avait voulu même entre lui et cette famille qu’il s’était juré de protéger.

En signant ce Pacte, des décennies plus tôt, il avait condamné cet être à subir les conséquences de ses propres choix. Il lui avait fait porter le poids trop lourd de son héritage mais aussi de responsabilités qu’il aurait dû, en tant qu’un des maîtres de ces terres, assumer.



« I’m just a stranger in a strange land, running out of time… »

Chapter Three: The Mission.

Bâtiment de l’armée vampirique Roumaine caché dans les Carpates, spécialisé dans la formation de gardes-du-corps royaux, quelques jours plus tard.

Il ouvrit difficilement les paupières.
Il avait l’impression que chaque muscle de son corps le faisait souffrir le martyr. Et contre sa joue, le contact du sol dur n’était pas des plus agréables… Que faisait-il allongé par terre, plongé dans l’obscurité la plus totale ?
Les souvenirs affluèrent soudainement. Il s’était assoupi après un entrainement encore plus difficile, pendant lequel il avait essuyé de nombreuses blessures. Et son réveil… Quelqu’un avait bondit sur lui pour le tuer. Il l’avait repoussé, à moitié réveillé, frappant par réflexe dans les côtes flottantes. Et son regard était tombé sur un autre vampire… et encore un autre… Il n’avait même pas eu le temps de les compter que déjà ils l’assaillaient, tous plus violents les uns que les autres. Les coups avaient plu sur lui à une vitesse phénoménale tandis qu’il tentait de se défendre comme il le pouvait. Mais c’étaient finalement ses propres cris qui avaient raisonné à ses oreilles…
Il avait appelé à l’aide. Supplié sur son père, sa mère, son frère. Et aucun n’avait répondu.
Un coup de trop l’avait fait tomber dans l’inconscience. Et il se réveillait dans cette pièce inconnue, sans aucune notion du temps, perdu. Seul. Terriblement seul.
Il finit par se relever difficilement, constatant que ses vêtements n’avaient pas été épargnés. Il ne portait plus que des loques… Et sa gorge le brûlait. Il avait si soif…
Une porte claqua derrière lui, le faisant sursauter. Il se jeta sur le nouvel arrivant par réflexe, peu désireux de se faire réduire à nouveau en charpie. Son corps protesta contre la violence de son geste mais une odeur délicieuse envahit ses sens… Un humain. Il en aurait presque ronronné de bonheur. N’obéissant plus qu’à ses instincts, il se plaqua contre le mortel, l’empêchant ainsi de s’enfuir, l’une de ses mains durement plaquée contre son épaule et l’autre agrippée à sa nuque. Son nez trouva la jugulaire palpitante sans peine et ses lèvres vinrent effleurer la gorge offerte avec un plaisir mal dissimulé. Cet homme sentait délicieusement bon…
Dans la brume de son esprit, rendu chaotique par l’intensité de la Soif, il perçut vaguement les protestations de cet être qu’il emprisonnait contre son gré.
Mais il avait si soif…
Il planta ses crocs dans l’épiderme vierge. Le sang afflua dans sa bouche. Salvateur.
Il perdit tout contrôle.
Ce ne fut que lorsqu’il ne rencontra plus aucune résistance qu’il se recula enfin, repu. L’homme s’écroula dans ses bras. Il le rattrapa avec habilité, bien plus alerte et vif maintenant qu’il venait de se nourrir. Le hissant dans ses bras, il porta enfin son regard sur son environnement. Une petite chambre, sans fenêtres, au plafond bas. Dans un coin, un petit tas de couvertures siégeaient et faisaient apparemment office de lit. Il y déposa son fardeau, prenant le temps d’écouter son rythme cardiaque plutôt lent avant de finalement regarder son visage. Cheveux noirs et courts, typé asiatique, comme lui. Un joli visage de poupée… Qu’est-ce que cet humain faisait là ?
Que faisait-il là ?
Trois coups frappés contre sa porte. Il se figea, reconnaissant l’odeur d’un des vampires qui l’avaient attaqué.
Où avait-il atterri ?


Les vampires le dévisagèrent avec attention, visiblement surpris. Ils semblaient tous très expérimentés, de vrais guerriers… Il savait les reconnaître quand il en voyait. Et il n’avait aucun doute sur la nature de ceux qui lui faisaient face.
L’un d’eux s’exclama soudainement d’une voix pleine d’ironie, s’adressant à celui qui l’avait conduit jusqu’ici :
« Tu les choisis au berceau maintenant Vlad ? »
Ainsi donc, le vampire qui semblait diriger cette petite communauté s’appelait Vlad… Et il était également celui qui l’avait enlevé à sa famille, accompagné d’une dizaine de soldats.
« Tu serais surpris de voir comment il se bat, commenta l’autre sans se départir de son sourire satisfait. Messieurs, je vous présente le dernier prétendant au poste de garde rapproché des membres de la famille royale. Il s’appelle Tooru et malgré son jeune âge, il a largement sa place parmi nous. Je compte sur vous pour lui apprendre comment cela fonctionne ici… » ajouta-t-il avec un air plus sombre, les yeux pétillant de malice.
Tooru se crispa, lançant un regard méfiant à tous les vampires qui l’entouraient. Ceux qui l’avaient attaqué se trouvaient tous là mais il y en avait aussi d’autres, qu’il ne connaissait pas.
« Mais c’est pas un noble ? voulut s’assurer l’une des créatures.
-Voyons, tu sais très bien que dans l’armée, et tout spécialement cette unité, les grades n’existent plus, lui rappela Vlad d’un ton étrangement doucereux. Il n’y a plus de titres, de statuts…
-Et comment t’as bien pu te procurer un descendant de la famille Kiryu, dis-moi ? l’apostropha le premier vampire. Ils ne se soumettent à personne et jamais ils n’auraient accepté qu’un des leurs soit au service d’une royauté. »
Le jeune vampire serra les poings. Lui aussi se posait la question. Comment ses parents avaient-ils pu les laisser l’emmener ?
« Ils ont simplement accepté de nous donner leur premier-né contre la protection des Levinson. »
Il eut l’impression de recevoir un coup de poignard dans le cœur. Ses parents… Ses propres parents l’avaient vendu contre la protection de leur famille ?
Etait-ce là son devoir sacré, celui dont son père ne cessait de parler ? Il avait été entrainé durant toute son enfance et son adolescence afin d’accomplir ce dessein. Assurer la sécurité de sa famille, de ses terres, de leur héritage…
C’était son devoir. Il devait faire honneur à son sang. Il en était persuadé.
Alors pourquoi avait-il tant l’impression qu’il venait de subir la pire des trahisons ?

Vlad le raccompagna jusqu’à la pièce où il s’était réveillé. Il resta silencieux, écoutant l’autre vampire déblatérer sur les règles qu’il devrait suivre et respecter…
« Tooru, tu apprendras qu’ici, personne ne te fera de cadeaux. Il n’y a ni charité, ni amitié. Les autres n’hésiteront pas à t’évincer. Te tuer ne leur posera aucun problème. Ce sont des soldats. Tout ce qu’ils veulent, c’est accéder au rang de garde royal. Et les places sont rares, pour ainsi dire très limitées. L’entrainement est très sélectif. Ne t’attends pas à de la solidarité de leur part. Ils voient d’un très mauvais œil l’arrivée d’un jeunot tel que toi… Et ils n’hésiteront pas un instant à t’écraser.
-Pourquoi est-ce que vous me dites tout cela ? demanda-t-il finalement, plongeant son regard noir dans celui, si bleu, de son interlocuteur.
-Ce n’est pas de la pitié, lui répondit l’autre avec un sourire amusé. Disons que… je t’aime bien. Je veux que tu sois celui qui réussisse. »
Il ouvrit la porte, laissant entrer le jeune vampire qui ne savait plus vraiment quoi penser. Etait-il de son côté ? Ou bien jouait-il seulement avec lui ?
« D’ailleurs, concernant l’humain… Il est à toi. Tache de ne pas trop l’abimer. Il est à ton service et il sera ta seule source de nourriture. S’il meurt, tu devras trouver un autre moyen de te nourrir… Alors essaye de ne pas le tuer. Quant à ce que tu veux faire de lui… Il t’appartient, alors tu peux te faire plaisir… » sourit-il avec mesquinerie.
Il referma la porte brusquement, faisant sursauter le jeune vampire. Il finit par s’asseoir à même le sol et se prendre la tête entre les mains.
Il n’avait jamais été aussi incertain quant à son avenir…


Il repoussa son adversaire avec force, contra l’arme de celui qui arrivait, puis bondit en arrière pour en esquiver un troisième. Ils s’acharnaient sur lui avec une très grande satisfaction, sous l’œil amusé de Vlad, qui surveillait l’entrainement de loin.
« Eh bien, petit, on s’essouffle ? » le nargua l’un de ses assaillants.
La provocation fut de trop pour lui. Combinée à l’épuisement, sa colère eut raison de son sang-froid. Il arracha l’arme tranchante des mains de son manieur, repoussa d’une main experte tous les autres et planta la lame à côté de la tête de son adversaire mis à terre.
Vlad éclata d’un rire hystérique, applaudissant, sautillant joyeusement jusqu’à eux.
« Voyez comme il est doué ! s’exclama-t-il avec un sourire ravi. Messieurs, l’entrainement est terminé pour l’instant. Vous pouvez aller vous restaurer ! »
Tooru se recula, jetant un regard méfiant à tous ceux qui l’entouraient. Et il s’éclipsa sans demander son reste, curieux de savoir si son humain s’était enfin réveillé…

« Comment t’appelles-tu ?
-Yuan Lee, lui répondit l’humain après une légère hésitation.
-Et depuis combien de temps es-tu ici ? enchaina-t-il.
-Depuis toujours. Ma mère m’a mis au monde ici. Mon père était également un esclave. Vous êtes le premier vampire que je dois servir, c’est un honneur, vraiment… »
Le vampire soupira. Le jeune homme paraissait avoir son âge mais en réalité, la créature avait certainement une dizaine d’années de plus que lui. Il était visiblement très mal à l’aise en sa présence. Il empestait la peur. Mais Tooru pouvait-il vraiment le blâmer pour cela ? Il n’avait pas l’habitude de se nourrir d’une manière aussi violente mais il avait été affamé ce jour-là…
Le jeune homme lui tendit finalement son poignet. Le geste, très maladroit, fit sourire le vampire. Le premier sourire qu’il s’autorisait depuis bien longtemps…
Il refusa poliment l’offre de l’esclave et se leva finalement, bien décidé à répéter quelques enchainements… Si ses parents l’avaient destiné à devenir le garde personnel d’un membre de la famille royale, il allait les rendre fier et faire honneur à son nom et à son sang.



« Does it feel like we’ve ever been alive ? Does it seem like it’s only just begun… »

Chapter Four: Angel or Demon…

Des mains inquisitrices parcouraient son corps. Des ongles lacéraient la peau, l’entaillaient lentement, diffusant la douleur sur leur passage. Des lèvres se posèrent sur sa gorge, avides, et des crocs perforèrent sa jugulaire. Et son sang coula, encore et encore, alors qu’il hurlait, extériorisant sa souffrance pour s’empêcher de supplier, d’implorer. Que tout cela s’arrête. Qu’on le laisse tranquille.

Il se réveilla en sursaut, le cœur au bord des lèvres, totalement désorienté. Le cauchemar, encore vif dans son esprit, lui donnait envie de vomir. Fallait-il qu’il revive son viol collectif même dans ses rêves, le seul refuge qui lui restait en ces murs ? La voix de Vlad résonnait encore à ses oreilles alors que des vampires l’immobilisaient, l’empêchant de se défendre, de se battre.
« Si tu veux pouvoir protéger, il faut que tu saches faire face à toutes les tortures. Il faut que tu apprennes à apprivoiser la douleur, qu’elle devienne ta compagne d’éternité. Il faut que tu lui fasses face afin de mieux pouvoir y résister le jour venu, s’il l’on te torture pour obtenir des informations ou si tu dois donner ta vie pour la personne que tu sers… Tout cela fait partie de ton entrainement Tooru. C’est pour ton bien… Fais donc honneur à cette famille que tu n’as plus. »
Il avait longtemps cru que la bande de vampires qu’il avait rencontrés lorsqu’il était arrivé ici, il y a trois ans de cela, seraient ceux qu’il devrait redouter le plus. En fin de compte, après six mois plus ou moins passés en leur compagnie, Vlad l’avait isolé, faisant de lui son élève. Il s’était chargé de son entrainement mais aussi de l’endurcir. Par tous les moyens possibles.
Les séances de torture s’étaient succédées, remplaçant petit à petit l’entrainement. Il s’était tant perfectionné qu’il n’avait à présent plus besoin que d’expérience sur le terrain. Mais il devait apprendre à faire face à la douleur, à survivre à des conditions extrêmes. De temps à autre, Vlad enfermait le jeune vampire et l’affamait ainsi durant des jours, pour lui apprendre à contrôler la Soif. Il lui arrivait également de le soumettre à quelques séances de torture en règle, redoublant d’ingéniosité à chaque fois. Puis il y avait eu la torture psychologique. Et pour finir, le viol.
Il l’avait totalement dépossédé de son identité. Il avait fait de lui un être sans âme, un fantôme. Mais également une créature redoutable, surentrainée, dont les réflexes étaient bien plus développés que la normale. Il l’avait transformé en une machine à tuer, capable de mettre de côté ses sentiments et sa raison pour arracher la vie.


Il entendit à peine la porte s’ouvrir. Des mains fortes le soulevèrent, le remettant sur ses pieds et l’entrainant vers l’avant. Il avait à peine conscience qu’il marchait. Quel jour était-il ? Où se trouvait-il ? Il n’en savait rien. La faim lui avait fait perdre toute notion du temps. Combien de temps était-il resté enfermé dans cette pièce ? Une semaine ? Deux peut-être ? Ou bien plus ? Il n’en avait strictement aucune idée. Sa gorge était tellement sèche qu’il ne sentait même plus la douleur. Et ses forces avaient disparues. Il ne parvenait même pas à garder les yeux ouverts.
Une autre porte s’ouvrit et il fut jeté vers l’avant. Il s’étala sur le sol sans grâce, incapable d’esquisser le moindre geste pour ralentir sa chute ou se relever. Il entendit à peine la porte claquer à nouveau. Il perdit connaissance.

Une main passa dans ses cheveux, étrangement douce. Il gémit doucement sous l’agréable caresse, reprenant lentement contacta avec la réalité. Les odeurs l’assaillirent, celle de l’humidité, du sang, de son humain… Les battements calmes d’un cœur lui parvinrent. Proches de lui. Si proches…
Il rouvrit brusquement les yeux, se retrouvant nez à nez avec Yuan. L’humain écarquilla les yeux de surprise et esquissa un mouvement pour se redresser. Pris d’une étrange impulsion, obéissant à ses instincts, Tooru le saisit par la nuque et fondit sur ses lèvres. La sensation qui agita son corps lorsque leurs deux bouches se percutèrent fut indescriptible. Il n’eut même pas le temps de se rendre compte de ce qu’il faisait que l’humain prenait place à califourchon sur son torse, saisissant son visage pour approfondir le baiser qu’ils partageaient. La surprise fit frémir le vampire. Il ne s’était pas attendu à ce que son esclave réagisse ainsi. Les lèvres, impétueuses, s’appuyaient contre les siennes avec avidité tandis qu’une de ses mains glissait dans ses cheveux. Passion. Ferveur. Désir.
Des doigts effleurèrent son ventre nu.
Il se figea, saisissant avec force cette main baladeuse, simple réflexe dû à sa peur. L’humain gémit de douleur contre sa bouche, reculant finalement pour le regarder avec un mélange d’incompréhension et de souffrance. Tooru se rendit alors seulement compte qu’il broyait sa main et le lâcha. Yuan s’écarta de lui en sifflant de douleur tandis que le vampire se redressait difficilement, encore affaibli. Et perdu également. Il ne comprenait pas sa réaction… et ne croyait pas craindre autant les contacts. Puis son regard tomba sur le pansement qui ceignait le poignet de son humain. En fronçant les sourcils, il le saisit et défit le bandage avec soin, grimaçant lorsqu’il aperçut la très nette marque de morsure.
« Je ne me souviens même pas t’avoir mordu… murmura-t-il en fronçant les sourcils, reconnaissant malgré tout son odeur autour de la profonde blessure.
-Vous étiez dans un état second lorsque je vous ai trouvé ici, lui répondit l’humain avec un petit sourire gêné. Il vous a affamé encore plus longtemps cette fois…
-Et il ne compte pas s’arrêter là. » constata le vampire d’un air sombre.
Il refit le bandage, laissant finalement l’humain récupérer son poignet, une pointe de culpabilité serrant son cœur. Combien de fois s’était-il nourri sur le jeune homme au point de le laisser au bord de l’évanouissement, après des jours et des jours d’enfermement sans nourriture ? Parfois, il était si affaibli qu’il ne se souvenait même plus l’avoir mordu… Il ne voulait pas le faire souffrir ainsi. Malheureusement, lorsqu’il était affamé, il peinait toujours à contrôler la Soif et surtout sa force. Et autant dire qu’il n’avait même pas la patience de l’hypnotiser pour lui faire oublier la douleur.
Il contempla la tête baissée de son esclave.
Ici, il était son seul soutien.
Le seul être auquel il accordait sa confiance.
Et paradoxalement, celui qu’il faisait souffrir le plus.

Son haut déchiré échoua à terre. Il grimaça en constatant l’étendue de ses blessures. Certaines se refermaient à peine et d’autres étaient si profondes qu’il se demandait si elles n’allaient pas laisser de cicatrices. Vlad n’y était pas allé de main morte, une nouvelle fois. Son regard parcourut un instant son torse mutilé avant qu’il ne se relève à l’entente de pas dans sa direction.
Il avait complètement oublié que Yuan se trouvait dans sa chambre. L’esclave semblait hésiter entre dégoût et horreur. C’était la toute première fois qu’il le voyait dans cet état. Et les inscriptions qu’avaient gravées l’autre vampire sur sa peau n’avaient rien de flatteur… L’humain sembla hésiter un instant, avant de lui proposer ses services.
Quelques minutes plus tard, les mains délicieusement douces et chaudes de l’humain parcouraient sa peau déchirée, nettoyant ses entailles. Il finit par lui proposer un peu de son sang pour accélérer sa régénération, offre que le vampire accueillit avec un sourire. La douleur s’apaisa et ses blessures ne devinrent bientôt plus que de fines griffures dont les prochaines heures auraient raison.
« Ce qu’il vous inflige est tout simplement monstrueux, murmura l’humain en passant derrière lui pour masser ses épaules raides.
-Gouter à la douleur est le meilleur moyen de l’apprivoiser, observa le vampire avec pragmatisme, appréciant le contact chaud sur ses muscles tendus.
-C’est quand même inhumain. »
La créature de la nuit sourit ironiquement.
Ils n’étaient pas des vampires pour rien après tout.

Son arme fendit l’air, combattant un ennemi imaginaire. Il enchaina plusieurs mouvements, maniant sa lame avec dextérité et précision. Vlad s’était absenté et il s’entrainait en son absence, ne faillant pas à son devoir. Travailler sa technique, sa rapidité, ses réflexes…
Il sentait le regard de Yuan fixé sur sa personne. Il avait autorisé l’humain à l’accompagner. Le jeune homme avait toujours été fasciné par sa pratique des arts martiaux et du sabre. Pourquoi avait-il accepté qu’il vienne ? Il se posait la question… et il sentait qu’il n’allait pas apprécier la réponse.
Il finit par s’arrêter lorsque ses muscles crièrent à l’agonie. Il perdait souvent la notion du temps lorsqu’il s’entrainait et seules les limites de son propre corps le rappelaient à l’ordre. Malgré son statut d’immortel, il n’était pas inépuisable.
Des bruits de pas effleurèrent son ouïe. Une agréable odeur berça ses sens. Fermant les yeux, il tendit une main à Yuan. Il perçut l’hésitation de l’humain sans même le regarder mais finalement, une main fine, si semblable à la sienne, glissa sur sa paume. Il attira le jeune homme vers lui, se déplaçant dans son dos. Ses propres mains se posèrent sur les épaules de l’esclave, les parcourant pour mieux le placer contre lui, pour finalement glisser l’arme dans sa paume. Sa seconde main se posa sur la taille du mortel et lentement, avec la délicatesse d’un félin, il lui fit faire plusieurs gestes simples, imprimant d’une pression sur sa hanche le mouvement qu’il devait exécuter. Ils se battirent au ralenti durant un moment, ne faisant plus qu’un, le silence de la grande salle seulement rompu par le sifflement de la lame et les douces paroles du vampire.
Il finit par récupérer son sabre, se détachant de l’humain. Celui-ci se tourna vers lui soudainement, le surprenant. Et il fondit sur ses lèvres.
Il entendit à peine le bruit mat du fourreau de son katana qui percutait le sol.
Contre lui, avide et passionné, Yuan réduisait au silence ses pensées, ses réflexions. Il se laissa juste porter par ce torrent d’émotions brulantes.
Il aima, pour la première et la dernière fois.


Quelques jours plus tard, il était envoyé sur le terrain pour la première fois. Il mit de côté ses sentiments, anesthésiant son cœur. Accompagné de son mentor, il revit l’extérieur pour la première fois depuis plus de trois ans. Sa mission était simple : retrouver deux traitres en fuite et les assassiner. La chasse dura deux jours. Vlad tortura les deux vampires pour leur extorquer tout ce qu’ils savaient et tout ce qu’ils avaient dit. Et Tooru finit le travail en les tuant de sang-froid. Voir leurs yeux s’éteindre alors qu’il leur prenait la vie fut une expérience qui le marqua. Et lorsqu’il fut de retour dans cette chambre qu’il aimait à qualifier de refuge et que son humain l’accueillit d’un baiser, la seule chose qu’il voyait était la lueur de vie qu’il avait réduite à néant, dans les iris de deux de ses congénères.

Les missions s’enchainèrent. Chasser. Torturer. Tuer. Des traitres, des hors-la-loi, des assassins, des exclus… Il devenait chaque fois plus efficace. Expérimenté.
Et chaque meurtre le détruisait un peu plus.



« No warning signs, no alibi, we faded faster than the speed of light… »

Chapter Five : Violent inside, beautiful and evil…

Il virevoltait entre les ennemis avec adresse, esquivant, parant, attaquant. Son arme, un Gun, simple bâton qui mesurait sa taille, tournoyait dans les airs, s’abattant sur ceux qui s’approchaient d’un peu trop près, repoussant ceux qui franchissaient son périmètre de sécurité.
Il dansait.
Comme un rappel à l’ordre, il sentait le regard dur de Vlad sur sa personne. Mais il n’était pas le seul à assister à cette démonstration de son talent. D’imminents personnages étaient présents, observant la scène comme s’il s’agissait d’un spectacle.
Les armes de ses adversaires n’avaient rien d’un jouet.
Il devait se montrer sous son meilleur jour, leur prouver qu’il était digne de les servir, de les protéger. De leur offrir sa vie et sa liberté sur un plateau d’argent. Une lame s’enfonça dans son flanc. Le sang jaillit. Il ne sourcilla même pas, encaissant la douleur, comme il avait si bien appris à le faire. Ses coups redoublèrent de violence. Il passa à l’offensive. Son arme vola dans les airs alors qu’il arrachait celle d’un de ses adversaires de ses mains. Ses gestes se firent encore plus vifs. Précis. Mortels.
Il devenait la Mort.
Son sabre se planta dans les corps de ses assaillants sans aucune pitié, les immobilisant sans les tuer. Ils vivaient car il en avait décidé ainsi. Le sang tâcha le sol, macula ses vêtements, éclaboussa son visage pâle.
Il s’arrêta soudainement et essuya la lame souillée de liquide carmin pour ne pas qu’elle rouille. Son regard se porta un instant sur le massacre qu’il venait de perpétrer. La dizaine de vampires à terre saignait abondamment, gémissant de douleur. Leurs blessures mettraient du temps pour guérir, il le savait pour les avoir lui-même subies.
Des applaudissements retentirent soudainement à ses oreilles. Vlad le saisit par les épaules pour mieux pouvoir le présenter à ses invités.
Tooru entendit à peine les compliments du vampire, qui vantait sa célérité, sa résistance à la douleur, ses capacités et ajoutait à cela qu’il savait manier de nombreuses armes en plus de sa maitrise du combat à main nue.
Il ne voyait que le sang qui tâchait ses mains. Des mains de meurtrier. De tueur. D’assassin. Ces doigts qui infligeaient tant de souffrance la nuit et parcouraient amoureusement le visage de Yuan le jour…
Il garda un visage impassible, même lorsque les vampires apprécièrent ses mérites et finirent par quitter la salle, sans un regard pour ceux qui se vidaient de leur sang à quelques mètres d’eux.
Vlad se tourna soudainement vers lui et il reprit contact avec la réalité :
« Tu leur as plu, sourit-il avec la fierté d’un éleveur qui présente son poulain à d’éventuels acquéreurs. Je pense le cousin du Roi Levinson pourrait t’engager pour assurer la protection de sa femme, il m’avait l’air particulièrement séduit par ta personne… Des nobles Roumains avaient également l’air intéressés. Mais j’hésite. J’ai passé tant de temps à faire de toi ce guerrier redoutable que tu es devenu que je pense de plus en plus sérieusement à te garder pour moi ou bien à te mettre au service de mon cher frère qui est aujourd’hui un personnage éminent auprès du roi américain… »
Il ferma les yeux et pour la première fois depuis longtemps, pria n’importe quel Dieu pour que Vlad se débarrasse enfin de lui.

Il devint donc le garde du frère de Vlad, qui était l’ambassadeur de la monarchie Américaine. Sa routine ne fut que légèrement perturbée : les entrainements et autres joyeuses séances passées en sa compagnie se raréfièrent et ses différentes missions en tant qu’exécuteur furent parfois remplacées par de grandes réceptions pendant lesquelles il devait être présent pour son nouveau maître et assurer sa protection.
Les vampires étaient nombreux durant ce genre de rassemblements et venaient des quatre coins du monde. Des rois, des reines, des princes, des princesses, des ambassadeurs, des nobles… Et cachés parmi eux, d’éventuels assassins et d’autres gardes de corps, comme lui.
Son visage d’ange et son attitude réservée le rendirent invisible parmi les différents convives. Il se fondait si bien dans la masse, habillé avec sobriété et autant de classe que tous ces imminents personnages… Personne ne se doutait de sa véritable fonction. Son air exotique laissait à penser qu’il ne parlait pas l’anglais et il ne démentait pas, faisant du silence son arme la plus précieuse. Il agissait comme tous les autres, silencieux mais maniéré. Son éducation, qui fut malgré tout aristocratique, lui permit d’encore mieux passer inaperçu. Il dansait lorsque venait le temps du bal, montait à cheval lorsqu’arrivait l’heure du départ, baisait la main des vampiresses qu’il rencontrait lorsque venait le moment des présentations. Il devenait l’ombre de son maître, tout en cachant l’étroit lien qui les liait en ne restant pas dans son sillage.
Et il profitait de cet anonymat que son apparence lui procurait pour mieux observer et anticiper. Il empêchait les mains meurtrières de se lever, les armes de guerre de jaillir de leur fourreau. Tout en finesse et délicatesse, il éloignait la source de tension, discret et poli, caché derrière un sourire faux et une expression innocente. Et dans l’intimité d’une chambre richement décorée, il se transformait en tueur, menaçant, torturant, exécutant lorsque l’ordre lui en était donné.
D’assassinat de traitres et de la vermine, il passa aux assassinats politiques, bien qu’il ne s’attaqua pas directement aux personnes de la haute noblesse. Eliminer leurs sbires étaient bien plus efficace…
Il lui arrivait de croiser Vlad lors de ces réceptions. Son tortionnaire attitré semblait des plus à l’aise dans ce climat de faux semblants et d’hypocrisie. Son lien de parenté avec l’ambassadeur de la plus grande famille royale au monde ainsi que son statut d’entraineur de soldats d’élite lui procurait une grande notoriété, en plus de faire de lui un personnage très apprécié.
Et de temps en temps, il parvenait à coincer Tooru dans un couloir vide, lui rappelant en susurrant au creux de son oreille qui était son véritable maître. Lui.


Seul rayon de soleil dans sa noire existence faite de sang, de combats incessants et de trahisons : Yuan. Le jeune homme, à présent âgé d’une trentaine d’années, était son point d’ancrage, le dernier rempart qui l’empêchait de sombrer dans la folie. Il lui rappelait qu’il avait une âme et que quelque part dans ce corps meurtri se cachait un cœur capable de ressentir.


Ce n’était qu’une mission de plus… Accompagné de Vlad, il marchait dans la neige, quelque part dans le Sud de la Laponie. Le paysage, habillé d’un manteau blanc, semblait si calme et paisible… Il pouvait sentir et entendre un troupeau de rennes se déplacer non loin, tandis qu’ils évoluaient tous deux silencieusement entre les arbres blancs, telles deux silhouettes noires égarées au sombre dessein.
Ils devaient apparemment retrouver deux traitres qui n’avaient pas respecté un pacte fait quelques siècles auparavant. Ils avaient fui leur patrie afin d’échapper aux traqueurs de la famille royale et c’était donc à eux qu’incubait la tâche de les retrouver et de leur faire payer le prix de leur impardonnable trahison.
Une odeur de vampire lui parvint soudainement, éveillant ses sens de chasseurs. Cette flagrance lui paraissait familière… Peut-être avait-il déjà rencontré ces deux vampires lors de l’une des réceptions auxquelles il se devait d’assister. Il jeta un coup d’œil à Vlad, qui acquiesça dans sa direction. Il se mit à courir, suivant la trace de leurs proies. Il avait tant de fois chassé ses propres congénères qu’il connaissait leurs combines par cœur. Aussi, quand il parvint à l’endroit où leur parfum était le plus fort, son premier réflexe fut de sortir son sabre de son fourreau.
L’assaut fut éminent.
Son assaillant bondit sur lui avec rapidité. Il évita l’attaque au dernier moment, surprenant son adversaire qui perdit l’équilibre. Un coup de poing bien placé et voilà l’autre désarmé, étalé sur le dos, sa lame placée sous sa gorge.
Tooru découvrit son propre visage, caché par une capuche et ordonna à l’autre de faire de même.
Le choc se peignit sur ses traits.
« Mère ?
-Tooru ? »
Il cilla. Cela faisait maintenant quinze qu’il ne l’avait plus vue… Et voilà qu’elle se retrouvait à sa merci.
Où était son père ?
Il sentit la morsure froide du métal sur sa gorge alors qu’une autre odeur lui parvenait.
« Fils, abaisse ton arme. » exigea son paternel.
Comme par réflexe, il s’exécuta… Jusqu’à ce que la voix de Vlad retentisse amusée :
« Eh bien Tooru, faillirais-tu à ton devoir en laissant en vie ces deux traitres ? »
Une nouvelle fois, la surprise le saisit. Il recula, choqué, ne sachant plus quoi penser. Son père en profita pour rejoindre sa mère et l’aider à se relever, la serrant contre son torse, arme à la main.
Il sentit la présence familière de Vlad dans son dos, alors qu’il lui soufflait à l’oreille l’ordre de les achever.
Mais il ne pouvait pas faire cela. Il voyait la terreur se peindre sur le visage si doux de sa mère et il ne pouvait le supporter. Pire, son père avait adopté cette attitude froide de guerrier, celle qu’il s’était tant appliqué à lui transmettre.
« Voyons, oserais-tu décevoir ton créateur, Tooru ? » murmura Vlad à son oreille, inquisiteur.
Sa prise se referma sur la garde de son arbre.
« Peut-être voudrais-tu savoir de quoi ils sont accusés ? » tenta le vampire en se collant à son dos, entourant son corps d’un bras possessif.
Il se raidit. Il perçut le regard interloqué de sa mère et celui –désapprobateur- de son père. Que pouvaient-ils s’imaginer ?
« Ils ont trahi le Roi en ne respectant pas les clauses d’un Pacte que tu connais bien… comme tu en es la principale monnaie d’échange. » continua Vlad avec délectation.
Tooru sentit son cœur mort se serrer. Comment pouvaient-ils avoir trahi, alors qu’ils l’avaient offert à la royauté, en échange de la protection de leurs terres ?
« Ils ont accepté de nous offrir leur premier-né contre la protection de la famille Kiryu. Ils ont été placés sous la protection de la famille royale, comme prévu. Mais ils n’ont pas respecté leur part du contrat… car tu n’es pas leur premier-né, Tooru. Ton frère, Shin, l’est. Mais toi, tu n’es qu’un pauvre orphelin né de l’union interdite entre une humaine et un vampire indigène, qu’ils ont récupéré en faisant de lui leur premier fils légitime. Ils t’ont entrainé, ont fait de toi un digne descendant de la famille Kiryu dans le seul but que tu me reviennes à la place de ton gentil frère. »
Le choc le figea sur place. Perdu. Meurtri. Anéanti par les révélations du vampire.
Et pire encore, il vit la culpabilité se peindre sur les traits de ses parents… Alors tout ceci était vrai ? Ils l’avaient recueilli pour l’offrir à la royauté à la place de son frère ? Ils l’avaient condamné à cette vie de noirceur et de sang pour protéger leur fils ?
Ils lui avaient parlé de devoir, d’honneur, d’héritage… L’avaient entrainé pour satisfaire les exigences des personnes auxquelles ils l’avaient vendu, comme un vulgaire animal que l’on entretient avant de le donner au plus offrant.
Le sentiment de trahison était pire que tout. Il avait bâti tout ce qu’il était devenu sur la certitude que ses parents l’avaient sacrifié pour leur famille et que c’était son devoir que d’honorer ce pacte.
« Laisse la colère t’envahir, Tooru… Fais-leur payer, tu en meures d’envie… Venges-toi de leur trahison… Ils ne sont rien pour toi à présent, n’est-ce pas ? » susurra Vlad à son oreille.
Il ferma les yeux et fit taire son cœur à l’agonie. Il enferma ses sentiments et redevint cet être froid, dont le seul but était de punir, de tuer.
Il leva son arme en rouvrant les yeux, à peine conscient que Vlad venait de s’éloigner de lui. Sa mère lui murmura un « pardon » qui resta gravé dans sa mémoire.
Il devait le faire. Il le fallait. Il n’avait plus de famille. Il n’avait plus rien. Juste son sabre et la voix de Vlad qui lui murmurait des ordres.
Sa lame fendit les airs mais son père para l’attaque, le repoussant vers l’arrière. Cela éveilla ses instincts de guerriers. Le combat s’engagea, furieux, violent, sans pitié. Le sang coula à flot, tachant l’immaculée blancheur de la neige. Il profita d’une légère faiblesse dans la garde de l’autre vampire pour abattre son sabre. Le cœur transpercé, le vieux vampire lui lança un regard brûlant.
La fierté.
La fierté habitait son regard.
Tooru cilla et retira son arme d’un seul coup, la laissant tomber à terre. Son adversaire s’effondra au sol, agonisant quelques secondes avant d’être accueilli par la Mort.
Un cri de pure détresse retentit juste derrière lui.
Répondant à ses instincts les plus primaires, il se retourna vivement, plongea sa main dans la poitrine de l’individu et lui arracha le cœur. Le regard planté dans celui de sa mère, il comprit ce qu’il venait de faire.
Telle une poupée de chiffon, cette femme qu’il avait tant aimée s’effondra, rejoignant son amant dans la mort.
Il lâcha l’organe et contempla ses mains, interdit. Incapable de réfléchir. Le sang… Il y avait du sang partout. Le sang de son père, de sa mère, sur ses paumes, maculant ses doigts.
Qu’avait-il fait ?


Il refusa de parler pendant tout le temps que dura le voyage du retour. Vlad n’existait plus. Il n’y avait plus que lui, lui et sa culpabilité.
Lorsqu’il gagna sa petite chambre, il se contenta de s’asseoir à terre. Incapable de réfléchir, de parler. Enfermé dans le souvenir des trois dernières minutes de vie de ces deux êtres qui n’étaient même pas ses parents mais qu’il avait si longtemps considéré comme tels…
Il ne sut combien de temps il resta ainsi. Une nuit entière, deux, trois, peut-être même une semaine ? Mais tout à coup, il releva le regard. Et il constata ce qui aurait dû le choquer dès qu’il était entré ici.
Yuan n’était pas là.
Il se leva brusquement, inquiet. Il se mit à la recherche de l’humain. Ce n’était pas normal. Pas normal du tout. Il finit par fouiller chaque pièce, chaque chambre, chaque recoin du gigantesque bâtiment où s’entrainaient tant de futurs gardes. Il interrogea les vampires, les humains. Et tomba finalement sur la créature qui lui en avait tant fait baver lorsqu’il était entré dans cette unité.
« Ton humain ? Hum… Un petit brun typé asiatique et sacrément bien roulé ? Oui, effectivement, ça me dit quelque chose… Je crois qu’il te cherchait il y a quelques jours, raconta-t-il avec naturel. Il s’inquiétait pour toi. Comme il avait l’air de s’ennuyer, je lui ai proposé de jouer un peu… Mais il n’a pas voulu. Il m’a craché au visage, m’a dit que tu allais me massacrer si j’osais le toucher… Alors je l’ai tué. »
Sa main s’enfonça avec tant de rapidité dans la cage thoracique du vampire qu’il n’eut même pas le temps de s’en rendre compte. Tooru lui arracha le cœur sans la moindre pitié, prenant plaisir à voir son visage se décomposer au fur et à mesure qu’il comprenait ce qu’il lui arrivait.
Les vampires qui se trouvaient à proximité lui lancèrent un regard choqué, visiblement très surpris. Il laissa l’organe retomber à terre et l’écrasa.
Tous bondirent sur lui pour tenter de le maitriser. Ce fut un véritable carnage. Il ne les tua pas mais il s’en fallut de peu. Ce fut Vlad qui le retrouva baignant dans le sang de ses congénères, calme, si calme… Et pourtant brisé à l’intérieur.
L’autre vampire sourit avec satisfaction. Il s’agenouilla devant lui sous son regard vide et caressa sa joue.
« La couleur du sang te va si bien, Tooru… chuchota-t-il avec admiration. Tu es si beau lorsque tu apparais sous ta véritable nature. Il m’impatientait de pouvoir enfin libérer cet indomptable ange de la mort qui sommeillait en toi… »



Crédits Icones : PAPERWEIGHT, FoX, LONELYANGEL, Moriarty, BrokenHeart, _ADASTRA, Reed, A vol d'oiseau.





Escape ❖ Thirty Seconds to Mars


Dernière édition par Tooru D. Kiryu le Mar 5 Nov - 21:56, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tooru D. Kiryu
show no mercy. they aren't people. they're targets.
show no mercy. they aren't people. they're targets.
avatar

✤ LETTRES A LA POSTE : 50
✤ ARRIVÉE A HEARTKILLER : 31/10/2013
✤ OU TU TE TROUVES ? : Tapi dans l'ombre...
✤ EMPLOI/LOISIRS : Elite de la Garde Royale.
✤ HUMEUR : Changeante.

MessageSujet: Re: Tooru Daisuke Kiryu - "Show no mercy. They aren't people. They're targets."   Jeu 31 Oct - 17:50


☇ VOTRE HISTOIRE
“This is a fight to the death.”


« To battle is the only way we feel alive. »

Chapter Six : Time to go to hell.
Deux siècles. Cela faisait deux siècles qu’il sillonnait le monde, accompagnant Vlad et son frère ambassadeur partout où ils allaient.
Deux siècles qu’il mentait, trompait, torturait, tuait.
Deux siècles de massacres.
Deux siècles à la couleur du sang.
Deux siècles qu’il avait mis fin à la vie de Antanasia Vladescu et Yami Kiryu.
Deux siècles que Yuan était mort. Par sa faute.
Deux siècles qu’il se perdait dans la folie, sombrant un peu plus à chaque coup qu’il portait.
Deux siècles de servitude, de protection, de combats, d’assassinats.

Mais la réalité avait fini par rattraper Vlad. Le meurtre de sang-froid que Tooru avait perpétré au sein même d’un bâtiment de l’armée Roumaine ne pouvait rester impuni. Bien sûr, son travail n’en était pas moins efficace. La réputation et la notoriété de Vlad l’avait protégé durant deux siècles des représailles.
Mais il ne pouvait à présent plus y échapper.
Il fut arraché à celui qui se disait son « créateur » malgré les protestations, les menaces. Il n’opposa aucune résistance. N’allait-on, après tout, pas lui offrir ce qu’il désirait le plus : la mort ?
Mais on ne lui offrit rien de tout cela. Il fut conduit en Amérique. Il devint un simple soldat dans l’armée Américaine. Vie bien ennuyante et routinière après celle qu’il menait depuis deux siècles. Beaucoup d’entrainement, quelques missions de protection rapprochée mais il n’y avait plus de massacres, plus d’assassinat, plus de réceptions, plus d’hypocrisie. Bien sûr, la vie de soldat n’était pas non plus de tout repos mais il appréciait le fait d’être juste un vampire comme les autres au sein de la masse. Ils n’étaient pas particulièrement gentils entre eux mais après quelques combats, les autres avaient vite appris à ne pas le chercher.
Il ne voulait pas de leur compagnie, ni de leur amitié. Et il n’était pas prêt à se laisser marcher sur les pieds.
Néanmoins, ici, on l’appréciait pour ses talents au combat et pour son sens de l’honneur. Et quelque part, c’était beaucoup mieux que d’être apprécié pour son talent à tuer –massacrer- et tromper.
L’armée défendait des valeurs qu’il avait longtemps bafouées malgré lui. Etrangement, il s’y plaisait. Il n’y avait pas de faux-semblants. Juste une hiérarchie, des ordres, du respect.
Il nourrissait une admiration toute particulière pour celui qui les entrainait, Seth Bridgestone. Honorable, droit et juste.
Ce fut donc tout naturellement  qu’il adhéra à la rébellion contre le roi fou, Allan Levinson. Il fit parti des soldats qui se battirent lors de la guerre civile. Par convictions mais aussi par vengeance. Il éprouvait toujours une certaine rancœur envers les pratiques de la famille royale, qui l’avait privé par l’intermédiaire de Vlad d’une vie plus ou moins normale mais aussi de son identité.
La guerre civile fut d’une rare violence, même pour des vampires. Tooru participa à encore plus de massacres. Mais il n’était question que de tuer, sans torturer. Quelque part, n’était-ce pas pour cela que Vlad l’avait formaté ? La guerre créa une sorte de lien avec ses compagnons d’arme. Il se montrait toujours très solitaire mais la solidarité opérait entre eux avec une facilité déconcertante et perdre un compagnon devenait un peu comme perdre une partie de soi. Ils avaient tous leur fonction, leur domaine de compétence, leurs faiblesses et leurs forces et c’était l’union même de tous ces êtres qui vint à bout de la monarchie tyrannique, sur le plan militaire.

Lorsque la guerre civile prit fin, qu’ils eurent rendu hommage à leurs morts et proclamé la famille Bridgestone au pouvoir, Tooru s’évanouit dans la nature et prit le chemin de sa terre natale, décidé à prendre de la distance avec sa nature de guerrier mais surtout comprendre ces origines qui étaient les siennes.

« Until the truth becomes a lie… »

Chapter Seven : Living in a sin…
Il parcourut l’Asie durant près d’un siècle et demi. Il se réfugia parmi les humains durant un temps. Son visage juvénile prêtait toujours à confusion et les familles l’accueillaient sans même savoir à quel genre de monstre elles avaient ouvert leur porte.
Il voyagea donc, tentant de retrouver un semblant de paix, d’humanité mais aussi d’en apprendre plus ses origines. Il finit par rejoindre les terres de la famille Kiryu, dont il n’avait hérité que le nom et le prestigieux héritage. Réputée parmi la noblesse asiatique, cette famille avait de nombreuses influences et réunissait des vampires, issus du même créateur, qui avaient beaucoup voyagé au cours des âges et transmettaient un savoir ancestral à travers les arts martiaux et le maniement d’armes traditionnelles venant de nombreux pays asiatiques différents. C’était une honorable et très vieille famille de guerriers, indépendante, dont l’allégeance n’allait pour aucune royauté en particulier. Il découvrit que son père avait rencontré sa mère lors de l’un de ses nombreux voyages à travers le monde. Ils avaient uni leurs familles par le mariage peu après sa naissance, avant de partir avec lui s’installer dans la résidence principale du Roi de Roumanie…
Etonnamment, il fut très bien accueilli parmi les Kiryu. Ils se souvenaient de lui étant petit et n’étaient pas au courant de son abominable traitrise… Il se sentit coupable de profiter ainsi de leur gentillesse mais il ne supportait plus la solitude que sa vie de nomade lui imposait.
Leurs terres étaient gigantesques, situées dans les profondeurs de l’Himalaya. De nombreux humains y résidaient, protégés par les vampires fondateurs de cette famille ancestrale. Il fut assez surpris de constater qu’il y avait peu d’enfants vampires et qu’ils ne suivaient pas du tout le même entrainement que lui. Et il fut encore plus étonné lorsque ceux qu’il pouvait appeler des oncles lui proposèrent de l’aider à perfectionner sa technique. Il s’entraina donc à son rythme, se ressourçant dans cet entrainement très traditionnel qui avait bercé son enfance, avant que les choses ne prennent une tournure bien plus dramatique et meurtrière. Il y resta longtemps. Il n’aurait su dire combien d’années, car il perdait facilement la notion du temps dans ces terres enneigées, si pures...
Mais son passé finit par le rattraper. Un soir, un étranger pénétra sur les terres de la famille. Et Tooru n’eut aucun mal à le reconnaître : il s’agissait de Vlad. Le vampire le cherchait depuis la chute des Levinson. Et il fit ce qu’il savait faire de mieux : détruire le fragile équilibre qu’avait difficilement réussi à construire Tooru. Il révéla aux membres de sa famille sa filiation, mais aussi son impardonnable crime. Il fut chassé de son havre de paix et se retrouva à nouveau entre les mains de Vlad, encore plus instable qu’il ne l’avait jamais été. La folie le guettait, si proche, si tentatrice…
Alors il prit la fuite. Il savait que si l’autre vampire le ramenait avec lui, il se perdrait définitivement et redeviendrait à nouveau ce monstre qu’il détestait tant. Il se réfugia dans les endroits les plus déserts et les plus secrets et, sans même qu’il s’en rende compte, il posa le pied sur la patrie d’origine de celle qu’il avait longtemps considéré comme sa mère : La Roumanie. Et plus précisément dans les Carpates. Revoir ces paysages si caractéristiques, les lacs volcaniques mais aussi les meutes de loups, les ours, les aigles royaux… Il ne s’attendait pas au sentiment de nostalgie qui le gagna et encore moins à cette impression que ces terres lui avaient manqué.
Il espéra qu’un vampire tomberait sur Vlad et l’empêcherait de passer les frontières du royaume, mais il en doutait. Les Carpates s’étendaient sur plusieurs pays et ne formaient même pas un Etat indépendant sur les cartes humaines. Son traqueur le retrouverait sûrement facilement maintenant qu’il était ici. Mais il ne voulait plus fuir. Il retrouvait enfin un peu de cette stabilité qui lui avait tant manqué.
Profitant de sa connaissance de ces terres sauvages, il vécut dans la forêt, parmi les loups. Et une nuit d’hiver, au détour d’un sentier, il tomba sur le dernier être qu’il pensait un jour revoir sur Terre : son frère.

Il s’accroupit dans les feuillages, ne faisant plus qu’un avec la nature. Il entendait les chevaux se rapprocher alors que les loups fuyaient dans l’autre sens. Il espérait que les cavaliers n’étaient pas des vampires… Les équidés se stoppèrent à quelques mètres de lui, renâclant.
Il sut qu’il était repéré.
Il se releva lentement, d’un calme olympien. Il ne désirait pas se battre. Mais s’ils se montraient un peu trop menaçants, il n’hésiterait pas un seul instant à se défendre.
Et son regard tomba sur une silhouette qu’il reconnaitrait entre mille : celle de son frère.
La surprise le saisit et vit le choc se peindre sur les traits de cet être qu’il avait si peu connu étant jeune mais qu’il avait tant désiré pouvoir approcher. Les vampires qui l’accompagnaient dégainèrent leurs armes en le reconnaissant mais son frère les arrêta son geste.
Tooru ne voulait pas y croire.
Pourtant, c’était bien Shin qui s’approchait de manière si hésitante, complètement désarmé face à la menace potentielle qu’il représentait. Et contre toutes attentes, il le prit dans ses bras. Le contact, si franc, auquel il n’était plus du tout habitué, lui fit peur. Il avait l’impression d’être prisonnier, d’étouffer, de…
Son frère se recula soudainement, le libérant de son étreinte, le visage marqué par l’émotion.
« Je ne pensais même pas te revoir en vie… » lui murmura-t-il, un sanglot dans la voix.
Tooru se contenta d’esquisser difficilement un sourire maladroit.
Lui non plus ne pensait jamais le revoir un jour.

Il fut ramené au château des Vladescu. Les quelques humains qu’ils croisèrent le saluèrent avec courtoisie. Si le geste le choqua quelque peu au début, il finit par se souvenir qu’ils n’étaient pas ceux qu’il avait connu, quatre siècles auparavant. Son frère l’installa dans ses appartements, lui offrit un verre de sang et ils finirent tous les deux assis face à face. Ils devaient de parler. Pire qu’une nécessité, c’était un besoin viscéral.
Ne désirant pas tourner autour du pot, Tooru ouvrit la discussion avec franchise :
« Pourquoi m’accueilles-tu alors que tu es au courant de ce que j’ai fait… de ce que je t’ai fait ?
-Tu as tué mes parents. Et même si je ne peux te pardonner ton geste, je le comprends… »
Tooru éclata d’un rire amer.
« Non, je ne pense pas que tu puisses être capable de le comprendre.
-Détrompe-toi. Lorsque tu as disparu, cette nuit-là, j’ai été mis au courant du Pacte et de la supercherie. Cela m’a littéralement révolté et j’ai de nombreuses fois tenté de m’enfuir pour essayer de te retrouver. Finalement, les années ont passé mais je ne t’ai jamais oublié. Puis la trahison de Père et Mère a été rendue publique et ils ont fui. Et je n’ai pas eu de nouvelles d’eux jusqu’à ce qu’un certain Vladimir vienne m’annoncer qu’ils avaient payé le prix du sang pour leur trahison et que l’exécuteur, c’était toi. »
Le visage de Tooru se ferma mais il resta silencieux, regardant son frère droit dans les yeux.
« J’ai voulu te retrouver pour te demander comment tu avais pu commettre un tel acte mais j’avais des responsabilités ici. J’ai gardé ma rancune et ma peine pour moi et j’ai tenté de me rapprocher du pouvoir Roumain, j’ai forgé des alliances, et j’ai beaucoup voyagé à travers l’Europe. Et lors d’une réception du roi d’Autriche, je t’ai aperçu. Et j’ai su ce que tu étais devenu, par notre faute, par ma faute. »
Le poing de Shin se serra convulsivement. Tooru se crispa.
« Je l’ai senti tout de suite. Cette poupée de cire aux manières bien trop parfaites, au visage si innocent et à l’anglais très approximatif, ce n’était pas toi. J’ai eu l’occasion de rencontrer nombreux soldats lors de mes visites à l’étranger et je connais bien les frères et sœurs de Père, et crois-moi, lorsque je vois un guerrier, je sais le reconnaître. Tout en toi trahissait cela. Et c’était même pire que ce que j’imaginais… Quand j’ai eu vent, le lendemain même, de l’assassinat d’un espion venu tuer l’ambassadeur américain, j’ai su que c’était toi. C’était ce que tu étais devenu. Un assassin. »
Son interlocuteur se raidit encore plus. Comme les paroles de son frère lui faisaient mal…
« Alors je me suis mis à réfléchir et j’ai tenté de comprendre, de te comprendre. J’ai mis mon envie de vengeance de côté. Je me suis renseigné. Et j’ai compris que tu n’avais pas eu le choix, qu’en t’offrant à ma place aux Levinson, Père et Mère t’avait condamné à cette existence. Je ne veux pas savoir si tu as réellement voulu les tuer ou non… Je voudrais juste pouvoir apprendre à connaître ce frère qui s’est sacrifié pour m’offrir la vie paisible dont je jouie à présent. »

Malgré la demande de son frère, Tooru ne resta que quelques semaines dans le château des Vladescu. Les autres vampires montraient une claire animosité à son égard. Après tout, il était le fils illégitime qui avait mis cruellement fin à la vie de leur chère Antanasia… Et pire encore fut la réaction du père de celle-ci, lorsqu’il le croisa : il crut un instant qu’il allait le décapiter. Et quelque part, cette réaction était tout à fait légitime...
Les humains étaient beaucoup plus abordables et il fut surpris de voir de nombreux enfants parmi eux, qui passaient leur temps à gambader dans les couloirs en journée. Shin lui avait confié qu’il aimait les entendre rire et que leur insouciance donnait un soupçon de vie aux murs froids du château. Ils essayèrent de passer du temps ensemble mais les occupations du noble étaient nombreuses et ils peinaient tous deux à se parler, l’un parce que les contacts avec d’autres êtres lui étaient très peu familiers lorsqu’il ne s’agissait pas de combats, l’autre parce qu’il ne savait pas comment aborder ce frère au regard si sombre qu’il aurait tant aimé connaître.
Tooru quitta finalement le château, ne s’y sentant pas à sa place malgré les appréciables efforts de Shin. Celui-ci, en vertu de son statut de descendant de la famille Kiryu et de son actuel titre, voulut l’anoblir. Mais Tooru refusa de porter le nom de Vladescu. Il ne voulait pas que l’on associe ses actions à la nouvelle famille de son frère. Bien que déçu, ce dernier lui donna un cheval, de l’argent et lui souhaita bon voyage.

Il repartit donc parcourir l’Europe et plus particulièrement se perdre dans les grands espaces enneigés de la Norvège. Les années défilèrent. Il fut un jour contacté par l’un des membres de la famille Kiryu, qui lui proposait de revenir sur leurs terres. Ils avaient fini par le pardonner, bien que la douleur du deuil soit toujours là. Il reprit donc sa paisible existence dans ce havre de paix et voyagea en leur compagnie, découvrant certains pays comme il ne les avait jamais vus, à travers des yeux de vampire et non l’existence humaine.


« I’m tired of waiting for the end of all days… »

Chapter Height : Such a beautiful lie to believe in…
Sa vie de voyage et de découvertes prit fin lorsqu’il rencontra à nouveau Vladimir.
Le vampire n’avait pas cessé de le chercher durant tout ce temps, envoyant nombre de traqueurs après lui, traqueurs qu’il parvenait à fuir sans mal. Et ce fut avec naturel que le vampire lui proposa de revenir à ses côtés, de reprendre sa place de garde.
Bien sûr, Tooru refusa catégoriquement. Mais l’autre savait comment lui parler, l’amadouer. Il le comprenait. Il le comprenait même mieux que personne. Et il le connaissait. Chaque recoin de son âme, ses blessures les plus profondément enfouies, les secrets les plus noirs de son existence… Il savait qui il était, quel monstre se cachait derrière ce visage de porcelaine, quel fragile équilibre maintenait Tooru à l’abri de la folie. Et pire que tout, il savait comment réveiller cet être noir qui sommeillait au fond de lui.
Vladimir avait un tel pouvoir sur lui…
Mais il tint bon. Il ne répondit pas à la provocation. S’il se battait, il avait peur de se perdre à tout jamais. Et c’était le but de Vladimir.
« Tu reviendras vers moi, Tooru, je le sais. Toutes les monstrueuses créatures telles que toi reviennent vers leur maître un jour… »
Il était capable de le contrôler, se faire ressurgir ce qu’il y avait de pire en lui. Et cela le terrifiait littéralement.

Il prit une nouvelle fois la fuite et se réfugia parmi les humains. C’était au début des années 2000. Il découvrit par mégarde, en mordant un jeune homme une nuit de Novembre, l’existence des drogues et l’effet qu’elles pouvaient produire sur les vampires.
En plein cœur de Séoul, il s’adonna à la débauche la plus totale, profitant de l’inconscience relative des jeunes désœuvrés pour les mordre et se droguer en se nourrissant de leur sang qui empestait l’ecstasy et autres joyeusetés du genre.
La drogue lui permit d’oublier ce qu’il avait fait, les meurtres, les tortures, le sang, mais aussi ce qu’il avait subi sous le joug de Vladimir. Pire encore, il en oubliait jusqu’à son identité, son nom. Ses sens s’en trouvaient encore plus décuplés et il se noyait parmi les humains qui dansaient dans les boites de nuit, rendu sourd par la musique électronique.
Le jour, il se réfugiait dans une toute petite pièce sans fenêtres qu’il avait louée pour quasiment rien et il y dormait, à même le sol, revivant dans ses cauchemars ses actes les plus atroces, qu’il oubliait à nouveau la nuit venue.
Un soir, alors qu’il parcourait les rues insalubres des tréfonds de la capitale Coréenne, totalement défoncé, il fit une rencontre étrange.

Il marchait difficilement. Le sol fait de béton tanguait sous ses pieds nus, le bruit des klaxons, qui pourtant se trouvaient loin, vrillait désagréablement ses oreilles et se mélangeait à la musique assourdissante des boites de nuit. Pourtant, il était dans une ruelle déserte et étroite, où il n’y avait rien de tout cela. Il semblait au contraire y régner un silence pesant, alors même qu’il avait l’impression que ses tympans allaient exploser.
Une odeur étrange lui parvint, familière. Un autre vampire se trouvait non loin… Il releva le regard, tentant de distinguer quelque chose, mais les hallucinations reprenaient, encore plus fortes. Les murs semblaient se rapprocher de lui, tout avait l’air sombre, si sombre… La démarche hésitante, il finit par trébucher. Deux bras forts se nouèrent autour de ses hanches et le remirent debout. Sa tête tourna, tourna, les couleurs se mélangeant pour former des formes abstraites.
« Eh bien Tooru, on teste de nouvelles substances ? » murmura une voix chaude contre son oreille.
Il frissonna, voulant se dégager de l’étreinte qui lui était imposée, mais il réussit juste à s’appuyer un peu plus contre son congénère.
Qui était Tooru ?
« Tu m’as l’air vraiment bien attaqué… Allez, je vais te mettre à l’abri avant que le Soleil ne se lève. »
Il ne tenta même pas de résister. Le paysage tournoyait autour de lui, il avait l’impression d’être une particule d’air tant il était sensible à ce qui l’entourait. La caresse de l’air sa peau, la froideur des mains qui le maintenaient debout, le contact du bras de l’inconnu autour de ses épaules… Et les bruits, tous ces bruits qui percutaient son ouïe sans relâche…
Et tout disparut soudainement.
Il bascula sur le côté. Son dos heurta une surface moelleuse et douce. Les couvertures d’un lit. Soudainement, deux doigts emprisonnèrent son menton et obligèrent son visage à se tourner. Son regard plongea dans ses yeux clairs, si bleus, si différents des siens… Etrangement fasciné, il s’en approcha lentement.
« Tooru, tu n’es pas- »
Ses lèvres se retrouvèrent sur celles de son interlocuteur. Il ferma les yeux, appréciant cette sensation de douceur. Deux bras se refermèrent autour de lui, le collant à un corps froid. Avec lenteur, se délectant de chaque sensation décuplée, ses mains parcoururent les épaules de l’autre, remontant jusqu’à sa nuque pour se perdre dans ses cheveux. Le contact sur ses lèvres s’accentua un moment avant de s’évanouir.
Il rouvrit les yeux et ceux de l’interlocuteur se noircir complètement. Il sourit en reconnaissant ce visage si beau, qu’il aimait tant.
« Yuan… » soupira-t-il de bonheur, le cœur soudainement si léger.
Il fondit sur les lèvres offertes de son amant. Si Yuan était avec lui, tout allait bien.

Une main fraîche effleura son flanc nu, le faisant frissonner. Il rouvrit brusquement les yeux, soudainement conscient de ce qu’il se passait.
Qui venait de le toucher ?
La peur gronda en lui, réveillant ses instincts de soldat surentrainé. Il se releva d’un bond, enjambant son assaillant, une main prête à lui arracher le cœur tandis que l’autre saisissait sa gorge avec violence. Le regard terriblement sérieux, il dévisagea sa proie, seulement habillée d’un pantalon.
Le choc le fit vaciller. Il resserra sa prise.
Vladimir.
Que faisait le vampire dans son lit ? Et d’ailleurs, depuis quand ne dormait-il plus par terre ? Et pourquoi était-il aussi dénudé que l’autre créature de la nuit ?
« Qu’est-ce que tu m’as fait ? siffla-t-il, en colère.
-Tu ne t’en souviens pas ? chuchota difficilement l’autre à cause de la trop grande pression qu’il exerçait sur sa gorge. Tu m’as sauté dessus hier. »
La surprise le saisit, suivie par un sentiment de dégout. Frénétiquement, il fouilla ses souvenirs… Il se souvenait être sorti en début de soirée, avoir hypnotisé un drogué pour lui prélever un peu de sang… Il s’était retrouvé dans une ruelle qu’il ne connaissait pas, il y avait trop de bruit autour de lui, le paysage dansait devant ses yeux… Deux bras forts avaient empêché sa chute, il avait atterri dans un lit et…
Non.
Il ne pouvait pas avoir fait ça. Pire encore, il avait cru que le vampire était Yuan… Yuan qui était mort, quatre siècles auparavant…
Il lâcha son interlocuteur qui le scrutait attentivement. Il fallait qu’il s’en aille, qu’il parte, qu’il…
« Je ne te savais pas si talentueux, ricana Vlad, un sourire satisfait aux lèvres. Si j’avais su, je t’aurais goûté bien avant aujourd’hui. Quel dommage que pendant que tu me faisais l’amour, tu n’avais à la bouche que le prénom de cet humain. » cracha-t-il finalement, le regard empli de dégout.
Les ongles de Tooru s’enfoncèrent dans la gorge de l’autre vampire et la déchirèrent avec violence. Il contempla avec satisfaction le sang couler et l’autre gémir de souffrance, suffoquant.
Puis il se rendit compte de ce qu’il venait de faire.
Et au-delà de la satisfaction et de la vengeance, il sentit l’horreur. Il ne voulait pas redevenir un meurtrier.
Il bondit vers l’arrière, saisit son T-shirt à la volée et s’enfuit. Il courut, courut, encore et encore, durant toute la nuit, ne s’arrêtant que lorsqu’il sentit à nouveau l’herbe fraîche sous ses pieds nus et non la moiteur insupportable du béton.
Son cri de désespoir résonna dans le vide alors qu’il s’effondrait au sol, meurtri au plus profond de son âme. Encore.

Après cette nuit-là, il prit la fuite vers la demeure des Kiryu et s’y réfugia. Il s’isola, ne répondant à aucune des questions que lui posaient les membres de sa famille : Où était-il passé ces dernières années ? Qu’avait-il fait ?
Il dût faire à nouveau face à la réalité. Cette fois-ci, la drogue ne l’aiderait pas à s’en échapper. Ses cauchemars se firent encore plus violents. Il revivait littéralement ses souvenirs dans son sommeil. Il reprit son entrainement pour tenter d’occuper ses pensées, plus dans la perspective de garder la forme que de réellement s’entrainer.


Quelques mois plus tard, il reçut une lettre de son frère. Il ne s’y attendait pas du tout. Ils entretenaient une correspondance plutôt régulière depuis qu’il avait quitté la Roumanie, mais c’était avant qu’il n’arrive à Séoul et se plonge dans le monde de la drogue. Son frère semblait s’inquiéter et disait lui avoir envoyé de nombreuses lettres qui étaient restées sans réponse.
Il priait son frère, où qu’il soit, de le rejoindre à Heartkiller, capitale américaine de la race vampirique.
Et c’est ce qu’il fit.


« I believe in nothing, not in peace and not in war. »

Epilogue : It began with an ending.
Lorsqu’il parvint à Heartkiller, son frère l’accueillit avec bonheur. Il tenait à présent un rôle important auprès de l’ambassadeur Roumain. Mais Tooru se sentait oppressé, comme s’il n’avait pas sa place dans cette ville. Certes, il aimait son atmosphère, en particulier à l’approche des remparts. L’aura de danger le rendait plus alerte, conscient de tout, et il adorait cela. Sentir l’air électriser sa peau, chargé de tension et d’une impression sous-jacente d’attaque imminente…
Mais il y avait bien trop de monde. Lui qui avait été habitué à la solitude et à une vie de nomade, même au sein de la demeure des Kiryu, il avait l’impression d’être enfermé, étouffé au milieu de tous les êtres qui habitaient la ville.
Et un jour, il tomba sur un garde qui faisait sa ronde. Et en le voyant accomplir son devoir, arme pendant à sa hanche, il sut ce qui lui manquait tant : le combat. Il en prenait conscience à présent. Durant les deux derniers siècles, il avait tout fait pour éviter les confrontations, les effusions de sang, pour ne pas replonger. Il avait continué de s’entrainer, pour se maintenir en forme, mais ce n’était pas pareil. La beauté de deux armes qui s’enlaçaient lui manquait. Cet espace hors du temps qui se créait autour de deux fiers guerriers combattant pour leurs convictions, à la vie, à la mort… Les sensations du combat, l’adrénaline, la peur, la concentration. L’acte même de tuer ne lui manquait pas du tout et encore moins le jeu de tromperie auquel il s’était adonné durant deux siècles entiers.

Non, c’était l’armée qui lui manquait. Un endroit où il n’aurait pas peur de se montrer tel qu’il était : un guerrier. C’était une part de lui-même, très importante, qu’il s’était appliqué à étouffer durant ces dernières décennies. Mais comment renier ce qui faisait de lui ce qu’il était ? Certes, il avait été destiné à une vie de combats et de douleur mais n’était-il pas temps qu’il se prenne en main, assume enfin ce qu’il était et cesse de fuir la réalité ? Il ne pouvait ignorer le monstre tapi en lui qui sommeillait, attendant son heure pour ressurgir et massacrer de sang-froid sur un simple ordre de son maître… Mais ne devait-il au contraire apprendre à vivre avec cette part sombre de son être ? Avant d’être un exécuteur, il n’était qu’un simple combattant. La maitrise de plusieurs armes, le combat à mains nues, ça, c’était ce qu’il savait faire. Et il pouvait mettre ses capacités à disposition comme il l’entendait à présent. Il avait l’intime conviction que l’armée lui offrirait la stabilité dont il avait besoin.
Sinon, à quel genre de vie était-il condamné ? Errer pendant l’éternité, évitant les contacts, torturé par son passé, jusqu’à finalement prier la mort de venir à lui ?

Il continuerait de fuir constamment, pour échapper à Vlad mais aussi à ses souvenirs. Il replongerait même peut-être dans la drogue, jusqu’à oublier de se cacher le jour venu et se faire griller par les rayons du Soleil. Il craindrait toujours cette part monstrueuse au fond de lui et fuirait donc encore plus les contacts avec ses congénères. Et il finirait seul, vraiment seul, perdu entre passé et présent, incapable d’envisager l’avenir, attendant la mort.

L’armée lui donnerait un but. Et c’était tout ce dont il avait vraiment besoin.

Il s’engagea donc.
Le rite d’initiation fut une douloureuse piqure de rappel. Survivre, à tout prix, puis se battre pour montrer qu’il était digne d’être un soldat… Cela faisait remonter plein de souvenirs, et nombre d’entre eux n’étaient guère plaisants. Mais il se donna à fond. Face à lui, d’autres n’hésiteraient pas à le tuer. Il réussit le rite mais ne s’abaissa pas à tuer ses adversaires.
Et il devint un soldat, dans l’infanterie. Il y passa deux ans, avec pour but de certainement intégrer une section. Il n’avait pas encore choisi laquelle. Bien sûr, son choix de devenir un garde ne ravit pas son frère. Mais l’armée lui offrait une stabilité relative et un but… Il s’y sentait à sa place en quelques sortes. Malgré la réputation que lui prêtait son nom, peu y firent attention. Sa nouvelle famille était l’armée. D’ailleurs, avait-il jamais considéré les Kiryu ainsi ? Il avait vécu la plupart de son enfance dans le château des Vladescu, il se sentait bien plus proche d’eux… Ici, il n’était plus un Kiryu, il était juste un soldat, comme tous les autres. Cet anonymat relatif lui plaisait. Noyé dans la masse, il se sentait normal, accepté. Il apprenait à composer avec sa nature de guerrier mais aussi à reconstruire sa dignité…

Et finalement, l'élite.
Autant dire qu'il ne s'y attendait vraiment pas. Faire parti de l'élite de la garde royale ne faisait pas vraiment dans ses projets. Il ne l'avait même pas envisagé...
Mais lorsqu'on lui avait demandé de faire étalage de ses talents, il ne s'était pas privé. Pour une fois qu'il pouvait se défouler sans risquer de tuer l'un de ses pairs... Son arme avait volé, fendant l'air avec précision, infligeant des blessures non mortelles alors qu'il dansait autour de ses congénères, vif et gracieux. La difficulté du combat lui avait rappelé ses nombreux entrainements dans les bâtiments froids de l'armée Roumaine. La même impression de danger constant, latent, qui pouvait survenir à chaque instant...
Contre toute attente, il fut sélectionné.
A présent, il dédiait sa vie à spn devoir. Servir les Bridgestones, être le meilleur, se remettre en questions constamment, continuer de s'améliorer, d'apprendre... C'était un défi perpétuel. Un nouveau but.
Et au fond, c'était tout ce qu'il demandait.


To be continued…

« One life left to live, to forgive, make amends, wash away my sins… »




Crédits Icones : LONELYANGEL, Moriarty, Goldcrest, FoX, Broken Heart, Dying Fire.





L490 ❖ Thirty Seconds to Mars


Dernière édition par Tooru D. Kiryu le Mar 5 Nov - 21:54, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kay D. Callahan
on ne pardonne pas plus aux autres que ce que l'on peut se pardonner soi-même
on ne pardonne pas plus aux autres que ce que l'on peut se pardonner soi-même
avatar

✤ LETTRES A LA POSTE : 78
✤ ARRIVÉE A HEARTKILLER : 27/10/2013
✤ AGE : 28
✤ OU TU TE TROUVES ? : Non loin d'Errol Shaw
✤ EMPLOI/LOISIRS : Esclave

MessageSujet: Re: Tooru Daisuke Kiryu - "Show no mercy. They aren't people. They're targets."   Jeu 31 Oct - 18:00

Bienvenue parmi nous =)

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

I will find you in another life...
« ton texte. ton texte. ton texte. ton texte. ton texte. ton texte. ton texte. ton texte. ton texte. ton texte. ton texte. ton texte. ton texte. ton texte. ton texte. ton texte. ton texte. ton texte. ton texte. ton texte. •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tooru D. Kiryu
show no mercy. they aren't people. they're targets.
show no mercy. they aren't people. they're targets.
avatar

✤ LETTRES A LA POSTE : 50
✤ ARRIVÉE A HEARTKILLER : 31/10/2013
✤ OU TU TE TROUVES ? : Tapi dans l'ombre...
✤ EMPLOI/LOISIRS : Elite de la Garde Royale.
✤ HUMEUR : Changeante.

MessageSujet: Re: Tooru Daisuke Kiryu - "Show no mercy. They aren't people. They're targets."   Jeu 31 Oct - 19:01

Merci ! I love you

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤


Christmas is coming . . .
“I danced with a million devils, died from a life of sin, made love to a million angels, murdered a million men. There will be blood, there will be blood, there will be blood…”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tooru Daisuke Kiryu - "Show no mercy. They aren't people. They're targets."   Jeu 31 Oct - 21:00

Kiryu ?! C'est du Vampire Knight ça ?! charming 

Re-bienvenue ChriChri' et bonne chance pour cette seconde fiche    
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tooru Daisuke Kiryu - "Show no mercy. They aren't people. They're targets."   Jeu 31 Oct - 21:56

Ho un CHINOIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIS

Bienvenue !

Tu dispose de 7 jours pour terminer ta fiche, n'hésite pas à demander un délais au staff si tu as besoin. Nous te l'accorderons avec plaisir Même si je vois qu'elle à pas mal avancée apparemment

Quand ta fiche sera terminée, tu pourras aller ici pour le signaler : http://www.heartkiller.net/t15-signaler-une-fiche-terminee-pour-ceux-qui-ont-fini

Si tu as besoin d'aide et que tu voudrais trouver un parrain qui pourra te guider, voici le salon parrainage, tu trouveras ton bonheur ! : http://www.heartkiller.net/f60-salon-parrainage


En espérant t'aider, bisous
Revenir en haut Aller en bas
Tooru D. Kiryu
show no mercy. they aren't people. they're targets.
show no mercy. they aren't people. they're targets.
avatar

✤ LETTRES A LA POSTE : 50
✤ ARRIVÉE A HEARTKILLER : 31/10/2013
✤ OU TU TE TROUVES ? : Tapi dans l'ombre...
✤ EMPLOI/LOISIRS : Elite de la Garde Royale.
✤ HUMEUR : Changeante.

MessageSujet: Re: Tooru Daisuke Kiryu - "Show no mercy. They aren't people. They're targets."   Ven 1 Nov - 9:03

Excellentes références Clyde ! :D Mais chuuuuuuuuuut c'est un secret What a Face

Eh oui, les Chinois débarqueeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeent ! xD  

Merci pour vos messages de bienvenue :3  

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤


Christmas is coming . . .
“I danced with a million devils, died from a life of sin, made love to a million angels, murdered a million men. There will be blood, there will be blood, there will be blood…”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
César I. Bridgestone
JE SUIS LA JUSTICE ♦ EMPEREUR
JE SUIS LA JUSTICE ♦ EMPEREUR
avatar

✤ LETTRES A LA POSTE : 379
✤ ARRIVÉE A HEARTKILLER : 04/03/2013
✤ AGE : 32
✤ OU TU TE TROUVES ? : Je rôde sur Heartkiller. Serez-vous ma prochaine victime ?
✤ EMPLOI/LOISIRS : L'Empereur / Jouer avec mes esclaves
✤ HUMEUR : Avenante

MessageSujet: Re: Tooru Daisuke Kiryu - "Show no mercy. They aren't people. They're targets."   Ven 1 Nov - 12:14

Bienvenue Kyriuu ^^

Ouais, je vais avoir ma petite chinoise aussi ... Malgré qu'elle sera américaine, mais pas graavvveeeeee. charming 

Le prénom fait plus japonais toutefois. Daisuke, je crois que c'est aime ou quelque chose comme ça en japonais. La fille qui regardait les anime avant.  

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

Je suis la Justice. Je fais les lois, je les mets en pratique. Je suis l’Empereur. Je voue protection à Heartkiller. Je tue les cœurs impurs de vivre, j’en apporte d’autres pour faire prospérer notre peuple. Je suis un rouage parmi tant d’autres, parmi mes frères et mes sœurs. Qu’ais-je fais ? Pourquoi ce désir ? Je t’en bien le découvrir. Je ne me laisserais pas tuer. Ce n’est pas la fin de l’histoire, car ce n’est que le début. J’ai encore beaucoup à découvrir et à comprendre. L’histoire se terminera uniquement lorsqu’on le désirera tous. Pas avant. Là, on pourra décider de qui mourra et de qui vivra. La vie et la mort j'en fais mon affaire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tooru Daisuke Kiryu - "Show no mercy. They aren't people. They're targets."   Ven 1 Nov - 12:15

CHRISNAMOUR <3

Ravit que tu revienne avec un nouveau perso <3 Je suis sure qu'il va avoir trop la classe What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Tooru D. Kiryu
show no mercy. they aren't people. they're targets.
show no mercy. they aren't people. they're targets.
avatar

✤ LETTRES A LA POSTE : 50
✤ ARRIVÉE A HEARTKILLER : 31/10/2013
✤ OU TU TE TROUVES ? : Tapi dans l'ombre...
✤ EMPLOI/LOISIRS : Elite de la Garde Royale.
✤ HUMEUR : Changeante.

MessageSujet: Re: Tooru Daisuke Kiryu - "Show no mercy. They aren't people. They're targets."   Ven 1 Nov - 12:44

Owiih les Chinois débarquent vraiment  ça va donner des histoires bien compliquées tout ça What a Face
Haha, bien vu César, effectivement, ça sonne plus Jap' que Chinois :)
Sa "famille" est d'origine Jap' mais il est né d'une mère Chinoise ;) D'où son apparence chinoise maiiiiis son nom Jap' charming 
Aimer/adorer c'est "daisuki"' :3 Enfin, on ne va pas rentrer dans les détails, je ne suis pas une pro haha xD Y'a une histoire avec le kanji "ai" qui signifie "amour" blahblahblah :) Pour la signification de "Daisuke" j'avoue que je n'ai pas cherché... :')

MERCI RONRON :DDDD <3  
J'vais éviter d'écrire "Satynette" ça fait perdre toute crédibilité What a Face

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤


Christmas is coming . . .
“I danced with a million devils, died from a life of sin, made love to a million angels, murdered a million men. There will be blood, there will be blood, there will be blood…”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absynthe E. DiLaurentis
Au goût de l'Absynthe...
Au goût de l'Absynthe...
avatar

✤ LETTRES A LA POSTE : 355
✤ ARRIVÉE A HEARTKILLER : 09/08/2013
✤ OU TU TE TROUVES ? : Aux Plaisirs Coupables
✤ EMPLOI/LOISIRS : Meneuse aux Plaisirs Coupables
✤ HUMEUR : Exigeante...

MessageSujet: Re: Tooru Daisuke Kiryu - "Show no mercy. They aren't people. They're targets."   Ven 1 Nov - 17:26

Re-Bienvenue sur le fo'

Aaah le charme asiatique... L'exotisme qui manque à l'occident...  

VK:
 

En tout cas, bon courage pour la rédaction de ta fiche :-)

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤


You’ll know when it starts you’ll feel it
You’ll stay awake at night thinking about me
Wondering if I am thinking of you.
You’ll think about the way my body moves my skin, my touch,
You’ll never sleep again
You’ll follow my scent
You’ll become mine
I will tattoo your heart

✤ ✤ ✤ ✤ ✤
I hope you don't mind, I hope you don't mind
That I put down in words
How wonderful life is while you're in the world



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack F. Redbreast
L'Illusioniste
L'Illusioniste
avatar

✤ LETTRES A LA POSTE : 106
✤ ARRIVÉE A HEARTKILLER : 27/08/2013
✤ OU TU TE TROUVES ? : quelque part.
✤ EMPLOI/LOISIRS : un incube au service d'Echo-Alice.
✤ HUMEUR : joueuse.

MessageSujet: Re: Tooru Daisuke Kiryu - "Show no mercy. They aren't people. They're targets."   Dim 3 Nov - 20:27

KIRYU ♥ VK c'est la classe tout ça ! *-*

Rebienvenuuue et bonne chance avec ta fiche !

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

uc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikolaï Levinson Todorov
CHERCHEZ AU FOND DE MON ÂME, VOUS TOMBEREZ PLUS BAS QUE VOUS NE L'ÊTES DÉJÀ
CHERCHEZ AU FOND DE MON ÂME, VOUS TOMBEREZ PLUS BAS QUE VOUS NE L'ÊTES DÉJÀ
avatar

✤ LETTRES A LA POSTE : 223
✤ ARRIVÉE A HEARTKILLER : 02/04/2013
✤ AGE : 22
✤ OU TU TE TROUVES ? : Heartkiller, Hôtel Todorov
✤ EMPLOI/LOISIRS : Prince de Russie, Juge Suprême et Exécuteur en Chef des lois du Grand Nord.
✤ HUMEUR : Manipulatrice...

MessageSujet: Re: Tooru Daisuke Kiryu - "Show no mercy. They aren't people. They're targets."   Lun 4 Nov - 15:06

    

Tao...    
Je t'aime    

Re bienvenue  

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤


♦️ Be the best and the worst ♦️

The lies you've spread, For blood you've shed, You'll have to justify, Enslaved to reign, Heartless insane, You'll have to pay the price, Words fail now, The truth is hard to comprehend, Vile secrets were kept in the dark, Will ever fail in the end, We condemn aggression, We could find our destination now, Find it here somehow, We will commence, Your chance is now.
(c) about today.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tooru Daisuke Kiryu - "Show no mercy. They aren't people. They're targets."   Lun 4 Nov - 17:01

C'EST FAUX JE N'ARRIVE PAS 20382083 ANS APRES LA GUERRE
REBIENVENUUUUUUUUUUUUUUUE

Un bridé
J'aime les bridés charming
Ils ont la classe


Revenir en haut Aller en bas
Tooru D. Kiryu
show no mercy. they aren't people. they're targets.
show no mercy. they aren't people. they're targets.
avatar

✤ LETTRES A LA POSTE : 50
✤ ARRIVÉE A HEARTKILLER : 31/10/2013
✤ OU TU TE TROUVES ? : Tapi dans l'ombre...
✤ EMPLOI/LOISIRS : Elite de la Garde Royale.
✤ HUMEUR : Changeante.

MessageSujet: Re: Tooru Daisuke Kiryu - "Show no mercy. They aren't people. They're targets."   Mar 5 Nov - 21:43

Mercii ! I love you  
Décidément, c'est un rassemblement de fans de VK !
Les bridés plaisent haha, ça fait plaisir charming 
Ooooh tu connais Tao, Nikolaï ? :3 Je ne m'attendais pas vraiment à ce que quelqu'un le reconnaisse What a Face
Bon, il est temps de finaliser cette fiche ! ^^   

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤


Christmas is coming . . .
“I danced with a million devils, died from a life of sin, made love to a million angels, murdered a million men. There will be blood, there will be blood, there will be blood…”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tooru Daisuke Kiryu - "Show no mercy. They aren't people. They're targets."   Mer 6 Nov - 12:54

OMG
C'est un personnage de malade mental que tu nous propose laaaaaaaa
Je suis faaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan
Je te valide avec plaisir



image 500*300
- bienvenue parmi nous ! -
THE HARDEST THING IN THIS WORLD, IS TO LIVE THERE
→ Félicitation! Les membres du staff sont heureux de t'apprendre que tu es validé(e) ! Nous te souhaitons donc la bienvenue parmi nous et sommes heureux de te compter parmi nos membres !

→ Maintenant que tu es validé(e), vérifie tout de même que nous n'avons pas oublié de rajouter ton avatar dans le bottin et que nous t'avons aussi ajouté au bon groupe. Vérifie également ton rang si tu fais parti des vampires !

→ Si tout est OK, tu peux désormais te lancer dans l'aventure HeartKiller et aller créer ta fiche de liens et de RPs!

→ N'hésite pas à remplir ton profil, à faire une demande de rang ou de lieux si tu souhaites RP dans un endroit en particulier : ici.

→ Mais aussi de voter régulièrement sur le top site de la PA ! C'est important pour la pub du forum. Et puis, un petit click ce n'est pas grand chose (a)
N'hésite pas aussi à faire de la pub autour de toi :)

→ Surtout, n'oublie pas de souhaiter la bienvenue aux nouveaux, c'est important pour une bonne intégration! Et pourquoi pas faire des demandes de liens et de RPs après ? C'est par ici !

→ Et pour finir, toute l'équipe espère que tu t'amuseras bien sur HeartKiller :)


UNE NOUVELLE AVENTURE COMMENCE POUR TOI
✤✤✤




Tu connais déjà la maison
Je te rajoute ton rang et ta couleur


Revenir en haut Aller en bas
Tooru D. Kiryu
show no mercy. they aren't people. they're targets.
show no mercy. they aren't people. they're targets.
avatar

✤ LETTRES A LA POSTE : 50
✤ ARRIVÉE A HEARTKILLER : 31/10/2013
✤ OU TU TE TROUVES ? : Tapi dans l'ombre...
✤ EMPLOI/LOISIRS : Elite de la Garde Royale.
✤ HUMEUR : Changeante.

MessageSujet: Re: Tooru Daisuke Kiryu - "Show no mercy. They aren't people. They're targets."   Mer 6 Nov - 21:57

ça me fait super plaisir !
Mercii beaucoup Lulu ! I love you  

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤


Christmas is coming . . .
“I danced with a million devils, died from a life of sin, made love to a million angels, murdered a million men. There will be blood, there will be blood, there will be blood…”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tooru Daisuke Kiryu - "Show no mercy. They aren't people. They're targets."   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tooru Daisuke Kiryu - "Show no mercy. They aren't people. They're targets."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Retro Taco Show.
» Rétro Taco Show 2011.
» Armée démon best of show peinture Throne Of Skulls
» Chris Sabin Vs Big Show
» The Uchuu Show e Youkoso

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ✤ UNE AUTRE VIE ✤ :: Archives du forum-